Retour en images sur le Salon de la Photo 2018

Salon de la Photo

Du 8 au 12 novembre se tenait à Paris le Salon de la Photo, rendez-vous annuel des constructeurs, accessoiristes, formateurs, sociétés de service mais aussi professionnels et passionnés.

Un des intérêts de l’évènement est de pouvoir prendre la température des tendances du moment : la mise en avant de telle ou telle gamme étant un bon signal pour suivre les orientations du marché. Il y a quelques années, nous avions par exemple perçu l’essor soudain du relief, avec de multiples produits… Qui avaient rapidement disparu des éditions suivantes.

Salon de la Photo

Cette année, deux points majeurs étaient à noter.
Tout d’abord, le recul de la vidéo immersive grand public se confirme. Déjà en retrait l’an passé par rapport à 2016, elle est désormais quasiment absente. Ricoh tente de faire de la résistance avec sa nouvelle Theta V, mais la foule n’est au rendez-vous. Les autres acteurs importants, eux, semblent avoir jeté l’éponge.

Ricoh

Autre tendance : l’essor des appareils photo plein format hybrides. La gamme A7/A9 de Sony doit désormais faire face à une concurrence féroce, à commencer par celle des Nikon Z6 et Z7, Canon EOS R lancés ces derniers mois. Il faut dire que les freins technologiques sont désormais franchis pour la plupart des utilisations, y compris professionnelles, et les clients sont de plus en plus nombreux à sauter le pas depuis les appareils réflex classiques, plus lourds et sans viseur électronique.

Salon de la Photo

Bien évidemment, chaque marque met en avant ses spécificités : expérience dans le domaine, autofocus plus ou moins rapide, utilisation possible des objectifs déjà existants en gamme réflex (et donc possibilité de ne pas changer tout son matériel), fonctions logicielles telles que la mise au point automatique sur l’oeil, tarifs…

Salon de la Photo

Cette concurrence est évidemment positive dans le sens où elle force les constructeurs à innover. Elle pourrait cependant, à moyen terme, avoir raison de certains segments : les constructeurs de taille réduite ou moyenne pourront être tentés d’étoffer leur R&D sur ce marché en allégeant les moyens mis ailleurs. Au point que certains prédisent déjà la mort du format micro 4/3 d’ici quelques années.

Salon de la Photo

Le reste du salon est resté dans la continuité des années précédentes. Sans surprise, le support physique reste solidement implanté, qu’il s’agisse de Canson et ses multiples papiers, de prestataires proposant d’imprimer des objets physiques variés, ou de l’impression haut de gamme pour mettre au mur vos oeuvres.

Salon de la Photo

Le programme de conférences était très fourni, de nombreux constructeurs cherchant par ce moyen à attirer des clients potentiels et fédérer leur communauté existante.
Le photographe Maxime Oudoux, par exemple, proposait un petit cours d’astrophotographie sur le stand NiSi (qui propose des filtres utiles pour ce type de photographie). De quoi glaner quelques conseils utiles, comme celui d’utiliser les cartes Avex pour trouver des endroits ayant le moins possible de pollution lumineuse, ou d’employer des filtres pour éliminer la lumière issue des lampes à sodium souvent employées en éclairage public.
Un peu plus loin, Rémi Chapeaublanc proposait un retour concernant son expérience sur les routes de plusieurs pays. Il expliquait par exemple avoir allégé son sac à dos en utilisant bâtons de marche et trépied pour faire tenir sa toile de tente.
Chez Sony, nous avons pu assister à une conférence du duo The Quirky autour du reportage en évènementiel, et plus précisément lors de mariages.

NISI

NISI

Salon de la Photo

Salon de la Photo

Salon de la Photo

Salon de la Photo

Outre la théorie, il reste possible de passer à la pratique avec les scènes mises en place par certains constructeurs. De quoi mettre à l’épreuve le discours marketing en situation concrète.

Salon de la Photo

Nous en avons d’ailleurs profité pour prendre quelques clichés avec notre propre matériel, sur le stand Canon.

Salon de la Photo

Salon de la Photo

Salon de la Photo

Un dernier mot, enfin, sur un des points forts du salon : la présence de plusieurs espaces d’exposition, qui sont l’occasion de découvrir les travaux de photographes reconnus ou plus novices. Nous avons particulièrement apprécié la rétrospective autour de la carrière de Franz Christian Gundlach, dont les oeuvres ont laissé une marque importante dans le secteur de la mode au cours des années 50 à 70.

Salon de la Photo

Salon de la Photo

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

This site uses XenWord.
X