Accueil » Ghibli stoppe la production de longs-métrages animés

Ghibli stoppe la production de longs-métrages animés

Temps de lecture : 2 minutes

Ghibli

La rumeur courait depuis déjà un certain temps, elle a été confirmée par le producteur Toshio Suzuki à la télévision japonaise : le studio Ghibli suspend la production de ses longs-métrages animés.

Cette nouvelle fait suite à plusieurs annonces :
– Hayao Miyazaki a pris sa retraite en septembre 2013 ;
– Isao Takahata, autre réalisateur emblématique du studio, âgé de 78 ans, risque lui aussi de ne plus réaliser de film ;
– Toshio Suzuki, de son côté, avait annoncé en mars 2014 qu’il cesserait d’occuper son rôle de producteur au sein du studio Ghibli.

Sapé par ces annonces, le studio a par ailleurs des frais de fonctionnement très élevés : comme le souligne Catsuka, la plupart des employés ont un contrat à long terme, équivalent de nos CDI. Ce système, mis en place après la production de Porco Rosso, génère des coûts très élevés y compris lors des périodes creuses. L’équipe dirigeante mettra fin à cette approche, désormais intenable en l’absence d’un nouveau projet d’envergure.

Les résultats en salles de Souvenirs de Marnie, assez décevants, ont sans doute également eu un impact, prouvant que sans les maîtres historiques du studio, Ghibli peinait à renouer avec le succès.

Pour autant, Ghibli ne meurt pas totalement. Le studio se focalisera sur la gestion des licences, et l’équipe Momonoma (sous l’égide de Yoshiyuki Momose) perdurera. Composée d’artistes freelance, cette dernière crée publicités et clips. Selon les sources de Catsuka, une petite équipe resterait également en place pour des projets personnels de Hayao Miyazaki.
Le studio pourrait bien, dans les années à venir, relancer la machine si un projet et un réalisateur adaptés devaient se présenter. Reste que pour le moment, Ghibli semble entrer dans une phase de repli et réorientation, pour ne pas dire de sommeil profond.

On pourra regretter que le studio n’ait pas su anticiper le virage du départ de ses piliers, et faire entrer plus tôt de nouveaux réalisateurs. Mais peut-être, après tout, que sans Miyazaki et Takahata, Ghibli n’a plus vraiment de sens.
Hayao Miyazaki avait prévu la chose dans le reportage Yume To Kyoki No Okoku (The Kingdom Of Dreams & Madness) de 2013 : interrogé sur l’avenir du studio et ses inquiétudes éventuelles, il avait répondu :

L’avenir est clair. Le studio va s’effondrer.
Je peux déjà le voir. A quoi bon s’inquiéter ? C’est inévitable.
“Ghibli” est juste un nom pris au hasard que j’ai pris à un avion [le Caproni Ca.309, avion italien surnommé Ghibli, NDLR].
Ce n’est qu’un nom.

Des propos qui prennent tout leur sens aujourd’hui, mais qui laisseront sans doute un goût amer aux ex artistes du studio, ainsi qu’aux amoureux d’animation du monde entier.

Ghibli

A Lire également