Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
ico_progiss
Progiss
Login
space
space

Accueil / Magazine / Articles / Dossiers / Compte-rendu : Laval Virtual 2012

space

Compte-rendu : Laval Virtual 2012

Publié le 04 mai 2012 par shadows44
space
Laval Virtual

 

Du 28 mars au 1er avril dernier avait lieu Laval Virtual 2012, la 14e édition de cette conférence internationale sur la réalité virtuelle et les technologies convergentes.

Nous vous proposons aujourd'hui un compte-rendu du salon, sous ses différents aspects : stands d'entreprises, projets de recherche ou encore conférences et keynotes.

 

Laval

Vue panoramique de Laval.

 

Laval Virtual en bref

Laval Virtual est un salon qui a su trouver son rythme de croisière, 13 000 visiteurs environ, dont 4400 professionnels de tous horizons : industrie, services, recherche, enseignement ou encore architecture. Pour cette édition, 84 entreprises exposantes avaient fait le déplacement, dont 16 % venues de l'étranger.


Saluons au passage la transparence des organisateurs, qui ont mis en ligne de nombreux chiffres sur les origines des visiteurs ou exposants.

Installé au coeur de la Mayenne, Laval Virtual offre un cadre qui change radicalement des éternels salons parisiens ; les visiteurs étrangers semblaient d'ailleurs bien apprécier la vieille ville.


Ci-dessous, vue globale du salon, aperçu de l'espace détente au centre du hall, et plan général : l'ensembleétait efficacement agencé, et la circulation dans les allées n'a pas posé le moindre problème.

Crédit photo pour la vue d'ensemble : Laval Virtual 2012 - J.-C. Druais

Laval Virtual

 

Laval



Vieille ville, centre de conférence : un cadre qui a du charme !


Entreprises, centres de recherche

Passons maintenant aux stands présents sur le salon : entreprises, groupes de recherche, revendeurs de solutions ou encore écoles étaient présents, dans des domaines très variés. Laval Virtual ne se limite clairement plus à la réalité virtuelle, même si cette thématique reste le coeur historique de la manifestation.

I'm In VR : réalité virtuelle sous Unity

I'm In VR est une start-up lancée par Sébastien Kuntz, ingénieur qui a plus de 10 ans d'expérience dans le secteur de la réalité virtuelle, en particulier au sein de Dassault Systèmes et sur Virtools.
Sa société propose MiddleVR For Unity, qui comme son nom l'indique est un plugin de réalité virtuelle dédié à Unity.
Après deux ans de développement, la 1.0 était lancée à l'occasion du salon. Concrètement, le but est de proposer une solution simple pour créer de l'immersion dans Unity en quelques minutes. Un configurateur permet de définir le système sur lequel on souhaite visualiser son application : l'utilisateur précise le support d'affichage (avec relief au besoin) et les systèmes d'interaction. Un simple fichier xml est alors généré, qu'il suffira de glisser-déposer dans Unity pour que ce dernier se configure.
La force du système est le support d'un large ensemble de dispositifs d'affichage et interaction, dans toutes les gammes de prix : systèmes CAVE, lunettes de réalité virtuelle, Holostage, Vicon, Optitrack, Kinect, ...
Le tarif du plugin (quelques milliers d'euros) le réserve à un usage professionnel, mais une version gratuite avec restrictions est envisagée.
Sébastien Kuntz nous a également indiqué qu'il n'exclut pas de créer des plugins pour d'autres moteurs, si la demande est suffisante. La version générique du plugin, Middle VR, devrait facilement permettre de créer de nouvelles déclinaisons.

Digiteyezer : le Photomaton du scan 3D

DigitEyezer, start-up française spécialisée dans la photogrammétrie (scan 3D à partir de photos), a déjà été évoquée sur 3DVF pour ses produits iFace3D et iScan3D, deux applications iPhone permettant respectivement de scanner des visages et des objets en tous genres.

