Le rachat de 21st Century Fox par Disney devient effectif : une concentration sans précédent

Temps de lecture : 2 minutes

Disney
La page principale du site de la Walt Disney Company

Après une annonce fin 2017, suivie de nombreux mois de validations diverses et de finalisation administrative et financière, Disney absorbe enfin aujourd’hui la 21st Century Fox, et avec elle une avalanche de franchises.
La valeur totale de la transaction est d’environ 71 milliards de dollars, soit un peu plus de 62 milliards d’euros.

Disney rachète notamment Twentieth Century Fox, Fox Searchlight Pictures, Fox 2000 Pictures, Fox Family et Fox Animation ; Fox’s television creative units, Twentieth Century Fox Television, FX Productions  et Fox21 ; FX Networks ; National Geographic Partners ; Fox Networks Group International ; Star India ; et enfin les parts de la Fox dans Hulu, Tata Sky et Endemol Shine Group.
Quelques éléments ne font pas partie de l’accord et ont été scindés du reste de ce contrat juteux pour rejoindre Fox Corporation. C’est notamment le cas du segment journalisme/sports/broadcast de la 21st Century Fox, dont Fox  News.

Certains se réjouiront de voir certaines franchises (Avatar, les Simpsons, Deadpool ou encore certains héros Marvel comme les X-Men et les 4 fantastiques) arriver dans le giron Disney. Le rassemblement des personnages Marvel au sein d’un même empire, par exemple, permet de décupler les possibilités futures de films et séries, avec des interactions entre personnages jusqu’ici impensables pour des questions de droits d’exploitation.
En revanche, ce rachat signifie aussi que Disney contrôle désormais une part bien plus importante de notre culture populaire. Le groupe ne cache d’ailleurs pas son intention d’utiliser de ce pouvoir : si les séries dérivées de l’univers Marvel ont disparu de Netflix, c’est pour mieux préparer l’arrivée du futur service de streaming Disney+ d’ici la fin de l’année, qui aura l’exclusivité des licences phares de la galaxie Disney. Une concurrence affaiblie aura évidemment aussi des effets sur l’ensemble de l’industrie du divertissement, même s’il est encore difficile de prévoir l’ampleur de ces changements.

A Lire également