Accueil » Virtuality 2018 : face à la VR, le fantôme de Pepper n’a pas dit son dernier mot

Virtuality 2018 : face à la VR, le fantôme de Pepper n’a pas dit son dernier mot

Orbis

Si Virtuality est avant tout un salon consacré à la réalité virtuelle/mixte/augmentée, on y croise également des techniques voisines. Orbis en est un bon exemple : la société se spécialise dans les « hologrammes », ou pour être plus précis les effets du type Fantôme de Pepper. L’image ne flotte pas réellement dans les airs : elle est projetée sur une surface semi réfléchissante pour en donner l’illusion.

Ce type d’effet est classiquement utilisé sur des pyramides de verre comme celle à trois faces visible plus haut : un écran positionné au sommet et orienté vers le bas affiche trois images, qui vont être réfléchies par les surfaces vitrées. En se déplaçant autour de l’appareil, et comme les trois images ont une perspective différente, on a le sentiment qu’un objet flotte, même s’il ne s’agit que de projections 2D.
Orbis décline ce concept en différentes versions : plan incliné, pyramides à trois et même quatre faces, avec des modèles de tailles très variées, de l’accessoire pour smartphone à un format bien plus imposant.

Orbis

pyramide

Malgré l’essor de la VR, ce type de produit semble toujours fonctionner auprès des annonceurs ; il conserve effectivement des avantages, comme le fait d’être adapté à tous les publics (y compris les enfants à la morphologie non adaptée aux casques VR), d’être immédiatement compréhensible sans aide externe et de pouvoir être vu par plusieurs personnes en simultané. Orbis nous a indiqué cibler notamment le luxe, l’automobile et l’évènementiel.

L’entreprise propose également d’autres produits et services moins courants que les pyramides dites holographiques :

DeepFrame, système d’affichage grand format 4K ;

DeepFrame

– de la projection sur tulle et effets scéniques pour des spectacles, représentations artistiques ou animations commerciales ;

Orbis

– Enfin, une technique très rarement exploitée : la projection sur brume, qui donne un effet surréaliste et permet de traverser littéralement l’image.

brume

Tous ces produits sont proposés par Orbis à la location (par exemple sous forme de service complet, avec production des contenus à afficher) et à la vente.

Outre ces différents systèmes d’affichage et projection, Orbis s’intéresse aux interactions entre les spectateurs et les animations affichées, via Leap Motion et Kinect. La jeune société nous a également indiqué travailler sur un concept de borne grand public, sorte de « majordome holographique » qui pourrait être relié à des systèmes tels que Google Home.

Née en 2016, cette société d’une quinzaine de personnes est encore en pleine croissance et développe actuellement  ses compétences, avec la mise en place en interne d’un studio de création 3D.

A Lire également