Ubisoft : acquisition, obligations et communication

Ubisoft
Capture d’écran du site noussommes.ubisoft.com

Le géant du jeu vidéo Ubisoft multiplie les annonces ces derniers jours, qu’il s’agisse de décisions stratégiques ou d’opérations de communication. 
Rappelons qu’après le rachat de Gameloft par Vivendi, les frères Guillemot craignent que le groupe ne cherche à passer en force pour acquérir Ubisoft. Une peur confortée par l’acquisition régulière de nouvelles actions Ubisoft par Vivendi, et par les demandes du groupe de siéger au conseil d’administration.

– La semaine passée, Ubisoft a annoncé une émission obligataire  de 400 millions d’euros sous formes d' »obligations à option de conversion et/ou d’échange en actions nouvelles et/ou existantes » (OCEANE).  Autrement dit, un emprunt remboursable en actions, à l’échéance 2021.
L’argent récolté devrait permettre de financer plusieurs besoins : par exemple, un refinancement de la dette actuelle, de nouveaux rachats de sociétés et des rachats d’actions.

– Ubisoft a mis en place une page « nous sommes Ubisoft« , qui est notamment mis en avant sur le moteur de recherche Google via une campagne publicitaire. Le site promeut les licences du groupe, rappelle quelques chiffres clés et parle « d’indépendance au service de la création de valeur ». On y trouve même des chiffres sur le cours de l’action Activision Blizzard, sous le contrôle de Vivendi puis après sa séparation du groupe. Le message est clair : les frères Guillemot invitent les actionnaires, s’ils veulent voir le cours de l’action continuer à grimper, à ne pas se tourner vers Vivendi.

Nous Sommes Ubisoft
Capture d’écran du site noussommes.ubisoft.com

– Le cofondateur et PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, a accordé des interviews à différents médias tels que JeuxVideo.com et GameSpot. Dans les deux cas, les ambitions de Vivendi sont évoquées de front. Yves Guillemot y défend sa vision d’un Ubisoft indépendant et innovant, et explique en substance qu’un rachat par Vivendi serait une catastrophe pour l’entreprise, les employés et les joueurs. Des interviews dans la ligne directe de la communication officielle du groupe, donc. Qu’il s’agisse de JeuxVideo.com ou GameSpot, ces médias ont un public très large et relativement jeune.
On notera que les questions délicates sont éludées et passées sous silence par les médias eux-mêmes. Pas d’attaque réelle sur l’annualisation de certaines licences, par exemple, qui a conduit à l’absence de nouveautés d’un opus à l’autre et à la contradiction du discours affiché d’innovation. Pas de relance non plus sur certains aspects financiers et stratégiques : un choix regrettable.

– Hier, le groupe a annoncé le rachat de Ketchapp, société spécialisée dans l’édition de jeux pour mobiles tels que 2048 ou Stack. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, et le rachat devrait être finalisé d’ici la fin de l’année.
Grâce à cette acquisition, Ubisoft devrait devenir le quatrième plus gros éditeur de jeux pour smartphones en termes de nombre de téléchargement.

Alors que l’assemblée générale des actionnaires d’Ubisoft est prévue le 29 septembre, La famille Guillemot cherche clairement à imposer sa vision et à prouver aux actionnaires que sa stratégie est la voie à suivre. Avec la volonté très nette de faire barrage aux velléités de Vivendi.

A Lire également