Accueil » Nostalgie : L'émergence des images de synthèse en France, soutenance de thèse le 6 novembre

Nostalgie : L'émergence des images de synthèse en France, soutenance de thèse le 6 novembre

Temps de lecture : 2 minutes

Cécile Welker (que vous connaissez sans doute si vous êtes membres de l’association Paris ACM SIGGRAPH) nous informe de la tenue de la soutenance de sa thèse en Esthétique et sciences de l’art, ce vendredi à Paris. Le sujet :

La fabrique des « nouvelles images »
L’émergence des images de synthèse en France dans la création audiovisuelle (1968-1989)

Voici le résumé de la thèse :

Entre la première thèse en informatique graphique (soutenue en 1968) et la première publicité entièrement synthétique diffusée à la télévision (en 1983), les images de synthèse se transforment en “nouvelles images”. Il ne s’agit pas d’évaluer ces prétendues images nouvelles en fonction de leurs qualités distinctives de rupture ou de continuité que l’expression a tendance à appeler, mais d’étudier leur mode de production et de représentation afin de déterminer ce qu’elles montrent des techniques employées, et les imaginaires que ces dernières véhiculent au moment d’émergence de l’image numérique, comme autant de propositions artistiques mais aussi d’enjeux idéologiques.

Étudiées d’un point de vue technique puis esthétique, grâce à l’étude croisée de témoignages, de littérature grise, et de l’analyse formelle des films, ces productions donnent à voir un processus de réappropriation du médium, avant et après l’image. Si elle définit une histoire « officielle » des images de synthèse en France, en replaçant aussi précisément que possible les productions dans leur environnement technique, politique et culturel, cette thèse a finalement mis en évidence les temps des images de synthèse en tant que produit innovant, depuis leurs lieux de fabrication jusqu’à leurs lieux de légitimation. Ses conclusions mettent en jeu les différentes circulations locales des hommes, des outils et des images, au moment où la politique culturelle de 1981 favorise la jonction art-ordinateur, et l’indiscipline des créations. 

Thèse dirigée par Bruno Nassim Aboudrar.

La soutenance est publique, vous pouvez donc y assister librement et gratuitement. De quoi découvrir ou redécouvrir tout un pan de l’Histoire de nos métiers, le temps d’une demi journée.

Informations pratiques :
La soutenance se tiendra le vendredi 6 novembre à 14h à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Centre Censier, salle 228 – 13, rue de Santeuil – 75005 Paris. Un cocktail sera organisé vers 18h dans la même salle.

Notez enfin que la thèse devrait à terme être disponible en ligne.

Cécile Welker
Cécile Welker, aux côtés d’une partie de l’équipe du Paris ACM SIGGRAPH et de Paul Debevec, en 2013.

A Lire également