Accueil » Sausage Party : des heures supplémentaires resteraient impayées, une plainte déposée

Sausage Party : des heures supplémentaires resteraient impayées, une plainte déposée

Temps de lecture : 2 minutes

Sausage Party

Le film d’animation Sausage Party, réalisé par Conrad Vernon et Greg Tiernan et visant un public adulte, a réussi son lancement aux USA avec 34,3 millions de dollars récoltés pour son premier week-end. Le film n’a coûté que 19 millions de dollars à produire, et suit les aventures d’aliments qui découvrent la triste fin qui les attend une fois sortis du supermarché.

Ce succès fait grincer des dents certains animateurs du studio Nitrogen, en charge de la production du long-métrage et situé à Vancouver. Ils affirment que leurs heures supplémentaires n’ont pas été payées. Certains ne seraient même pas crédités.

Plusieurs médias américains ont évoqué l’affaire, dont le Hollywood Reporter. Ce dernier s’est procuré une lettre signée par une trentaine d’animateurs de Nitrogen. Envoyée à la hiérarchie du studio en décembre, elle dénonce des pressions importantes envers l’équipe pour faire travailler les artistes au-delà des horaires officiels, avec des tactiques d’intimidation et des menaces de blacklistage. Le studio aurait également prétexté que d’autres départements faisaient des heures supplémentaires non payées de façon volontaire pour refuser de rétribuer les animateurs.

Greg Tiernan, Chief Creative Officer de Nitrogen, a depuis réfuté en bloc ces accusations auprès du Hollywood Reporter. Il a affirmé que le studio respectait à la lettre les lois et obligations concernant les heures supplémentaires.
Nicole Stinn, Chief Executive chez Nitrogen, a tenu le même discours ; le Los Angeles Times rapporte qu’elle nie elle aussi un quelconque problème d’heures impayées.

Variety a également couvert l’affaire, et des animateurs ayant préféré conserver l’anonymat ont confirmé les accusations évoquées plus haut. D’autres, en revanche, semblent conserver un bon souvenir de la production.

Les syndicats ont eux aussi réagi. Unifor Local 2000, situé en Colombie Britannique, a porté plainte et en profite pour rappeler que les studios de Vancouver sont très peu syndiqués.
Le site VFX Forum, dirigé par des vétérans des effets visuels qui ont lancé la branche VFX dy syndicat BECTU, a publié une lettre ouverte. Elle soutient ouvertement les artistes.

Précisons enfin que face au succès du film aux USA, il aura finalement droit à une sortie dans les salles françaises, au mois de novembre.

A Lire également