L’animation française en grande forme, selon le nouveau bilan du CNC

CNC

Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) annonce la publication de la nouvelle édition de son étude annuelle sur le marché de l’animation.

L’organisme propose un bilan de l’année 2017 très positif dans l’ensemble.

– Sur l’aspect financier, pour commencer, les investissements dans le secteur de l’animation en France ont encore augmenté, atteignant un record depuis 10 ans (269 millions d’euros).

CNC

Le CNC ne manque pas de se féliciter de l’impact des crédits d’impôts : en deux ans, les dépenses en France ont doublé (182 millions d’euros dépensés en plus par rapport à 2015). On assiste à une relocalisation des dépenses.

Pour le CNC et la Ministre de la Culture Françoise Nyssen, les crédits d’impôt et la réforme du fonctionnement des soutiens du CNC pour l’animation ont payé. 

CNC

– Le CNC souligne également une forte offre d’animation dans les salles françaises : pas moins de 36 films, avec plus de deux millions d’entrées pour cinq d’entre eux. Bien entendu, Moi, Moche et Méchant 3 trône en tête du classement avec ses 5,7 millions de tickets d’entrée.
Au total, les films d’animation sortis en 2017 ont généré 31 millions d’entrées, « le troisième plus haut niveau de la décennie » selon le CNC.
Les projets américains dominent encore et toujours le box-office.

CNC

– Le petit écran est aussi abordé : le volume d’animation diffusé (sur les chaînes nationales) a grimpé d’un peu plus de 4%. Le CNC souligne que l’animation explose en ligne sur les services de rattrapage : un quart des programmes TV consommés lui sont consacrés avec 2,1 milliards de vidéos vues. Quasiment 10 fois plus qu’en 2013.

CNC

A noter : en termes de volume, Gulli est en tête des plus gros diffuseurs, suivi par France 4. L’annonce de la fin de la diffusion de France 4 sur la TNT va bien évidemment avoir un impact considérable dans les années à venir.

CNC

– En termes d’export, l’animation représente environ 130 millions d’euros. L’international est crucial en termes d’entrées pour les films français.

export

– Le CNC n’oublie pas de parler de l’emploi, en s’appuyant sur les données d’Audiens. Le secteur comptait 6200 emplois en 2016, avec 700 postes créés.

emploi

L’animation reste encore un secteur très jeune (34 ans en moyenne pour les CDD d’usage) et masculin. Le CNC et Audiens constatent une légère féminisation en 10 ans, mais sans tendance forte.

CNC

Pour plus de détails, nous vous invitons à consulter la présentation complète des résultats, ainsi que le rapport détaillé (152 pages). Les deux documents sont en accès libre.
Rappelons aussi que le CNC et Audiens avaient présenté en début d’année une enquête sur l’emploi dans le secteur des effets visuels.

A Lire également