Justice : Oculus condamné à verser 500 millions de dollars à ZeniMax

Oculus Rift

En 2014, ZeniMax (société mère, entrre autres, du studio ID Software) attaquait en justice Oculus VR, l’accusant notamment de vol d’informations commerciales. Mi janvier, nous vous indiquions que le procès lié à cette affaire avait débuté.

Le verdict est désormais tombé.
D’un côté, le jury a tranché en faveur d’Oculus VR sur l’accusation de vol de secrets commerciaux, de contrefaçon de marque ou encore de concurrence déloyale.

En revanche, Oculus est condamné à 200 millions de dollars d’amende pour rupture de NDA (accord de non divulgation), 50 millions pour infraction à la loi sur le copyright. Les accusations de « fausse désignation d’origine » envers Palmer Luckey (fondateur de la société), Oculus et Brendan Iribe (cofondateur de la société) sont également punies, avec d’importants montants en compensation : respectivement 50, 50 et 150 millions de dollars.
Au total, 500 millions de dollars devront donc être déboursés.

Du côté de ZeniMax, on se félicite évidemment du jugement. L’entreprise a déclaré à Polygon qu’elle envisageait de réclamer une injonction pour faire cesser, au moins temporairement, la vente des casques Oculus Rift.

Chez Oculus et de la maison mère Facebook, la partie positive du jugement a d’abord été mise en avant. A la sortie du procès, le groupe se déclarait toutefois « déçu par quelques autres aspects du verdict ».
Auprès de CNBC, Sheryl Sandberg (directrice des opérations de Facebook) a déclaré que l’entreprise envisageait de faire appel.

A Lire également