Accueil » Interstellar : les publications scientifiques liées au film

Interstellar : les publications scientifiques liées au film

Temps de lecture : 2 minutes

Interstellar

Pour créer les visuels du film Interstellar, Double Negative n’a pas travaillé au hasard : le studio d’effets visuels a collaboré avec le chercheur Kip Thorne, de façon à reproduire ce à quoi ressemblerait un trou noir et ses environs.

Cette collaboration a donné lieu à une publication scientifique intitulée Gravitational lensing by spinning black holes in astrophysics, and in the movie Interstellar. Il est coécrit par Oliver James, Eugénie von Tunzelmann et Paul Franklin et Double Negative, et Kip S Thorne du Walter Burke Institute for Theoretical Physics du California Institute of Technology.

Accompagnée de la vidéo visible plus bas, la publication explique comment le studio a pu réussir à représenter un trou noir. Pour éviter le flickering, l’équipe a abandonné les techniques classiques de rendu (un rayon par pixel, chaque rayon traité de façon individuelle). Des trajets lumineux courbés par l’intense gravité du trou noir ont notamment été employés.

Outre cette publication, on se reportera à deux pages dédiées sur le site de Double Negative. La première propose plusieurs vidéos en lien avec la publication déjà évoquée, la seconde étant consacrée à une autre publication qui n’est pas encore disponible en ligne.

Enfin, nous vous conseillons la lecture d’un article de Jean-Pierre Luminet, chercheur français pionnier dans les recherches sur l’apparence des trous noirs. Dès 1979, il avait publié sur le sujet.
L’article revient sur l’évolution progressive de la recherche sur ce point, et souligne que les représentations de Double Negative sont en fait fausses : l’effet Doppler a par ainsi volontairement été laissé de côté, car il aurait donné des images non symétriques.
Rappelons que l’effet Doppler est par exemple responsable du fait qu’une sirène d’ambulance n’a pas le même son lorsqu’elle s’approche ou s’éloigne ; cet effet est aussi présent lorsqu’un objet lumineux s’approche ou s’éloigne : son spectre lumineux, et donc sa couleur apparente, seront décalés.

Luminet souligne que si Kip Thorne est parfaitement conscient des apports immenses des travaux de Jean-Pierre Luminet, la promotion autour du film et les médias ont eu tendance à surestimer gravement l’aspect scientifique des travaux de Double Negative, le site Wired n’hésitant pas à parler de “découverte scientifique extraordinaire” pour ce qui est plutôt une simple contribution scientifique (ce qui n’enlève rien à la performance technique et artistique pour le studio).
A la suite de cet article, Jean-Pierre Luminet a publié d’autres billets (partie 2partie 3) qui reviennent sur l’apparence des trous noirs, avec toutes les explications nécessaires et en français. D’autres articles sont prévus sur le même site ; nous vous invitons donc à surveiller leur parution si le sujet vous intéresse.

Au passage, un grand merci à Henri Hebeisen alias Maxiriton, qui nous a signalé les articles de Jean-Pierre Luminet.

Interstellar

A Lire également