Art Ludique

Mise à jour du 15 février : ajout d’une critique de l’exposition et de quelques photos.
Publication initiale le 30 janvier 2019.

Le musée Art Ludique est de retour avec une exposition hors-les-murs, consacrée à la trilogie Dragons des studios DreamWorks Animation.

Suite à ses déboires de locaux, le musée est toujours dans l’attente d’un nouvel espace parisien pour se relancer. Néanmoins, cette exposition prouve que l’équipe ne chôme pas et reste très active. Art Ludique proposera donc du 31 janvier au 24 février de découvrir des oeuvres issues de la production des trois films, qu’il s’agisse de dessins originaux ou d’oeuvres numériques.

L’exposition, mise en place en lien avec DreamWorks et Universal, propose près de 200 oeuvres ainsi que des commentaires de l’équipe DreamWorks, avec des interviews vidéo créées pour l’occasion.
Le réalisateur Dean DeBlois, Cressida Cowell (dont les livres sont à l’origine des films), l’équipe de production (Brad Lewis, Bonnie Arnold, Liz Camp) et enfin Chris DeFaria, président de Dreamworks Animation se sont prêtés au jeu.
On retrouvera aussi dans les oeuvres et vidéos des artistes français : le directeur artistique Pierre-Olivier Vincent, Nicolas Marlet qui est le créateur principal des dragons et personnages, ou encore le superviseur d’animation Kristof Serrand.

Dragons

L’exposition s’articule de façon assez logique : au fil des salles, vous suivrez la chronologie des trois volets. Nous avons particulièrement apprécié la présence de nombreux originaux, que l’on pourra admirer à loisir pour saisir des détails difficiles à déceler dans les artbooks : ici les esquisses successives de Nicolas Marlet avant le tracé final, là l’usage par Simon Otto de blanco pour ne garder que le tracé final et que les silhouettes se détachent mieux, là encore un petit dessin sans lien avec le film qu’on imaginera avoir été réalisé durant une pause…
Se plonger dans ces multiples oeuvres est un pur bonheur, et permet d’avoir une idée des pistes explorées puis non exploitées.

Dragons

Quelques regrets, toutefois. D’une part, nous aurions apprécié avoir plus d’informations sur les oeuvres elles-mêmes, accompagnées d’un cartel assez minimaliste. Pourquoi tel concept a été retenu et pas l’autre ? Quelles influences et volontés artistiques sous-tendent telle ou telle esquisse ? Apporter plus de détails, quitte à le faire sur un nombre réduit d’oeuvres, aurait apporté plus de fond.
Toujours en ce qui concerne le contenu, nous aurions apprécié de voir davantage de 3D : l’exposition ne propose finalement qu’une poignée de turntables et autres modèles 3D. Dommage de ne pas avoir exploré davantage la fabrication, en privilégiant clairement la préproduction.

Malgré ces reproches, nous vous recommandons chaudement l’exposition. Elle est à découvrir au 2a rue Montalembert à Paris ; l’entrée est gratuite. Vous trouverez les horaires et informations d’accès sur le site d’Art Ludique.

Dragons

Dragons

Dragons

Dragons

Dragons

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite