Vivendi lance une OPA sur Gameloft

Gameloft

Conformément à ce que beaucoup attendaient, le groupe Vivendi annonce le lancement d’une OPA hostile sur Gameloft, spécialisé dans les jeux mobiles fondée par Michel Guillemot.

Rappelons qu’en décembre dernier, le groupe de Vincent Bolloré avait progressivement augmenté le nombre d’actions Gameloft qu’il possédait, et s’approchait rapidement de la barre des 30% du capital de Gameloft : au-delà de ce seuil, la loi impose le lancement d’une Offre Publique d’Achat (OPA).
Concrètement, Vivendi propose de racheter chaque action pour 6€, soit environ 50% de plus que le cours de bourse de Gameloft mi-octobre, avant le début de la prise de contrôle.

Si cette OPA était prévisible, elle n’en reste pas moins une attaque frontale envers la famille Guillemot. D’autant que si Vincent Bolloré réussit à leur arracher des mains Gameloft, la cible suivante sera logiquement Ubisoft, fondée et dirigée par Yves Guillemot.

Bien évidemment, les Guillemot risquent fort de s’opposer autant que possible à l’OPA contre Gameloft. Mais ses moyens sont limités : la famille ne possède que 19% des actions. De même, elle ne possède que 9% d’Ubisoft, soit moins que Vivendi (15% environ).

Quelques heures avant l’annonce de l’OPA, Ubisoft présentait aux investisseurs sa stratégie pour les années à venir : des objectifs ambitieux (60% de hausse du CA entre 2015-16 et 2018-19) qui sont aussi une façon pour Ubisoft de rassurer les actionnaires et de renforcer l’idée que son indépendance est une bonne chose. Yves Guillemot a d’ailleurs explicitement abordé le sujet, affirmant que pour lui, les fameuses « synergies » entres les activités d’Ubisoft et Vivendi seraient en fait très limitées, donc peu intéressantes pour les investisseurs.

Notons pour finir qu’Yves Guillemot a été interviewé par Le Figaro. L’entretien a eu lieu avant l’annonce de l’OPA, mais montre tout de même, une fois de plus, le refus très clair de Guillemot de s’allier avec Vivendi.

A Lire également