Accueil » Kerner Optical : la fin d'un rêve

Kerner Optical : la fin d'un rêve

Kerner Optical, qui était jusqu’en 2006 une division d’ILM, vient d’annoncer la fermeture du studio.

Durant plus de 30 ans, Kerner Optical a travaillé dans le domaine des practical effects, autrement dit des effets visuels n’impliquant pas d’infographie : de la cabine téléphonique factice qui sonne aux maquettes utilisées sur certains tournages, en passant par des props en tous genres.
Comme indiqué plus haut, Kerner Optical était au départ une division au sein d’ILM ; leur palmarès durant cette ère est impressionnant, les équipes ayant travaillé sur des films allant de THX 1138 à Narnia, en passant par l’ensemble de la première trilogie StarWars, les Indiana Jones, ET, Dark Crystal, Total Recall, Jurassic Park, les premiers Harry Potter

Pirates des Caraïbes
Modèles préparés par Kerner Optical pour Pirates des Caraïbes

En 2006, la séparation entre VFX et Practical Effects devint effective, et dès le départ la nouvelle entité fut dans le rouge, ne parvenant pas à faire des bénéfices dans un marché sans cesse plus réduit, principalement en raison de la domination des effets visuels conçus sur ordinateur. L’entreprise travaillera tout de même sur de gros films, continuant son travail sur les sagas Harry Potter et Pirates des Caraïbes, ou gérant les practical effects de Transformers (maquettes, effets pyrotechniques, destructions de décors), Iron Man, … Et même les quelques plans en live-action de Wall-E !

Pearl Harbor
Maquette de bateau et fumée pour Pearl Harbor

AI
Maquettes pour AI – Intelligence Artificielle

Eric Edmeades, désormais ex-manager du studio, donne dans une lettre publiée sur le site de la société quelques explications sur les raisons qui, selon lui, ont abouti à la chute de ce monument de l’histoire des effets visuels.
Arrivé en poste il y a deux ans, Edmeades avait pour tâche principale de redresser le navire et de parvenir enfin à faire des bénéfices. Mission réussie, puisque le studio étant enfin repassé dans le vert cette année, et avait publié d’excellents résultats pour la période janvier-juillet 2011. L’entreprise, qui s’était placée depuis le début de l’année sous la protection du système légal américain via les lois sur les banqueroutes, avait donc su convaincre ses clients (le plus gros étant ILM) de rester confiants. Au moment de sa mise en banqueroute, le studio avait accumulé plus de 4 millions de dollars de dettes, avec des actifs de 800 000 dollars environ.
Cette mise en banqueroute s’accompagne légalement d’un plan de restructuration profonde, plan qui, d’après Edmeades, avait reçu les fonds et appuis nécessaires auprès des clients de Kerner Optical pour être validé par la cour de justice chargée du dossier.

Problème, un membre de l’équipe de management, qui se trouve également être un créancier du studio, en a décidé autrement. Il s’agirait, si l’on en croit HRPayrollServices, de Kevin Duncan, businessman de Denver qui avait participé au financement du rachat de Kerner Optical en 2006.

Pour Edmeades, l’histoire est claire : Duncan aurait torpillé la renaissance du studio en entravant le processus de banqueroute via diverses demandes, tout en faisant courir des rumeurs de mauvais management sur Edmeades (nous vous invitons à consulter HRpayrollservices pour plus de détails, avec les accusations de Duncan et la réponse d’Edmeades). Conquence, le plus gros client de Kerner Optical vient de confier un gros contrat à une autre compagnie. Ce client, non nommé dans la lettre d’Edmeades, est en fait… ILM. Sans les contrats du studio de Lucas, Kerner Optical ne peut tout simplement plus vivre, et se résout à fermer.

On notera tout de même un passage étonnant dans la lettre d’Edmeades :

 

This improvement in our business results and outlook took place despite the uncertainty created by our Chapter 11 filing and largely because of unwavering support by our largest customers. It also took place because everyone on our team went well past the call of duty to deliver the highest quality work on the tightest possible budgets. The closure of Kerner Optical is by no means a failure of our team.

 

La mise en avant du travail formidable des équipes du studio est certes louable, mais Edmeades souligne en parallèle les budgets très serrés. Or, c’est justement la combinaison travail acharné/budgets avec une marge de manoeuvre très réduite qui ont conduit ces dernières années plusieurs studios à fermer… On pourrait donc pointer du doigt cette situation comme étant la cause profonde des problèmes du studio.

Difficile en tous cas de trancher définitivement entre les versions de Duncan et Edmeades. ILM s’est exprimé par la voix de son directeur du marketing et de la communication, qui évoque simplement le fait qu’avec la banqueroute, il n’était pas certain que Kerner puisse assurer son travail efficacement, dans les temps et en totalité. Difficile de savoir si les rumeurs ont aussi joué, et dans quelle mesure.

Quoiqu’il en soit, avec la fin de Kerner Optical, une page monumentale se tourne. Plus de 250 films dont une bonne partie des plus gros blockbusters de ces 30 dernières années témoignent du savoir-faire des équipes du studio.

Notons enfin que les autres compagnies du groupe Kerner, et notamment Kerner 3D Technologies (qui propose des rigs relief), continueront à fonctionner.

 

Pour plus d’informations :
Dossier sur Kerner Optical publié en 2007 par FxGuide, dont sont issues les illustrations de cet article (on en trouvera d’autres en HD dans le dossier)
Lettre d’Eric Edmeades annonçant la fermeture
– Quelques détails sur l’opposition Duncan/Edmeades sur HRPayrollServices.

Starwars
Exemples de réalisations pour la nouvelle trilogie Starwars… Non, la 3D n’était pas partout, et des maquettes ont bel et bien été utilisées !

A Lire également