Accueil » MAJ – Dreamworks, Intel : vers un rendu temps réel en animation

MAJ – Dreamworks, Intel : vers un rendu temps réel en animation

Temps de lecture : 2 minutes

Mise à jour : ajout en fin d’article de la déclaration complète de Jeffrey Katzenberg en vidéo.

Si vous êtes un lecteur assidu du site, vous vous souvenez peut-être qu’en 2008, nous vous indiquions qu’Intel et Dreamworks signaient un partenariat stratégique visant à développer de nouvelles technologies et outils de production.

Les recherches ont manifestement avancé : cette semaine lors de la Techonomy Conference, Jeffrey Katzenberg (CEO de Dreamworks) a annoncé que le studio d’animation allait tirer parti des processeurs disposant d’un grand nombre de coeurs.

Le but n’est pas ici d’accélérer le rendu ou d’améliorer le pipeline, mais de le révolutionner : ce que visent les deux société, c’est la possibilité de faire du rendu temps réel de qualité cinéma. Le graal pour les artistes…

Forward Thinking, qui propose un compte-rendu de l’annonce, revient sur les raisons historiques qui poussent Dreamworks à vouloir bouleverser son pipeline : contrairement à Pixar, le studio a autrefois travaillé en animation 2D, et a subi de plein fouet la transition vers la 3D : le film Sinbad, en 1993, avait marqué la déchéance de l’animation traditionnelle pour Dreamworks, et des modifications profondes avaient eu lieu. Katzenberg a indiqué que lors de la transition, un tiers des artistes étaient tout simplement obsolètes, un autre tiers devant être formé aux nouvelles méthodes.
Depuis, le studio a sans cesse cherché à innover.

Pour Katzenberg, le support des processeurs many core au sein de l’ensemble des outils de production changerait radicalement le pipeline : la douzaine d’étapes actuelles serait divisée par deux, au minimum.
Bien évidemment, cela implique de réécrire tous les outils internes : un travail achevé aux deux tiers, une partie des modifications étant déjà en production.

Certains seront tentés de faire le parallèle avec l’actualité concernant un processeur à plus de 50 coeurs développé par Intel, mais dans l’immédiat, il s’agit plutôt d’utiliser des puces disposant de « seulement » 12 coeurs.

Katzenberg
Photo Techonomy

On peut évidemment se demander ce que fera Dreamworks des économies de ressources engendrées : selon Forward Thinking, Katzenberg souhaiterait utiliser la moitié de ces gains pour améliorer la productivité, l’autre étant gommée par une amélioration globale des films en laissant plus de temps aux artistes pour améliorer leurs travaux.

Notons enfin que Dreamworks semble également avoir des projets du côté d’internet et des médias sociaux, comme le souligne Technology Review. Le but semblerait être de rendre le web moins axé sur le texte, et davantage sur l’audiovisuel. L’initiative reste toutefois relativement floue pour le moment.

Voici l’interview complète en vidéo, qui dure une demi-heure (avec une ou deux minutes de battement au début, avant l’arrivée de Katzenberg sur scène) :

A Lire également