Grêve

La SAG-AFTRA (Screen Actors Guild – American Federation of Television and Radio Artists) lance aujourd’hui une grève des acteurs voix et cascadeurs dans le secteur du jeu vidéo. La guilde explique avoir tenté de négocier « depuis plus de 19 mois » avec les employeurs pour mettre sur place un nouvel accord avant de décider le lancement de la grève. L’accord actuellement en place remonte à 1994.

Plusieurs entreprises sont visées par la grève, et notamment d’importants éditeurs et studios :

Activision Publishing, Inc.;
Blindlight, LLC ;
Corps of Discovery Films ;
Disney Character Voices, Inc. ;
Electronic Arts Productions, Inc. ;
Formosa Interactive, LLC ;
Insomniac Games, Inc. ;
Interactive Associates, Inc. ;
Take 2 Interactive Software ;
VoiceWorks Productions, Inc. ;
WB Games, Inc.

Un communiqué explique les raisons de cette action.
Le document évoque notamment des problèmes de sécurité sur plateau : lorsque les acteurs font des cascades, aucun superviseur (stunt coordinator) n’est requis, contrairement à d’autres secteurs.
Des problèmes se posent aussi en enregistrement classique : le travail sur la voix est souvent très physique, avec par exemple des besoins de hurlements et cris en tous genres. Lors de sessions répétées, ces cris peuvent avoir un impact réel sur l’acteur : la guilde évoque des évanouissements, vomissements, voire des dommages définitifs sur la voix. Un des objectifs de la SAG-AFTRA est d’obtenir des sessions de 2 heures maximum, contre 4 actuellement, pour les performances les plus intenses.
La guilde réclame en outre plus de transparence : les acteurs ne savent pas forcément pour quel rôle/titre ils signent un contrat, et ne n’ont souvent aucune information préalable sur ce qui est attendu.
Enfin, la SAG-AFTRA réclame des bonus en fonction des performances des jeux, selon le nombre d’unités vendues.

Plus globalement, la guilde réclame une prise au sérieux de la part des entreprises du secteur. Le communiqué accuse notamment certains employeurs, face aux réclamations concernant la sécurité des acteurs voix, d’avoir simplement proposé la mise à disposition de thé et d’eau. Une mesure certes nécessaire, mais dérisoire, selon la SAG-AFTRA.

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite