Accueil » Piratage de Sony Pictures : les pirates menacent

Piratage de Sony Pictures : les pirates menacent

Alors que certains médias accumulent les articles sur le contenu des documents volés chez Sony Pictures, les pirates responsables des fuites promettent un nouveau « cadeau ».

Sony Pictures

De nouvelles données bientôt en ligne ?

Les « Guardians of Peace » (GOP) ont publié ce week-end un nouveau message. Ils annoncent « un cadeau de Noël » qui contiendra « encore plus de données », et affirment que Sony Pictures risque fort de ne pas apprécier le résultat.
Dans le même message, les pirates exigent une fois de plus que Sony Pictures Entertainment accepte « leurs demandes », et affirme que le GOP mènera le studio à la faillite dans le cas contraire.
Rappelons que les demandes en question semblent notamment comporter l’annulation de la sortie du film The Interview (ce qui a incité certains à soupçonner la Corée du Nord d’être impliquée, car le film se moque de Kim-Jun Un). Il faut toutefois souligner que les pirates n’ont jamais clairement défini publiquement leurs revendications, ni leurs motivations. Même le film The Interview n’a jamais été évoqué explicitement ; un message avait seulement parlé de « the movie of terrorism that threatens regional peace » (« le film de terrorisme qui menace la paix régionale »).

Quoiqu’il en soit, si les menaces sont mises à exécution, Sony a de quoi trembler : les données déjà diffusées sont dévastatrices, avec des films encore non diffusés en salles, des mots de passes, des e-mails privés révélant des discussions sur des acteurs ou les relations entre Google et les studios, et même un certificat de sécurité utilisé pour signer un malware.

Sony s’en prend à la presse

Le studio, de son côté, réagit à la situation en se tournant vers la presse : plusieurs gros médias tels que le New York Times ou le Hollywood Reporter ont reçu une lettre très claire. Le studio indique (en gras et souligné) aux journaux qu’il « ne consent pas à [leur] possession, analyse, copie, diffusion, publication, chargement, téléchargement ou toute utilisation des informations dérobées, et demande [leur] coopération dans la destruction des données dérobées ».
L’exemplaire reçu par Hollywood Reporter est disponible en ligne.
Cette réaction de Sony Pictures fait suite à de nombreux articles détaillés sur certains des détails les plus croustillants issus des données. S’il sera évidemment impossible au studio de stopper la diffusion des données en ligne, Sony espère donc au moins pouvoir contrôler le bruit fait par l’affaire.

L’attaque pourrait avoir débuté il y a plusieurs mois

A noter enfin, Ars Technica a publié de nouvelles informations sur l’aspect technique de l’attaque. Les derniers détails font penser que l’attaque pourrait avoir débuté bien plus tôt que ce qui était connu, au début de l’année ou même avant. Il semble donc que les pirates ont eu plusieurs mois pour téléchager des données et préparer l’attaque finale sur Sony.

A Lire également