Iray VR : le moteur de rendu de NVIDIA s'attaque à la réalité virtuelle

NVIDIA Iray VR

NVIDIA a profité de son évènement annuel, la GPU Technology Conference, pour faire une série d’annonces.

Pour la réalité virtuelle, le CEO Jen-Hsun Huang a dévoilé Iray VR, dont le but est de proposer un rendu photoréaliste en VR.
Concrètement, Iray VR fonctionne de la façon suivante :
– une centaine de light probes est pré-rendue en 4K autour de la zone de visualisation/interaction. Chaque light probe est en fait un light field. Au total, une centaine d’heures de calcul est nécessaire sur des GPUs pour serveurs ;
– en temps réel et sur une station équipée de GPUs haut de gamme type Quadro M6000, Iray VR va rasterizer la scène du point de vue de l’oeil pour créer un buffer de profondeur ;
– enfin, de multiples light probes sont utilisés et combinés pour former l’image.

L’intérêt sera évidemment de dépasser les limites de la 3D temps réel, et de créer des rendus particulièrement réalistes. La présentation comporte d’ailleurs une démo de visualisation d’un futur bâtiment NVIDIA à Santa Clara.
Au vu du matériel utilisé, cette technologie se destine aux professionnels, et en particulier au secteur de la visualisation (automobile, architecture).

Toutefois, NVIDIA a voulu démocratiser cette approche avec Iray VR Lite.
Ce « petit frère » d’Iray VR, pour reprendre l’expression de Jen-Hsun Huang, permettra d’utiliser la même technologie avec n’importe quel outil intégrant Iray (et donc Maya, 3ds Max). Au lieu de générer une série de light probes, l’outil ne créera qu’une seule sphère, visible sur n’importe quel système Android, par exemple via un Google Cardboard. De quoi rendre la technologie accessible à tous les artistes.

Iray VR et Iray VR Lite seront lancés en juin prochain.

A Lire également