La société a profité du salon pour annoncer son nouveau produit, Easy Twin. Il s'agit en fait d'une extension de leur système de scan de visage, créé suite à la demande de clients qui voulaient une solution plus simple et rapide pour obtenir un modèle de visage.

Le principe rappelle celui du photomaton : l'utilisateur place sa tête devant le système, reste statique durant une seconde le temps de la prise de vue : une série de petits objectifs vont en fait prendre des clichés simultanés à 180°, sous un éclairage contrôlé et uniforme (ce qui explique la forme de l'engin).

Une minute plus tard un modèle 3D du visage est disponible sous trois formes : nuage de points, scan "réaliste" (le scan brut), et enfin une version "avatar" : le modèle 3D aura alors des formes adoucies pour compenser les éventuels artefacts créés lors de la reconstruction, une peau unifiée, mais aussi et surtout disposera d'une topologie et d'un rig qui permettront de facilement l'animer. La version en démonstration sur le stand le démontrait d'ailleurs sur tablette : une application iPad permettait d'appliquer sur le modèle, outre des accessoires divers et variés, des animations et expressions prédéfinies.
Les usages potentiels de ce "photomaton 3D" ? L'essayage virtuel tout d'abord, dans un salon de coiffure (DigitEyezer va d'ailleurs déployer le système dans 90 salons très bientôt) pour essayer une nouvelle coupe sans risque, ou chez un opticien pour des lunettes. Ceci pourrait donner lieu par la suite à de la publicité ciblée : le salon de coiffure pourrait envoyer un e-mail à ses clients lorsque leur dernier passage commence à dater, avec quelques suggestions de nouvelles coupes... Le jeu vidéo est un autre débouché potentiel : l'avatar pourrait être directement intégré dans des jeux. Enfin, l'impression 3D de statuettes personnalisées est une troisième piste envisagée : la borne pourrait être placée dans un parc d'attractions, un musée, etc.
La précision annoncée est de l'ordre du demi-millimètre, et pourrait être supérieure avec des caméras de meilleure qualité.
Enfin, le système devrait être proposé à la location pour des tarifs ne dépassant pas quelques centaines d'euros par mois.

Easy Twin, de même que les applications iPhone de la société, restent cependant et en premier lieu une vitrine technologique pour DigitEyezer : clairement, ce ne sont par exemple pas les 45 000 téléchargements de iFace3D (vendu 0,79 €) qui feront vivre la société. Le but est surtout d'assurer à DigitEyezer une certaine notoriété, attirant des clients qui auront des demandes spécifiques. Easy Twin est d'ailleurs justement issu d'une telle demande.

 

Ci-dessous, présentation vidéo de MiddleVR for Unity.



Ci-dessous, aperçu en images et vidéo de l'application sur iPad qui permettait de visualiser et modifier le résultat du scan sous Easy Twin : nuage de point et reconstitution brute avec expression neutre, version "avatar" (avec lissage du modèle, et utilisation d'une topologie adaptée à l'animation). Il est ensuite possible d'ajouter coiffures et accessoires, mais aussi d'appliquer des émotions ou de caricaturer le visage.

 

Easy Twin

 

Robocortex : SDK de tracking et réalité augmentée

Dans un tout autre domaine, la société RoboCortex dévoilait ses solutions de tracking et réalité augmentée sans marqueur. Lancée il y a un an et demi, elle propose en fait deux SDK :
- Rox Tracking SDK, axé sur le tracking d'images et d'objets. Les applications vont de la robotique au militaire. Le but est ici d'identifier et suivre un objet dans un flux vidéo : détection et suivi d'un intrus sur une zone, stabilisation d'une séquence d'images, suivi d'une cible à observer depuis un drone sont donc envisageables. La reconnaissance d'un objet se fait à partir d'une base de données : le système pourra donc par exemple identifier un camion dans une vidéo prise par un drone, puisqu'il sait à quoi est censé ressembler un camion.
- Rox Odometry SDK touche une cible différente : la reconnaissance se fait à partir d'une image de référence (là encore, pas besoin de marqueur, l'image peut être une boîte de jeu, une façade, etc), et le système permet de localiser la caméra dans l'espace. De quoi créer des applications de réalité augmentée, ou, pour reprendre un exemple montré par Robocortex, avoir un véhicule qui suit de façon autonome un autre véhicule placé devant lui.

