V-Ray

Nous vous l’annoncions ce matin : V-Ray 3.6 pour 3ds Max apporte une fonction de rendu hybride, avec un calcul réparti entre CPU et GPU.

Chaos Group a publié un article qui revient plus en détails sur cette technologie, ses avantages et limites.

L’entreprise explique que le code GPU CUDA a été porté sur CPU dans le but initial de faciliter la traque des bugs, car les développeurs y disposent de meilleurs outils d’analyse que sur GPU.
Le rendu hybride est un effet secondaire imprévu : puisque le code CUDA tournait désormais à la fois sur CPU et GPU avec le même résultat, l’idée de combiner les puissances de calcul est venue naturellement.

L’article propose plusieurs cas concrets, dont celui ci-dessus, avec des rendus en 1920×1080 sur une station équipée de deux Xeon Intel (E5-2687W v3 3.10 GHz soit 40 coeurs logiques) et de deux NVIDIA Quadro GP100 (7168 coeurs GPU). Rappelons au passage que coeurs CPU et GPU ne sont évidemment pas équivalents en termes de puissance.
Le gain apporté par le CPU reste minime, de 13 à 25% sur les scènes testées : pas de révolution, donc, mais un apport qui reste non négligeable.

Chaos Group explore également quelques pistes pour les usages de ce rendu hybride : ne plus laisser de puissance de calcul inutilisée, pouvoir se servir du CPU si la RAM GPU est trop petite pour faire tenir une scène, ou encore une gestion plus fine des changements matériels.

Enfin, Chaos Group souligne que le moteur de rendu GPU/CPU V-Ray Hybrid n’est pas le même que le moteur 100% CPU (V-Ray Production), et que les deux moteurs resteront distincts.

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

X