SATIS et Screen4All 2017 : retour sur le salon en images

Satis - Screen4all

La semaine passée se tenait l’édition 2017 du SATIS et de Screen4All, deux évènements désormais liés. Pour compléter notre compte-rendu des conférences (making-of de Zombillenium et outils de montage vidéo), voici un aperçu en images de l’évènement.

SATIS et Screen4All se tenaient aux Docks de Paris (au Nord de la Capitale), dans trois espaces de conférences et d’exposition. Un morcellement qui ne posait pas de réel problème : les bâtiments étaient séparés de quelques dizaines de mètres tout au plus.

Les conférences étaient au coeur de l’évènement, avec une organisation technique bien pensée : écran et caméras permettaient une bonne visibilité.

Satis - Screen4all

Plus loin, la société DreamWall (studio belge issu d’un rapprochement de Dupuis et de la RTBF) présentait une démonstration de plateau virtuel avec fond vert remplacé en direct par un habillage 3D. Un système qui s’appuyait sur l’Unreal Engine et les solutions Zero Density.
Le client type de ce genre de technologie est évidemment la télévision : France 2, M6 ou encore TV5 Monde ont d’ailleurs déjà fait appel à ce service.

SATIS

Sans surprise, l’espace d’exposition permettait également de tester des caméras de tous modèles, qu’il s’agisse de produits compacts ou de rigs davantage pensés pour le cinéma.

SATIS

La société Phabrix présentait ses solutions : l’entreprise propose des outils de diagnostic, mesure et analyse qui permettent par exemple d’effectuer de la détection de panne, du monitoring, de l’analyse sur la chaîne de diffusion des flux. Là encore, des outils pensés pour le secteur broadcast, que ce soit en studio ou sur le terrain, dans des camions de montage et diffusion.

Datanaute, de son côté, proposait des démonstrations autour de Manieto, serveur d’enregistrement et d’édition qui permet notamment d’ajouter des effets de ralenti.

SATIS

SATIS

Outre la vidéo, l’audio était présent : micro, systèmes d’enregistrement et du traitement du son, mais aussi des concepts plus exotiques comme Stubiobricks et ses cabines à isolation phonique. De quoi enregistrer une voix off ou un doublage à quelques mètres de bureaux bruyants.

SATIS

Entre une séance de réalité virtuelle et une démonstration de système d’éclairage LED dernier cri, d’autres éléments de la chaîne broadcast pouvaient être explorés.
On pourra notamment citer LightyShare, une plateforme de location de matériel audiovisuel avec système d’assurance en cas de casse/vol, ou l’entreprise ImaginColor spécialisée dans la colorisation pour le cinéma et la télévision (et dont vous avez vu le travail dans la série historique Apocalypse).
Parce que l’image et le son ne font pas tout, il était aussi possible de croiser des sociétés spécialisées dans le sous-titrage/la localisation, comme CheckSub et ses 14 langues maîtrisées.

Enfin, l’archivage n’a pas été oublié. Fujifilm présentait ses solutions de stockage sur bande magnétique. Un medium souvent perçu comme obsolète mais dont le groupe continue à mettre en avant les avantages, comme une plus grande stabilité dans le temps et un taux de défaillaince bien moindre. et des tarifs relativement bas (de l’ordre de 80€ pour 6To). En revanche, cette option nécessite de s’équiper de modules de lecture onéreux à l’achat : raison pour laquelle, sans doute, les plaquettes Fujifilm mettent en perspective les frais en donnant plutôt un équivalent mensuel, en se basant sur une utilisation durant 5 ans.

SATIS

Au final, on pourra regretter la taille assez réduite de l’évènement : on est loin de l’espace d’exposition gigantesque proposé au début des années 2010.
On appréciera cependant la diversité des exposants, avec une couverture assez complète des métiers du broadcast sur toute la chaîne de production et diffusion. L’occasion de sortir de sa zone de confort et de mieux comprendre les enjeux d’autres métiers et secteurs. Le volet de conférence couvrait des sujets assez larges, du tournage à la post-production en passant par la VR ou l’aspect business : là aussi, une volonté claire de s’adresser à des publics variés.

Rendez-vous en 2018, donc, pour une prochaine édition.

Satis - Screen4all

A Lire également