Image default

PIDS 2019 : Fix Studio innove pour remplir virtuellement un stade

Fix Studio
Crédit : Fix Studio

A l’occasion du Paris Images Digital Summit, fin janvier, l’équipe de Fix Studio nous a proposé un retour sur leur dernier projet de post-production pour le marché international.
Le projet en question n’étant pas encore sorti, nous ne pourrons pas vous en montrer des images ici, ni vous donner trop de détails. En revanche, nous allons revenir sur un des aspects techniques les plus intéressants mis en place par l’équipe.

En effet, un des enjeux confiés à Fix Studio portait sur des plans de foule dans des gradins de stade. Plutôt que d’opter pour l’utilisation d’outils purement 3D, l’équipe a employé une approche intéressante à base d’élements vidéo.

Voici comment ils ont procédé. Pour les spectateurs, de vrais figurants ont été filmés sur fond vert de face, profil et 3/4, avec différents éclairages, tenues vestimentaires mais aussi expressions et actions. Lors de la conférence, la superviseuse VFX Roxane Fechner et le superviseur VFX Sébastien Fauchere nous ont expliqué avoir ainsi pu créer des éléments bien plus photoréalistes qu’avec des spectateurs 3D classiques.
Cette phase a permis d’obtenir un nombre très élevé de séquences vidéo en 4K, tournées en anamorphique.

Fix Studio
Fix Studio
Crédit : Fix Studio

En parallèle, les lieux réels avaient été numérisés au Lidar (scan laser) afin d’en tirer les données nécessaires pour le placement des spectateurs.

Fix Studio
Fix Studio
Ci-dessus : l’outil Fixtafoule sous Nuke ; ci-dessous, le détail des contrôles dans l’interface
Crédit : Fix Studio

Fixtafoule
Crédit : Fix Studio

C’est ensuite un outil maison de Fix Studio, Fixtafoule, qui a été utilisé. En pratique, il s’agit d’un outil qui s’intègre à Nuke.
Fixtafoule permet d’utiliser les élements tournés sur fond vert et de les positionner aux emplacements des sièges. Côté performances, il faut 15 à 20 secondes pour placer 300 personnages environ ; les temps de rendu, eux, restent tout à fait acceptables.

Roxanne Fechner
Roxane Fechner, superviseuse VFX, lors du Paris Images Digital Summit 2019

L’outil dispose de contrôles permettant de maîtriser les personnages créés : proportions d’hommes, femmes et enfants, présence ou non de sièges vides, expressions… Rien ou presque n’est laissé au hasard. L’ajustement du taux d’expressions, a précisé Fix Studio, a été un point important pour le réalisme : si tous les spectateurs sont simultanément en train d’exprimer physiquement leur joie ou déception, le rendu est peu naturel car il y a trop de mouvements visibles.

Au final, Fix Studio a réussi son pari, d’autant plus que le volume de plans à gérer était élevé.
Fixtafoule, de son côté, n’a pas vocation a être oublié : Roxane Fechner et Sébastien Fauchere ont précisé que l’objectif était d’en faire un outil plus générique, dont les usages seraient démultipliés. Des tests ont d’ailleurs été mis en place pour générer de la végétation (arbres) et des zombies.

Il sera donc intéressant de suivre les prochains projets du studio, qui pourraient tirer parti de ces recherches ; nous aurons l’occasion de vous en reparler.

Ci-dessous : affichage des spectateurs sous Nuke
Fix Studio
Crédit : Fix Studio

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

X