Accueil » Seul sur Mars : Prime Focus World évoque la conversion relief

Seul sur Mars : Prime Focus World évoque la conversion relief

Temps de lecture : 3 minutes

Seul sur Mars

Le studio Prime Focus World et l’éditeur Blackmagic ont partagé avec nous quelques éléments sur le travail de conversion relief du film Seul Sur Mars, de Ridley Scott.
En effet, si la grosse majorité du film a été filmée nativement en relief, 15 minutes environ ont nécessité une conversion. Il s’agit entre autres de plans filmés par hélicoptère, qui n’ont pas pu être tournés en stéréoscopie.

Prime Focus World, habitué à ce type de tâche, a utilisé son workflow classique : View-D et Fusion Studio (édité par Blackmagic).

Première étape pour l’équipe : convertir en relief la bande-annonce. L’objectif selon Richard Baker, responsable du relief chez Prime Focus World : « comprendre ce que nos clients recherchaient pour la conversion du long-métrage ».

Les artistes devaient évidemment faire en sorte de conserver une continuité entre leur travail de conversion et les plans relief du reste du film. Il a fallu respecter le travail du stéréographe du film, Gareth Daley, et notamment l’effet de solitude donné au personnage principal.

Seul sur Mars

Pour proposer un résultat cohérent, l’équipe a joué sur la perspective. Richard Baker précisie ainsi « Nous avons obtenu un rendu dans lequel l’arrière-plan, notamment les collines au loin, était constitué de multiples couches qui donnaient l’impression que les collines étaient situées à des dizaines de kilomètres les unes des autres. […] Nous voulions également donner l’impression que le personnage principal était seul sur cette planète et avons manipulé la profondeur pour donner l’illusion qu’il était entouré d’un monde gigantesque. »

Prime Focus World a par ailleurs converti casques et combinaisons spatiales : la réflexion/réfraction empêche d’utiliser une extraction classique de la profondeur. Il a donc fallu utiliser des modèles 3D fournis par la production, ajustés ensuite sur les mouvements de l’acteur. Une depth map a pu être générée : en la combinant à de la rotoscopie, le relief a pu être créé par Sub-D.

Seul sur Mars
Seul sur Mars

Un problème rencontré par l’équipe était lié au choix de Ridley Scott, qui a opté pour un rendu à la netteté accentuée sur le Digital intermediate. Or, cela a fait ressortir certains défauts de conversion sur les contours des objets.
Pour résoudre ce problème, il a fallu utiliser des scripts Fusion Studio sur les plans reçus en EXR, de façon à réaliser un nouvel étalonnage et à accentuer la netteté. L’objectif pour Richard Baker : « comparer les séquences originales fournies par le client avec les séquences nettes et étalonnées du studio et identifier les contours à retravailler. »

Au total, Prime Focus World a géré environ 200 plans.

Seul sur Mars

A Lire également