Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
blogs
Blogs
ico_progiss
Progiss
ico_social
Social
Login Membre :
blogs
Login
?
Join
space
space

Accueil / Magazine / Articles / Dossiers / Lucas Janin : technique de recherche d'emploi

space

Lucas Janin : technique de recherche d'emploi

Publié le 21 septembre 2012 par shadows44
space
Bannière

 

Actuellement en poste chez Dreamworks Animation, l'infographiste 3D Lucas Janin partage quelques conseils pour trouver un emploi dans le secteur 2D/3D.

A consulter également le concernant, une interview qu'il nous avait accordée revenant sur les FX de Kung-Fu panda 2.


ligne

La recherche de travail dans le domaine de la 3d, 2d et post-production est différente que dans d’autres secteurs. Dans cet article, je détaillerai mon expérience et celle de mon réseautage.

Je ne présente pas LA méthode pour la recherche d’un travail dans ce domaine, mais mon expérience ainsi que la synthèse des différentes discussions que j’ai eues avec mes amis sur ce sujet.

 

DWA - Bureau

Pour tenter d’illustrer cet article voici mon bureau à Dreamworks avant l’arrivée des écrans LCD.
Le clavier est pas celui fourni par le travail mais un Apple :-)

 

Mon parcours

Il y a 20 ans, j’ai débuté ma formation autodidacte sur un Amiga 1000 avec 512 Ko et deux lecteurs de disquettes (moment nostalgie !). Mon apprentissage s’effectue sous Scuplt 3D puis 4D. Ces logiciels très basiques ne permettaient pas l’application de textures sur les objets. Durant les 3 premières années de ma carrière, j’ai travaillé sans salaire fixe à Toulouse dans le domaine de la vidéo et du jeux vidéo utilisant Imagine, toujours sur Amiga. C’est à Barcelone que j’obtiens mon CDD dans le domaine du jeu (pour adultes :-) avec Lightwave sous PC, puis je surf de travail en travail dans le but, un jour, de travailler dans les effets pour le cinéma. Je m’ en approche avec mon dernier travail qui se spécialise dans la réalisation des effets pour la publicité avec Maya.

 

Après 6 ans de vie à Barcelone, j’émigre à Montréal, au Québec, pour travailler plus de 4 ans à Météor Studio où j’effectue ma plus grosse transition professionnelle : réalisation d’effets pour des documentaires pour Discovery à des effets pour le cinéma (Fantastic Four, 300, Journey 3D,..). Dans dans cette structure que je me forme au langage de programmation MEL de Maya, aux expressions de particules (entre autres la commande magique “emit”), à Linux, à Renderman, à Realflow,..

Depuis près de 2 ans, je travaille dans le département d’effets de Dreamworks Animation à Los Angeles. J’ai participé à Kung Fu Panda et je travaille actuellement sur la préproduction de Shrek 4.

Pour les lecteurs souhaitant approfondir plus en détail mon parcours, je vous invite à lire ma page “à propos” de mon blog.

ligne

Spécialisation

Pour pouvoir travailler sur de gros projets, les moyennes et grandes entreprises d’effets et de films d’animation ont divisé le travail en différents départements : design, layout, modeling, surfacing, animation, effets, lighting et compositing. Dans le monde live-action, le layout est remplacé par le tracking (récupération du mouvement de caméra en 3d) et parfois, il existe un département de rotoscopie en plus du département de compositing.

Donc, si vous projetez de travailler dans ce type d’entreprise, il faudra absolument être spécialisé. Si cette spécialisation ne vous rebute pas, il faut viser de plus petites structures qui se trouvent généralement dans le monde de la publicité et du vidéoclip. Il est possible d’avoir plusieurs spécialisations, mais dans ce cas, je vous conseille ne pas postuler pour tous les postes, cela ne sera pas pris au sérieux. 

Cependant, une entreprise comme l’était Météor Studios avec une centaine d’employés avait un département “all rounder” qui travaille sur de petits projets qui demandaient des compétences multiples. Ce genre de profil n’existe pas à Dreamworks Animation.

Attention, ne pensez pas que votre spécialisation sera définitive, je connais beaucoup de personnes qui ont pu changer de spécialisation au cours de leur carrière. Ce changement se fait souvent dans la même entreprise après avoir prouvé sa valeur et son sens de l’adaptation.

