Accueil » Crytek vend la licence Homefront (MAJ : Crytek USA touché)

Crytek vend la licence Homefront (MAJ : Crytek USA touché)

Temps de lecture : 2 minutes

Homefront

Début juillet, nous évoquions la situation tendue au sein du studio de développement Crytek, avec des salaires impayés et des rumeurs de rachats pour Crytek UK. La situation évolue enfin :

– Dans un communiqué envoyé il y a quelques jours à GamesIndustry.biz, Crytek a reconnu l’existence de problèmes internes, évoquant une « phase de transition » et un « changement de stratégie ». le studio précise toutefois que son avenir est désormais serein.

– Dans le même temps, Kotaku indiquait que l’équipe de développement de Homefront chez Crytek UK a enfin été payée en totalité, mettant fin à des mois de délais et paiements partiels.

Deux informations qui s’expliquent aujourd’hui : Koch Media et Deep Silver annoncent qu’ils ont racheté à Crytek la licence du jeu Homefront. Deep Silver précise qu’il ouvrira un nouveau studio à Nottingham, qui se chargera de développer Homefront : The Revolution.
Crytek UK, de son côté, se sépare d’une partie de son équipe de développement. Une partie aurait été réembauchée par Deep Silver.

Crytek a donc été forcé de se séparer de la prometteuse licence pour mettre fin à ses problèmes internes. Aux dernières nouvelles, Homefront : The Revolution sortira en 2015.

Mise à jour : GamesIndustry.biz et Gamekult nous informent que Crytek UK fermera purement et simplement ses portes. Comme annoncé ce matin, l’équipe du défunt studio rejoint la société Deep Silver.
Crytek USA (situé à Austin), de son côté, va également faire les frais de la restructuration. Les effectifs sont décimés, seule une poignée d’employés restera sur place pour assurer le support Crytek sur la zone Amérique du Nord.
Le développement de la licence HUNT: Horrors of the Gilded Age est transféré à Franckfort. Crytek « invite » les employés qui n’ont pas été affectés au support à « postuler pour de nouveaux postes à Crytek Allemagne ».

Les antennes de Crytek à Budapest, Istanbul, Kiev et Sofia, elles, ne sont pas affectées par la restructuration. En revanche, un rapprochement entre les entités de Shanghai et Séoul est envisagé.

A Lire également