Accueil » Nostalgie : Fantasmagorie, premier dessin animé cinématographique

Nostalgie : Fantasmagorie, premier dessin animé cinématographique

Comme chaque semaine, la rubrique Nostalgie revient et vous plonge dans le passé… Cette semaine, place à Emile Cohl (Emile Courtet de son vrai nom), dessinateur et animateur français considéré comme l’auteur du premier vrai dessin animé cinématographique, Fantasmagorie. Ce petit film de moins de deux minutes a été projeté pour la première fois le 17 août 1908, à paris, théâtre du gymnase.

Le fait qu’il s’agisse d’un dessin animé cinématographique a de l’importance, car à l’époque, les innovations foisonnent. En 1799 déjà, la lanterne magique (sorte d’ancêtre du projecteur de diapositives) avait été améliorée par Étienne-Gaspard Robert, qui réussissait à donner une illusion de mouvement.
Plus tard, d’autres inventions donnèrent un semblant de dessin animé, comme le phénakistiscope et son disque en rotation comportant une série de dessins décomposant le mouvement.
James Stuart Blackton, aux USA, créera à partir de 1900 quelques films d’animation, en filmant notamment un tableau noir sur lequel sont dessinés des personnages. En voici deux : The Enchanted Drawing (1900) et Humorous Phases of Funny Faces (1906). Dans ce dernier, on notera l’utilisation du cut-out, lors de la scène avec un chien sautant dans un cerceau, utilisée de façon à faire croire à un contour à la craie.

 

Certes, les travaux de Blackton ressemblent déjà beaucoup à du dessin animé, mais Cohl va aller plus loin : exit le tableau de craie et la technique de type stop-motion, il va créer environ 700 dessins à l’encre de chine sur papier blanc, avant d’utiliser leurs négatifs… Pour retrouver un effet proche de la craie. Reste qu’en s’affranchissant du fond réel, en s’aventurant dans l’imaginaire et en utilisant des dessins pour son animation, Cohl reste considéré comme le père du dessin animé cinématographique.
Blackton, lui, n’est pas oublié, et c’est en père de l’animation US qu’il reste dans les mémoires.

Sources/pour en savoir plus :
– Pages wikipédia d’Emile Cohl et de Blackton(en anglais, la vf étant nettement moins complète). A lire également, l’article sur Fantasmagorie.

A Lire également