Personnellement, j’ai choisi le département des effets, car il permet une très grande variété dans le travail et une évolution constante des techniques. Comme ce département est très technique, il peut rebuter les personnes possédant un profil plus artistique.

ligne

Démo réel / Vidéo démo

C’est la pièce maîtresse de votre recherche de travail !! À mon point de vue, une démoreel doit durer 2 minutes maximum. Pas trop court pour montrer votre talent ni trop long pour ennuyer votre probable recruteur. J’ai confirmé ce temps par de nombreuses discussions avec des superviseurs et des amis.


Comme, je l’ai précisé au dessus, si vous possédez plusieurs spécialisations, je conseille de diviser la démo en plusieurs sections. Vous pouvez ajouter des making-of pour expliquer votre travail. Je trouve que ce complément est spécialement appréciable pour le département des effets. Il n’est pas toujours simple de savoir et comprendre ce qu’a réalisé l’artiste.

Si c’est votre première recherche de travail et que vous manquez probablement de plans, je vous conseille de réaliser des projets personnels permettant de démontrer votre talent. Ne vous attelez pas à un court métrage de 5 minutes, mais simplement quelques plans démontrant vos capacités dans vos spécialisations. S’il vous manquez d’inspiration, cherchez des idées dans les films. Attention à ne pas tomber dans le sentimental. Le premier plan que vous avez réalisé à l’école représente-t-il vraiment vos capacités ?


Il est judicieux de mettre votre travail le plus réussi au début de votre démo. Comme il se dit dans le milieu : nous n’avons qu’une chance de faire une première impression ! Il est important de demander à des personnes du milieu ce qu’ils pensent de votre démo. L’idéal serait d’avoir le point de vue à différents niveaux (artiste, supervision et voir mieux recruteur). Il faut toujours se rappeler qu’une critique est constructive.


Pour ce qui est du support, il faut créer un DVD, de préférence en NTSC pour le marché du nouveau continent, mais les entreprises importantes possèdent généralement des lecteurs PAL. Je déconseille fortement de faire un menu au DVD et de rajouter un bonus. Le recruteur a peu de temps pour chaque démo. Alors, je conseille de juste mettre la démo avec votre nom au début et les informations de contact à la fin… Il est aussi pratique de fournir une version en QuickTime. Cela facilitera la circulation de votre démo aux différents superviseurs à travers le réseau.

Pamela Thompson a donné une conférence au Siggraph intitulée ” IF your Demo doesn’t not work, so won’t you “. Elle aborde ce sujet longuement. On trouvera quelques-uns de ses conseils en ligne chez AWN. Par contre, ils sont seulement en anglais.


Pour ceux que cela intéresse, vous pouvez voir ci-contre ma dernière démoreel.

Shot breakdown / Détails des shots

Il est très important de détailler ce que vous avez réalisé sur chacun des plans. En effet, le recruteur doit savoir ce que vous avez fait. Ici pas des longes phrases, mais du concis. Pour plus de détails, je vous conseille de voir mon “Shot breakdown” sur mon book.





Puss In Boots
1 : FX sequence lead
1 : Development : water system for river and whirlpool (Houdini)

Kung Fu Panda 2
2 : Boat destruction : choreography, camera and boat animation, all fx (Maya, Bullet and Houdini)
3 : Inside tower and wall destruction : All fx (Maya, Bullet and Houdini)
4 : Semi automatic dust system for character : contact ground, contact in between character and acceleration base (Maya and Houdini)
5 : Cloud development and shots (Houdini)
6 : Waterfall mist (Maya fluid)
7 : Chopping veggies (Houdini)

Shrek 4
8 : Mud wall destruction all fx (Maya)
9 : Pumpkins explosion development and shots (Maya)

Kung Fu Panda Holidays Special
10 : Soup: All fx (Maya and Houdini)

Monsters Vs Pumpkins
11 : FX sequence lead
11 : Development : sickness system for the pumpkins (Maya)

Kung Fu Panda
12 : Wall destruction : All fx (Maya and Blastcode)
13 : Building destruction : Animatic and all fx (Maya)

ligne

Résume / Curriculum vitae

Évidemment, on ne peut pas échapper au classique CV. Détailler ici votre parcourt et vos expériences en résumant cela à une voire deux pages. Il faut être concis et clair. Voici mon CV publié sur mon book pour vous inspirer.

Coverletter / Lettre de motivation

Cette partie est le reste de l’ancienne école pour la recherche d’un travail. Ce n’est pas l’élément principal, cependant il faut la soigner tout de même. Vous pouvez dire que vous avez envie de rejoindre leur équipe sans pour autant être un fan. Vous pouvez par exemple parler des derniers projets réalisés par cette entreprise que vous avez appréciés. Si, par chance, vous connaissez les nouveaux projets, dites que vous êtes intéressé à y participer.

