Accueil » 3D Printshow Paris : l’impression alimentaire encore peu convaincante

3D Printshow Paris : l’impression alimentaire encore peu convaincante

Temps de lecture : 2 minutes

Le 3D Printshow Paris, qui se tenait vendredi et samedi dernier au Carousel du Louvre, comportait un espace dédié à l’impression 3D d’aliments.

Choc Edge

Nous avons tout d’abord croisé l’équipe de Choc Edge. Leur imprimante, la Choc Creator V2, imprime du chocolat liquide à l’aide d’une seringue (ce choix technique permet une meilleure maintenance de l’appareil). Plus qu’une imprimante 3D, il faudrait plutôt parler d’imprimante 2,5D : il s’agit surtout ici d’imprimer des motifs à plat, donc l’épaisseur ne peut dépasser 2 ou 3cm.
L’appareil n’aura donc que peu d’intérêt pour de la « vraie » impression 3D ; en revanche, il sera utile aux professionnels pour réaliser rapidement et efficacement des plaques en chocolat personnalisées, qui pourront être utilisées en pâtisserie.

Plus loin, une autre imprimante reprenait le principe de la seringue pour créer des décorations comestibles sur des toasts et pancakes. Là encore, le résultat reste limité.

3D Printshow

3D Printshow

Le stand du Fablab Maastricht était plus convaincant. Avec l’imprimante By Flow conçue par Boris Hoff, et un peu de préparation, le résultat apétissant :

3D Printshow

Si ces essais ont attiré les curieux, ils nous ont laissé sur notre faim. Les imprimantes alimentaires présentées étaient clairement réservées à des usages professionnels et restent très limitées. La faute, en partie, aux caractéristiques physiques des aliments. L’impression 3D alimentaire grand public ne semble donc pas prévue pour tout de suite. Rendez-vous dans quelques années, peut-être.

D’ici là, nous continuerons à rêver face au Candyfab, projet d’imprimante 3D qui avait été lancé en 2006 et dont le sucre était le matériau de base.

A Lire également