Nous nous sommes évidemment surtout intéressés à la partie réalité augmentée, plus proche des thématiques de 3DVF. Le système semble très robuste : malgré un éclairage faible, le système arrivait à reconnaître et suivre l'image même en l'inclinant ou en l'éloignant de la caméra. Des performances nettement supérieures à nombre de systèmes concurrents.
L'équipe a indiqué travailler sur l'inertiel, le but étant d'améliorer encore le suivi en s'aidant par exemple des accéléromètres qui sont présents sur un smartphone.



Enfin, un prototype de tracking 3D nous a été dévoilé : exit le suivi d'images planes, c'est ici un objet de forme arbitraire qui est reconnu. En pratique, le SDK a besoin d'avoir en mémoire une représentation de l'objet 3D, qu'il s'agisse d'un modèle CAO ou d'une reconstruction par photogrammétrie. Les applications sont ici très larges, on pense par exemple à de la maintenance industrielle : un iPad placé face à une machine complexe saura la reconnaître et afficher en réalité augmentée des détails sur la maintenance.
Le suivi 3D devrait arriver en juin dans Rox Odometry SDK, sachant qu'un SDK dédié, Rox SLAM (prévu pour dans 6 à 12 mois), permettra de reconstruire un objet 3D à partir d'une Kinect, de façon à créer le modèle 3D qui servira de base pour la reconnaissance.


Nous avons interrogé Robocortex sur d'éventuels plugins basés sur ses SDK pour des applications 3D comme Unity : ce n'est pas au programme, car cela risquerait d'éloigner la société de son coeur de métier (améliorer encore ses SDK). Par contre, une personne souhaitant créer puis revendre un plugin pour Unity ou tout autre système pourra tout à fait s'appuyer sur le SDK Rox Odometry.

 

Odometry

 

Ayotle : motion capture de visage

Poursuivons la visite avec Ayotle, une start-up basée à Paris et Mexico.
Ce double enracinement a en fait une raison très simple : un des cofondateurs est mexicain.


La société présentait plusieurs produits, dont le très intéressant système Facetracker : un logiciel de motion capture faciale sans marqueur, en temps réel et avec une simple webcam. Un matériel simple et au coût négligeable, donc. Les applications : web, broadcast mais aussi jeu vidéo et publicité personnalisés.


En pratique, Ayotle propose des services de type consulting, développement ou encore prototypage de solutions utilisant ses technologies. Des prestations sont aussi au menu : Ayotle, à partir d'une vidéo fournie par le client, pourra ainsi fournir en retour les données de motion capture ou l'animation finale.

MgDesign, Cent Millions de Pixers, MzoneStudio

Plus loin, trois sociétés faisaient stand commun : mgDesign, Cent Millions de Pixels et MzoneStudio.
MgDesign est une société nantaise spécialisée dans la visualisation 3D et l'urbanisme. Cent Millions de Pixels, située à Pornic, propose de son côté des services de conception, scénarisation et création de contenus pour des applications à vocation culturelle ou pour les musées (visite virtuelle, advertgame, etc). MzoneStudio est en fait un spin-off de cette dernière société, axée sur le jeu vidéo et la production graphique : même si les technologies et l'équipe restent identiques, le but de ce double visage est de différencier clairement les services, qui visent chacun une clientèle distincte.
Le stand commun avec mgDesign s'explique dès lors par les collaborations fréquentes entre ces studios.

