Ryse
Ryse, un des jeux développés par Crytek.

Depuis plusieurs mois, des employés du studio de jeu vidéo Crytek avaient fait par de leur mécontentement. En cause, l’incapacité de l’entreprise à verser les salaires à temps, et ce depuis mai – juin dernier. Selon des sources internes, les délais se comptaient désormais en semaines, voire en mois : les salaires d’octobre et novembre n’auraient par exemple pas été payés avant décembre pour certains employés de Crytek Franckfort.

Ce type de délai au sein d’une entreprise indique souvent de graves problèmes financiers, et Crytek le confirme désormais à demi-mot, en annonçant un vaste plan de restructuration.

Concrètement, Crytek va fermer ses studios de Budapest (45 employés selon le site officiel de Crytek), Sofia (70), Seoul (5), Shanghaï (40) et Istanbul (11). Au total, 171 employés seraient donc touchés. Un chiffre qui est peut-être surestimé : dans la foulée des salaires payés en retard, il semble que certains employés avaient déjà choisi de claquer la porte.
Seuls resteront en place les sites de Franckfort (400 employés) et Kiev (160).

Crytek indique évidemment vouloir continuer à travailler sur son moteur de jeu, le Cryengine, qualifié de “pillier” de sa stratégie. Il aura donc droit à des mises à jour régulières. En outre, Crytek à développer des licences premium. De quoi s’attendre à de nouveaux jeux à l’avenir.

Cette restructuration de grande ampleur suffira-t-elle à redresser le groupe ? Réponse, sans doute, d’ici quelques mois.

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

X