Emploi dans les effets visuels en France : l’étude CNC – Audiens

Emploi

La nouvelle édition de l’enquête « L’emploi dans les effets visuels numériques », lancée par le CNC et Audiens, est disponible. Elle analyse le secteur français des VFX, sur le modèle des rapports déjà réguliers sur le secteur de l’animation, et fait suite à une première édition présentée en 2017.

Cette nouvelle enquête, initialement dévoilée fin janvier lors du Paris Images Digital Summit, s’inscrit dans le cadre des actions récentes du CNC et des pouvoirs publics français autour des effets visuels : le rapport Jean Gaillard de 2016 qui mettait en lumière une situation degradée, et la mise en place l’année suivante d’aides destinées à revigorer le secteur.
En parallèle, plusieurs initiatives récentes sont à souligner, comme le lancement du V2F (syndicat professionnel dont le but est de promouvoir et défendre le secteur VFX en France), ou l’ouverture d’une section française de la Visual Effects Society. Le CNC y voit un signe positif de structuration.

Des données imprécises en raison d’un secteur complexe

L’étude du CNC et d’Audiens, précisons-le, mérite une certaine prise de recul. Les deux organismes l’admettent explicitement : il est très difficile d’obtenir un état des lieux fiables, en raison du flou qui règne dans les secteurs des effets visuels et de l’animation. De nombreux studios travaillent dans les deux domaines, et les intitulés de postes sur les fiches de paie (source majeure des chiffres donnés) sont malheureusement souvent peu précis. Le CNC et Audiens ont même donné l’exemple d’une personne dont la fonction officielle était « intermittent du spectacle », un flou artistique total qui empêche de savoir quel est le poste réel.

En pratique, le CNC et Audiens ont fait des choix méthodologiques qui introduisent des imprécisions, avec par exemple un classement de certains studios soit dans le secteur animation, soit dans les VFX. Ce biais est assumé : le but est de parvenir à séparer animation et VFX, notamment pour disposer d’une vision claire de l’impact des aides allouées.

La réforme du barème d’agrément de l’audiovisuel devrait permettre d’affiner les informations disponibles et de disposer de chiffres plus précis à l’avenir : d’ici là, il faut donc garder à l’esprit l’existence d’une marge d’erreur, même si elle s’est réduite par rapport à l’an passé grâce à l’affinage des méthodes.

Un sondage déclaratif tel que ceux mis en place par le SNJV (Syndicat National du Jeu Vidéo) dans le secteur du jeu vidéo apporterait sans doute un complément intéressant à ce bilan ; il sera donc intéressant de voir si, par exemple, le V2F décide d’en lancer un.

Les enseignements de l’étude

Plusieurs informations ressortents de l’enquête CNC/Audiens :

– le secteur est en croissance, à la fois en nombre d’entreprises et de salariés. Plus de 800 emplois auraient été créés en France en l’espace de 10 ans.

CNC Audiens

CNC Audiens

– Le secteur présente une concentration supérieure à d’autres industries techniques. Cette concentration se voit à la fois en termes de masse salariale (une poignée de sociétés représentent la majorité du secteur) et sur le plan géographique, avec une hégémonie de la région parisienne.

CNC Audiens

CNC Audiens

– La population du secteur est relativement jeune. La féminisation est perceptible mais lente. Il y aurait par ailleurs une légère hausse d’emplois permanents. Rappelons que dans l’animation, 80% des emplois environ sont des CDD d’usage.

CNC Audiens

CNC Audiens

CNC Audiens

– la répartition genrée par métier est très nette, mais CNC et Audiens soulignent que les chiffres donnés, comme nous l’indiquions en début d’article, sont à prendre avec prudence car ils découlent des fiches de paie aux intitulés souvent imprécis. Sans compter que des studios peuvent aussi avoir des activités de postproduction classique sans effets visuels, ou de tournage : le spectre est plus large que les VFX au sens strict.
Point intéressant : le taux de personnes allouées à la R&D, nettement inférieur à la moyenne française (5% environ contre 10% en France). Un des enjeux est de permettre aux studios de grossir, la taille étant un facteur crucial quand il s’agit de disposer des ressources nécessaires pour faire de la R&D en interne.

CNC Audiens

– CNC et Audiens proposent également un comparatif VFX/Animation. Ce dernier secteur est plus féminisé, plus jeune : des données qui peuvent s’expliquer par l’attractivité du domaine, mais aussi par la croissance de l’animation française qui génère des recrutements et donc un rajeunissement en même temps qu’une féminisation.

CNC Audiens

CNC Audiens

CNC Audiens

– Enfin, l’enquête s’est aussi intéressée à la frontière entre VFX et animation. Sur 10 ans, 13% des effectifs seraient « mixtes », autrement dit ont travaillé au moins une fois dans chaque secteur. Un taux finalement relativement faible qui semble indiquer une porosité peu élevée entre les milieux.
Cette information est intéressante au regard des formations actuelles, qui sont souvent mixtes VFX/Animation.

CNC Audiens

– L’enquête a cherché à affiner l’étude de ces effectifs ayant travaillé à la fois en effets visuels et animation :

CNC Audiens

CNC Audiens

L’avenir : plus de précision ?

L’enquête CNC/Audiens n’en est encore qu’à sa seconde édition. Comme nous le soulignons en début d’article, des évolutions permettront d’affiner ces chiffres, qui souffrent encore d’imprécisions liées aux fiches de paie mal remplies. Reste que ce type d’étude est indispensable, à la fois pour le secteur et les pouvoirs publics, afin d’avoir une idée objective des évolutions et, par conséquent, des mesures à prendre dans les années à venir. Ces études bénéficieront évidemment aussi aux personnes du milieu et étudiants, qui pourront y retirer des informations précieuses sur leur secteur et pour leurs choix de carrière.

Nous continuerons donc à suivre les futures études, mais aussi à relayer d’éventuelles approches alternatives qui pourraient être lancées : analyser le secteur sous plusieurs angles est sans doute le meilleur moyen de vérifier les données obtenues et d’éliminer peu à peu les biais.

A Lire également