Lindy De Quattro

L’intérêt de disposer d’une personne dédiée à la supervision des effets visuels sur un plateau ne fait pas encore l’unanimité ; certains réalisateurs préfèrent s’en passer, ce qui peut générer des pertes de temps et d’argent en aval.

PostPerspective revient sur le sujet avec les témoignages de plusieurs VFX Supervisors qui sont intervenus sur plateau : John Kilshaw de Zoic Studios, Lindy De Quattro d’ILM (photo ci-dessus) qui précise d’ailleurs que le studio considère qu’il s’agit d’un prérequis indispensable, et enfin Erik Winquist de Weta Digital.
Le trio souligne que les VFX Supervisors lors du tournage permettent d’optimiser la prise de vue, de trancher entre plusieurs options (fond vert ou décor, explosions réelles éventuellement améliorées en post-production ou full 3D), évitent les erreurs de gestion du fond vert. Lindy De Quattro précise qu’il est également courant qu’elle soit amenée à diriger la seconde équipe de tournage, la transformant ainsi en réalisatrice.
L’article insiste sur le fait que ces bénéfices existent aussi pour les petites productions, y compris sur les séries TV à budget réduit ou les publicités.

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

This site uses XenWord.
X