Accueil » Inspiration : papiers, folie, calamars et Predator

Inspiration : papiers, folie, calamars et Predator

Temps de lecture : 2 minutes

Papers Please

La rubrique inspiration revient, avec son lot de trouvailles pas forcément liées à la 3D mais qui pourront vous donner quelques idées.

– Nikita Ordynskiy a réalisé une adaptation en court-métrage du jeu vidéo Papers, Please. Comme dans le projet d’origine, on y suit un garde-frontière chargé de vérifier que les papiers des personnes souhaitant entrer sont en règle…
L’interface Youtube vous permettra d’activer les sous-titres.

– En s’appuyant sur l’exposition Folie en Tête, qui était organisée jusqu’au 18 mars à la Maison de Victor Hugo à Paris, la jeune chaîne Youtube Ninni Zaza nous invite à découvrir un sujet assez peu évoqué : le lien entre art et psychiatrie. On y découvrira que l’art est un mode d’expression à part entière pour les personnes malades. Au passage, quelques clichés seront démontés.

– Film School Rejects propose une analyse de l’évolution du format d’image au sein de la franchise Jurassic Park/Jurassic World. Une bonne occasion de montrer comment un élément en apparence anodin peut avoir une grande importance dans la manière dont un film est perçu par les spectateurs. Le ratio, comme l’explique l’article, joue aussi sur la crédibilité des effets visuels : un format moins large laisse voir les ombres au sol qui « ancrent » une créature dans le réel, et le duo format/composition est crucial pour mettre en avant la taille des animaux.

– Chez BBC Earth Unplugged, la scientifique Edith Widder comment elle a pu filmer des calamars géants. Lorsque des poissons attaquent des méduses dans les profondeurs des océans, ces dernières émettent de la lumière pour tenter d’attirer les prédateurs des poissons en question, tels que les calamars. Edith Widder a donc cherché à reproduire ce système lumineux.

– Collative Learning revient sur le film Predator, et plus précisément sur la mort d’un des principaux personnages. Une analyse qui montre que derrière l’apparence de film de divertissement décérébré, Predator fait preuve d’une certaine finesse en terme de mise en scène.

A Lire également