Accueil » Sony Pictures victime d’une attaque informatique (MAJ)

Sony Pictures victime d’une attaque informatique (MAJ)

Temps de lecture : 2 minutes

Publication initiale le 25 novembre 2014. Mise à jour en fin d’article.

Les employés du studio Sony Pictures n’ont pas pu travailler hier. Le système informatique du studio a été visé par une attaque informatique de grande ampleur, qui a paralysé une grande partie de la société.

Lorsqu’un employé tentait de se connecter, il était accueilli par un visuel macabre : un squelette en 3D accompagné d’une série d’url, et une revendication par un groupe qui se fait appeler #GOP.
#GOP semble avoir accédé à des fichiers internes au studio. Les fichiers ZIP mis en ligne publiquement par le groupe contient une liste de noms de fichiers : mots de passe, informations financières. En parallèle groupe de pirates menaçait ouvertement de divulger les informations « si ses revendications n’étaient pas satisfaites », sans que l’on sache précisément quels étaient leurs demandes.

Après découverte du problème, les services informatique du studio ont demandé aux employés d’éteindre toutes les machines, ainsi que tout matériel Wi-Fi. En plus des serveurs internes, un grand nombre de comptes Twitter gérés par Sony ont aussi été piratés temporairement pour relayer le message de #GOP. Sony a depuis repris le contrôle des comptes.

L’ultimatum des pirates a expiré, mais nous ne savons pas encore s’ils ont mis à exécution leurs menaces.

Mise à jour du 1er décembre : Après quelques jours de travail très perturbé puisque sans possibilité d’utiliser le matériel informatique, Sony Pictures doit faire face à un nouveau problème. Les pirates qui s’étaient introduits dans le système informatique de la société ont mis leurs menaces à exécution, du moins en partie : plusieurs films Sony Pictures dérobés lors de l’intrusion ont été mis en ligne.
Il s’agit de Fury, Mr. Turner, Still Alice, To Write on Her Arms, Annie. Les quatre derniers films ne sont pas encore sortis au cinéma.
Dans les cinq cas, il ne s’agit pas de versions HD mais de copies promotionnelles, des DVD Screener (habituellement destinés à des critiques ou festivals).
Les films se sont déjà répandus sur les plateformes de téléchargement illégal. Sony Pictures, de son côté, a indiqué publiquement travailler avec les autorités pour poursuivre les personnes qui téléchargeront ces films.

GOP
Capture d’écran des menaces, sur un ordinateur du studio. La partie floutée correspond aux urls sur lesquelles les pirates avaient posté des fichiers de données.

A Lire également