Accueil » Recherche : pour être efficace, un watermark doit être en partie aléatoire

Recherche : pour être efficace, un watermark doit être en partie aléatoire

Watermark

Les watermarks visibles sont très largement utilisés lorsqu’il s’agit de protéger des images contre la copie. Les banques d’images comme Adobe Stock ou Fotolia, par exemple, s’en servent très largement pour s’assurer que leurs clients potentiels ne décident pas tout simplement d’utiliser les aperçus des contenus sans payer.

Le plus souvent, ces watermarks sont constitués d’un motif appliqué de façon semi-transparente sur toutes les images d’une banque de contenus.
Problème : une nouvelle publication montre que cette approche a une efficacité limitée. Ce travail de recherche, intitulé On the Effectiveness of VisibleWatermarks, a été publié par Tali Dekel, Michael Rubinstein, Ce Liu et William T. Freeman de Google Research.
Les chercheurs montrent qu’il est possible de détecter et supprimer le watermark d’un site donné.

La suppression manuelle du watermark d’une photo est fastidieuse et ne peut pas vraiment être appliquée sur un grand nombre de visuels. Un algorithme, de son côté, aura du mal à déterminer sur une photo unique quels détails font partie du watermark.
En revanche, tout change dès lors que l’on considère une vaste banque d’images. Puisque le watermark est identique sur toutes les photos, créer une image médiane à partir de dizaines ou centaines de clichés permet de le mettre en avant ; un algorithme peut alors estimer précisément sa forme et son opacité. Il devient ensuite facile d’inverser l’effet sur les clichés d’origine.

La même publication propose une solution pour contrer cette méthode : introduire de l’aléatoire dans l’application du watermark. Des perturbations géométriques sur le motif utilisé, mêmes minimes, améliorent sensiblement la robustesse du système.
Certaines banques d’images ont d’ores et déjà pris en compte ces suggestions : Shutterstock, par exemple, a modifié le watermark de ses dizaines de millions d’images avant la publication du travail de recherche.

Pour plus de détails, on consultera l’article Google Research consacré à ce projet ; on y trouvera également un lien vers la publication complète.

A Lire également