VFX Assemble : une campagne atypique pour syndicaliser le secteur VFX à Londres (MAJ)

VFX Assemble

Mise à jour du 8 novembre : à 2 jours de la fin de la campagne, le pourcentage annoncé sur le site a grimpé, mais reste loin des 50% : il est passé à 29% contre 21% le 11 octobre.
Autre information : le superviseur VFX Joe Pavlo (Le Livre de la Jungle, Star Wars Episode II, Rome) a lancé sur Reddit un « Ask Me Anything » sur cette initiative qu’il soutient ouvertement.
Publication initiale le 11 octobre 2017.

Le syndicalisme dans le secteur des effets visuels est une question récurrente ces dernières années. Souvent évoqué, le sujet se traduit rarement par une réussite. Un paradoxe alors que le secteur du cinéma, lui, est généralement largement syndicalisé.

Les artistes ont souvent peur de représailles éventuelles, ou ont le sentiment qu’ils seront minoritaires et que la majorité de leurs collègues hésitera à sauter le pas.

La campagne VFX Assemble lancée par The VFX Union ambitionne de faire sauter ces freins pour la communauté VFX de Londres. Soutenue par BECTU (syndicat du secteur médias/divertissement au Royaume-Uni), l’approche est inspirée du crowdfunding : les professionnels sont invités à s’inscrire mais leur adhésion au syndicat ne sera lancée (et débitée) que lorsque la moitié des artistes du studio auront fait de même. Une approche intéressante qui donne aux artistes et techniciens l’assurance qu’ils seront majoritaires si la syndicalisation devient effective.

La campagne vise explicitement les « big four » de Londres : les quatre studios Double Negative, ILM, MPC et Framestore. Des revendications sont déjà mises en avant :
– avoir une voix dans l’entreprise ;
– la fin des heures supplémentaires non payées à outrance ;
– une protection de la part du studio contre les demandes irraisonnée des clients, et le droit d’être crédité pour son travail ;
– des congés maladie, un système de pension transférable et un congé parental.

Outre le site, la campagne se traduit également de façon physique avec une distribution de tracts :

 

L’adhésion coûte 10£ par mois (un peu plus de 11€). Le syndicat assure évidemment l’anonymat des membres, et rappelle que les studios ne peuvent légalement pas demander aux employés s’ils sont syndiqués, ni les pénaliser s’ils le sont.

A l’heure actuelle, le site affirme que 21% des employés des quatre grands studios ont rejoint la campagne. Reste désormais à suivre l’évolution de la campagne, qui pourrait donner des idées similaires à d’autres régions du monde.

A Lire également