La rubrique nostalgie revient, pour vous plonger comme toujours dans l’histoire de la 3D et de l’imagerie…
Aujourd’hui, article un peu particulier puisque nous allons évoquer la sortie en salles… D’un des premiers films à effets visuels !

Voyage dans la lune
Détail de la pellicule colorisée et restaurée du Voyage dans la Lune de Georges Méliès.

Petit retour en arrière : 1895, première projection publique des frères Lumière. Un certain Georges Méliès fait partie des spectateurs ; celui qui est à l’époque un magicien réalise tout de suite l’intérêt phénoménal que peut avoir le cinéma, et tentera même en vain de leur acheter leur invention.
Finalement, il se tournera vers un procédé concurrent et se lance dans l’aventure en ouvrant une société de production. Très vite, il va développer des trucages, les premiers du cinéma : remplacement d’un objet par un autre en une fraction de seconde, décors peints, illusions d’optique colorisation à la main des films…
Plusieurs centaines de petits films sortiront de son imagination, et sa passion pour le trucage fait de lui rien de moins que le père des effets spéciaux.

En 1902, le Voyage dans la Lune sera un de ses chefs-d’oeuvres : « long-métrage » d’un quart d’heure (relativement long pour l’époque), avec des effets à couper le souffle, il marquera définitivement l’histoire. La présence d’un vrai scénario est aussi à noter : une équipe de six astronautes envoyés sur la Lune à l’aide d’un obus, qui rencontrera la population autochtone.

Ce qui est sans doute moins connu, c’est qu’une version colorisée à la main existait, mais a longtemps été considérée comme perdue à jamais. Retrouvée à Barcelone en 1993 dans un état proche de la destruction, la bobine a fait l’objet d’un travail titanesque de reconstruction et restauration (plus de 10 ans de travail !), porté par Serge Bromberg et avec un budget de l’ordre du demi million d’euros. Sans doute la restauration la plus coûteuse jamais réalisée.

Cette copie sauvée de la destruction sort aujourd’hui en salles, précédée d’un documentaire : en tout, 1h20 d’images. Le documentaire évoque le film, sa restauration et la vie de Méliès, au travers de reconstitutions, images de films, commentaires de réalisateurs.


Reportage de France 2 sur le sujet, avec quelques extraits de la version couleur.

Comme l’indique Forgotten Silver, une édition Blu-Ray et DVD de l’ensemble est prévue pour 2012.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter l’interview détaillée de Serge Bromberg réalisée par effets-spéciaux.info, en deux parties (partie 1partie 2). Le travail de reconstruction et la genèse du projet sont abordés, de même que la colorimétrie (fidélité, vieillissement). De nombreuses images illustrent le tout.

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite