Mise à jour : ajout en fin d’articles de caractéristiques techniques présentées lors d’Autodesk University.

Autodesk annonce Ember Explorer, une version non finalisée de son imprimante 3D Ember.

Ember

Après des prototypes dévoilés lors du 3D Printshow, Autodesk donne enfin quelques détails supplémentaires sur son imprimante 3D. Nommée Ember, elle sera disponible au début de l’année 2015, mais dans une version non finalisée, à la manière de l’Oculus Rift. Ce programme de pré-lancement a pour nom Ember Explorer, et vise à tester le premier modèle auprès d’un public varié, triè sur le volet.

Revenons tout d’abord sur l’imprimante elle-même : Ember utilise la technique DLP (Direct Light Processing). De la résine photosensible liquide sert de matériau de base.
Autodesk annonce des caractéristiques alléchantes. Couches de 10 microns d’épaisseur, détails de 100 microns minimum pour être reproduits. A titre de comparaison, l’imprimante 3D Form 1+ de Formlabs, qui utilise également de la résine photosensible, imprime des couches de 25 microns et des détails de 300 microns minimum.
(notez cependant que la notion de « motif minimal » ou « taille minimale de détail » utilisée par les constructeurs est une notion souvent floue ou mal définie, qui correspond a priori à l’épaisseur minimale d’une paroi et non d’un détail. La finesse des détails pouvant être créés est inférieure)
En revanche, Autodesk ne précise pas pour le moment la taille maximale des impressions, ni la vitesse de sa machine. Madesolid, qui avait pu tester un prototype (sans doute différent de celui proposé avec Ember Explorer), évoquait une vitesse d’environ 72mm par heure avec leur modèle.

Pour participer au programme Ember Explorer et acquérir un des prototypes, il faudra correspondre aux critères de sélection.
Autodesk recherche des professionnels de tous secteurs (entreprises, médical, scientifiques, industriels, scientifiques…). En revanche, une utilisation par un passionné en environnement résidentiel est exclue, car Ember n’a pas encore reçu toutes les validations de sécurité nécessaires aux USA et à l’international.
Seuls certains pays seront éligibles pour cette première vague de machines : France, Belgique, Royaume-Uni, USA, Suisse et Canada en font partie.

L’inscription au programme Ember Explorer nécessitera en outre de donner un certain nombre d’informations sur votre profil, vos capacités en impression 3D et l’usage prévu : là encore, on imagine qu’Autodesk filtrera les volontaires pour se constituer une base de test variée.

Enfin, la machine sera payante : 6000$ l’unité, sans compter les frais d’envoi, de TVA et de douane.

A l’heure actuelle, Autodesk n’annonce pas de date de lancement de la version finalisée d’Ember.

Ember

Ci-dessus, détail du bac à résine de l’imprimante 3D.
Ci-dessous, des objets imprimés avec les prototypes d’Ember, lors du 3D Printshow Paris.

Ember

Mise à jour : lors d’Autodesk University, Autodesk a annoncé les caractéristiques techniques suivantes :
résolution 50 microns en X/Y, 25 en Z.
Impression dans un volume de 64x40x134mm
Vitesse : 15mm par heure si la machine est paramétrée pour des couches de 25 microns.

Ember

A Lire également

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

This site uses XenWord.
X