Accueil » Game Jams : des conseils pour bien se lancer

Game Jams : des conseils pour bien se lancer

Game Jam

Avec le lancement demain soir de la Global Game Jam, certains d’entre vous vont peut-être se lancer pour la première fois. D’autres envisagent peut-être de le faire lors d’autres game jams, puisque ces évènements sont organisés régulièrement.
Pourtant, il n’est pas évident de gérer ce challenge, et mieux vaut être préparé.

On trouvera en ligne de nombreuses listes de conseils pour profiter au mieux de cette expérience : par exemple chez Gamasutra, dans une liste concoctée par Danyl Bekhoucha alias Linko, ou encore chez IndieMag.

Voici un petit condensé non exhaustif ; n’hésitez pas à consulter les liens ci-dessus pour d’autres conseils.

– Venez préparé. Physiquement (reposez-vous et dormez en amont !), mais aussi sur l’aspect matériel. Découvrir le jour même que l’on a oublié d’installer tel ou tel utilitaire, c’est perdre du temps.

– Pensez à votre corps : mangez, buvez. Et sans vous gaver uniquement de sucre, caféine et pizza. De même, la tentation peut être forte de dormir un minimum, mais le risque est de faire chuter votre productivité. De vraies pauses repas et un sommeil suffisant permettront de garder la tête froide.
N’oubliez pas également d’apporter de quoi rester au chaud, si le temps le nécessite.

– Gérez votre temps : lors du lancement, fixez des deadlines pour ne pas vous retrouver débordé.

– Se fixer des objectifs : il peut être intéressant de décider les points sur lesquels on va travailler, de façon à progresser sur ces aspects. Par exemple, se forcer à utiliser un outil ou une technique, un élément de game design, un style artistique.
Attention cependant : se lancer à l’aveugle dans un outil ou une contrainte technique peut être un piège. N’hésitez pas à pratiquer en amont, par exemple via des tutoriels : la game jam servira alors de terrain pour faire pousser votre expérience, pas de forêt à débroussailler.

– Si vous débutez, pensez simple : un concept rapide à mettre en place vous assurera que le jeu sera fonctionnel à la fin de la jam. N’hésitez pas à travailler de façon itérative ou évolutive : un concept de base sur lequel vous rajouterez des couches successives, ou un concept que vous modifierez suite aux essais successifs.

– Pour une game jam « physique » et non en ligne, attention à l’utilisation de services externes (Dropbox en tête) pour la gestion de vos fichiers : si le réseau du lieu qui héberge la game jam venait à tomber en rade, vous seriez bloqué. Avoir une sauvegarde locale peut vous sauver la mise. Il peut s’agir d’une clé USB ou, comme le conseille Linko, d’un NAS.

Enfin, n’hésitez pas à nous faire part en commentaire de vos créations et retours, si vous participez à la Global Game Jam ce week-end.

A Lire également