5 ans après la guerre
Accueil » 5 ans après la guerre : grandir entre une mère juive et père irakien absent

5 ans après la guerre : grandir entre une mère juive et père irakien absent

Cette article est disponible en: English (Anglais)

C’est un court touchant et drôle que nous livrent Samuel Albaric et Martin Wiklund, Ulysse Lefort (collectif Quart Avant Poing) avec 5 ans après la guerre.
En apparence, le concept est simple : Samuel Albaric avait filmé les retrouvailles de son cousin Tim avec son père irakien qu’il n’avait jamais connu, et a voulu cinq ans plus tard mettre en images animées l’histoire de cette rencontre.

Derrière se pitch se cache en réalité une histoire plus complexe : celle d’un enfant cherchant sa place entre plusieurs cultures, d’un côté une mère juive, de l’autre un père irakien absent sur lequel il projetait différentes identités et images, qu’elles soient issues de pop culture ou encore de la dure réalité.

Cette oscillation entre deux parents, entre le réel et un fantasme lointain se retranscrit aussi dans le style visuel, qui alterne entre des plans ancrés dans le réel d’un appartement, avec une animation en rotoscopie, à des séquences bien plus oniriques, au style foisonnant et totalement libre.
Le visionnage réserve quelques surprises, que nous vous laissons découvrir :

Directors: Samuel Albaric, Martin Wiklund & Ulysse Lefort
Script: Samuel Albaric
Animation: Martin Wiklund & Ulysse Lefort (Quart Avant Poing)
With: Timothée Dray et Jaffar Abdalla
Directors of Photography: Sarah Cunningham, Gurvan Hue
Image & sound editing : Julien Ngo-Trong
Sound: Christophe Penchenat
Production: Les Fées Productions & Miyu Productions

Music
Guitar: Victor Pitoiset
Violin: Aramis Monroy
Cello: Annissa Altmayer-Henzien
Double bass: Yann-Lou Bertrand
Percussions: Benjamin Magnan

With the support of France Télévisions, la Mairie de Paris, Région Nouvelle-Aquitaine, Fonds Images de la Diversité – Commissariat général à l’égalité des territoires.

With the support of the Sacem in association with the Maison du film court and the support of the PROCIREP and the ANGOA.

Voici également une interview de deux des trois réalisateurs :

A Lire également

2 commentaires

phicata 11 mars 2022 at 19 h 31 min
Trés chouette! Y à que les sous titres qui font ièch.
Shadows 11 mars 2022 at 20 h 08 min
Malheureusement c’est le revers de la médaille du distributeur qui veut toucher aussi un public international (plutôt une très bonne chose)…. Mais préfère ne pas utiliser les sous-titres Youtube.

Laissez un commentaire