Accueil » Interview 3DVF : Neil Corbould, Superviseur VFX sur Gladiator, Le 5e Element, Exodus…

Interview 3DVF : Neil Corbould, Superviseur VFX sur Gladiator, Le 5e Element, Exodus…

Temps de lecture : 2 minutes

Neil Corbould

A l’occasion du Paris Images Digital Summit 2015, nous avons eu l’occasion de passer un court moment en compagnie du Superviseur VFX Neil Corbould, récompensé pour sa carrière durant l’évènement par un prix Génie Awards d’Honneur.
Neil a travaillé avec les plus grands réalisateurs dont David Lynch, Steven Spielberg, Ridley Scott ou encore Luc Besson.

La vidéo est en anglais, mais vous trouverez plus bas un résumé en français.

Neil Corbould évoque tout d’abord son premier contact avec le cinéma et l’industrie des effets visuels : Christopher Reeves volant vers la Forteresse de la Solitude (pour le film Superman). Il a immédiatement su qu’il avait trouvé sa voie.
Il évoque ensuite les changements technologiques massifs qui ont eu lieu depuis ses débuts : il ne regrette pas la transition vers le numérique, et continue à trouver extraordinaire la vitesse à laquelle les avancées techniques surviennent. Il souligne tout de même qu’il faut une masse de travail importante pour rester sans cesse à la pointe, ne pas être dépassé par les innovations, et donc continuer à donner le meilleur de soi-même.

Corbould revient ensuite sur la préviz, un outil qui l’aide beaucoup et qui a fait de gros progrès ces dernières années.

Nous avons également abordé avec Neil Corbould la réalité virtuelle. Selon lui, cet outil va créer un véritable saut en avant lorsqu’il sera entre les mains du grand public.

Concernant le film Gravity, Neil Corbould pense que le système utilisé pour le tournage (boîte cubique avec LED et caméras montées sur des robots) a un réel avenir, et que d’autres viendront sans doute perfectionner cette approche sur d’autres projets.

Nous lui avons demandé quels conseils il aurait pour les jeunes artistes : être déterminé et ne pas abandonner, ne pas se laisser abattre en cas d’échec. Ne pas oublier que si l’on fait du bon travail, il finira par être remarqué et apprécié à sa juste valeur.

En conclusion, Neil Corbould nous a confié qu’il conserve son enthousiasme, même après 36 ans de carrière !

A Lire également