Wardi : une jeune palestinienne explore son passé dans un film d’animation

Wardi

Découvrez la bande-annonce du film d’animation Wardi, réalisé par Mats Grorud et prévu pour le 27 février prochain en France.

En voici le synopsis :

Beyrouth, Liban, aujourd’hui. Wardi, une jeune palestinienne d’onze ans, vit avec toute sa famille dans le camp de réfugiés où elle est née. Sidi, son arrière-grand-père adoré était l’un des premiers à s’installer dans le camp après avoir été exproprié de son village en 1948.
Le jour où Sidi lui donne la clé de sa vieille maison en Galilée, elle s’attriste à l’idée qu’il ait perdu l’espoir d’y retourner un jour. En partant à la quête de l’espoir perdu de Sidi à l’intérieur du camp, elle collectera les témoignages de sa famille, d’une génération à l’autre.

Coproduit par Les Contes Modernes, Tenk.tv, Cinenic, en coproduction avec Auvergne Rhône Alpes Cinéma et Film I Vast, Wardi adopte une technique mixte, avec de la stop-motion pour les passages dans le présent et de l’animation 2D pour l’évocation du passé.

Le réalisateur norvégien Mats Grorud s’est lui-même rendu au Liban et ses camps à partir des années 90 ; plus tard, il a notamment travaillé dans une école maternelle du camp de Burj El Barajneh (qui héberge plusieurs dizaines de milliers de palestiniens à côté de Beyrouth). C’est à partir de 2010 et de la rencontre avec son producteur Frode Søbstad que l’idée du long-métrage a germée.
Les personnages et le scénario, s’ils sont fictifs, sont fortement inspirés des amis de Mats Grorud : il explique par exemple avoir calqué Wardi sur une amie proche.

C’est finalement en France chez Foliascope, à Bourg-lès-Valence, que l’animation a été fabriquée sous l’égide de Pierre-Luc Granjon (stop-motion) et Hefang Wei (animation 2D). Le directeur artistique Rui Tenreiro, lui, avait notamment pour mission de faire en sorte que les deux techniques d’animation cohabitent de façon cohérente.

A Lire également