CV

 

LinkedIn


Réseautage

Cette partie est très importante dans vos recherches de travail. Sans réseautage, il est plus difficile de trouver un travail. Vous êtes à l’école, faites des connaissances, aidez les personnes, échangez des trucs, des informations, des potins (oui aussi! ). Si vous êtes déjà dans une entreprise, faites de même. En bref, il faut voir les autres artistes comme de l’aide et non des concurrents. Cela donne une tout autre dynamique !

Depuis 16 ans, j’ai toujours eu mes entrevues de travail via mon réseautage : grâce une personne travaillant dans la boite, un consultant, un recruteur ou tout simplement en apprenant que telle entreprise recherchait mon profil. Attention, ce réseautage ne se substitue pas au talent, mais il permet d’ouvrir la porte à des discussions.

Je me souviens de la période de mon arrivée à Montréal, il y a 8 ans: j’ai mis longtemps pour trouver un emploi sans réseautage. Certes, je ne voulais que faire des effets sous Maya dans une ville presque détenue par Softimage :-).

Pour ne pas perdre le contact avec mon réseautage, j’utilise le site Linked-in. Il n’est pas très connu en France, mais très utilisé à l’internationale. Je vous conseille de créer un compte et de remplir votre profil Linked-in avec vos diverses expériences professionnelles et d’envoyer des invitations à votre réseautage pour élargir votre réseau Linked-in. J’ai eu pas mal d’offres de free-lance et d’offres d’emplois par des recruteurs grâce à mon profil Linked-in. Si l’offre ne vous intéresse pas, proposez-la à vos contacts et invitez le recruteur dans votre réseau Linked-in, cela pourra être utile aux deux dans le futur. Pour ce qui cela intéresse, voici mon profil Linked-in.

 

Promotion

Suivant les conseils de mon ami Sébastien Chort, je rajoute ce paragraphe sur la promotion de votre travail. En effet, plus vous exposez votre travail, plus il y a de chance que l’on vous propose un travail. Le site anglophone le plus connu est CG Society et son forum CG Talk. Du côté francophone, on retrouve évidemment 3DVF et ses galeries. Vous pouvez aussi créer un site web. Il permet de présente vos travaux. Attention de ne pas faire l’erreur d’avoir un contenant (l’interface) trop présent par rapport à votre contenu (votre travail).

La création d’un blog est aussi dans l’air du temps. Il vous permet de parler de vos réalisations en temps réel dans la mesure de la confidentialité des projets sur lesquels vous travaillez. Attention de ne pas mélange les genres, évitez de parler de choses trop personnelles (famille, politique,..)

Personnellement, je possède un book présentant mon travail et un blog (même si, ces temps-ci, je parle beaucoup de photographie.). Je me rappelle d’avoir été surpris pour ma première entrevue à Montréal chez DAMN FX, un des patrons de cette société connaissait déjà mon travail. Il est vrai que ma présence durant quelques jours sur la page d’accueil de cgChannel avait permis de faire connaître mon book :-).

Recherche d’offres d’emploi

Ma principale source d’information pour la recherche d’offres d’emploi international est Highend Careers, le site de carrière de Hightend3d. Ce site demeure plutôt orienté cinéma et jeux avec Maya bien que d’autres logiciels soient aussi présents.
Pour un site plus général, je vous conseille CG Society et AWN. Ne pas oublier aussi Linked-in, qui possède aussi des offres d’emplois. Aux utilisateurs de Softimage, je conseille de faire un tour sur le site dédié à leur effet et à plus petite échelle, la section “jobs” de Side Effects, l’éditeur de Houdini. Le marché français et européen est couvert par CG jobs, édité par 3DVF. Ne pas oublier aussi de rechercher via votre réseautage. En effet, la manière la plus simple de trouver un emploi est de demander autour de vous quelles sont les opportunités du moment.





Conclusion


Je pense avoir fait le tour sur mon expérience et celle de mes amis sur ce sujet. Je n’ai pas abordé dans cet article les spécificités de la cherche d’un travail à l’étranger, si la demande s’est faire ressentir, je couvrirai cette partie dans un nouvel article.

J’en profite pour remercier Laurent Saulignac, Sébastien Chort et Amaury Aubel de leurs idées.

Vous êtes évidemment les bienvenus pour rajouter vos pierres à l’édifice via les commentaires.

Bonne chance dans vos recherches !

 

space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2017 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space