Plusieurs projets nous ont été présentés : port à bateau souterrain, application d'urbanisme pour la vente de lots immobiliers, animations 3D pour mettre en avant des machines conçues par Léonard de Vinci ou encore un jeu à la Doodle Jump pour Hénaf.

Un moteur 3D maison, développé par mgDesign, fait tourner les applications 3D temps réel.



Ci-dessous, aperçu de Facetracker, développé par Ayotle.

Ci-dessous, concept Bluering : hangar à bateau souterrain. Une réalisation mgDesign.

Démoreel 2010 de mgDesign ; une grande partie des réalisations a été effectuée en partenariat avec Cent Millions de Pixels.

 

Immersion, incontournable du salon

Impossible de parler de Laval Virtual 2012 sans évoquer Immersion, dont le stand imposant proposait des démonstrations de différentes solutions et interfaces innovantes.
Fondée en 1994, Immersion  comporte aujourd'hui une trentaine d'employés et a construit sa réputation autour de différents types d'offres.
- la revente de solutions existantes : Immersion va chercher des produits innovants puis les proposer à son catalogue. Des produits éprouvés ou des innovations récentes sont ainsi proposés : gants de données, logiciels de réalité virtuelle, stéréoscopie, stations graphiques ou encore logiciels. Par exemple, le logiciel de sculpture 3D Leonar3Do, évoqué sur 3DVF en 2010 et désormais finalisé, est maintenant revenu en France par Immersion, et était en test sur le stand.
- la R&D, en partenariat avec d'autres sociétés. Il ne s'agit pas ici de produits directement destinés à la vente, mais de lancer des projets avec des partenaires. Concrètement, Immersion présentait Indigo, système de préparation aux crises, permettant à différentes organisations de s'organiser conjointement. C'est au niveau matériel qu'Immersion a apporté son savoir-faire.
Toucheo, de son côté, combine multitouch et stéréoscopie avec un système qui peut semble complexe au premier abord : un écran tactile à l'horizontale et orienté vers le haut, une surface semi-réfléchissante placée au-dessus et enfin un écran situé au-dessus de l'ensemble, orienté vers le bas. À l'essai, le système fait immédiatement ses preuves, et l'idée nous semble promise à un bel avenir.

Le but est en fait d'offrir une interface intuitive : l'utilisateur manipule les objets et interagit via l'écran tactile, tandis que la surface semi-réfléchissante permet d'afficher les objets en relief, sans que ceux-ci ne soient masqués par les mains. En quelque sorte, tous les avantages du tactile et du relief combinés, mais en retirant une bonne partie des inconvénients...
Les projets de R&D ont vocation à être mis à disposition de laboratoires R&D tiers, afin d'obtenir des retours et de perfectionner les systèmes. Ce n'est qu'ensuite qu'une version commerciale pourra être proposée à la vente.
- troisième et dernier volet des services d'Immersion, l'intégration de solutions sur mesures pour des clients souvent exigeants : industrie, luxe, défense, grosses PME. Salles de réunion collaboratives avec téléprésence, réalité augmentée pour l'industrie ou encore systèmes de visualisation à base de relief, et tracking de l'utilisateur peuvent ainsi être mis en place.
Autre exemple, le Cubtile, un système de manipulation intuitif cubique qui s'interface avec des logiciels comme Autodesk Showcase, 3DVIA Studio ou Catia.

À l'heure actuelle, la revente ne constitue qu'un tiers du CA d'Immersion : cette activité historique de la société tend donc à s'éclipser devant la création et vente de solutions propres.

Ci-dessous, stand Immersion : Leonar3Do, outil de manipulation 3D et sculpture avec relief et un outil dédié pour interagir sans toucher l'écran ; le très convainquant Toucheo, avec son système de superposition : l'écran situé en bas, juste sous la main, affiche l'interface de manipulation et sert à la gestion tactile. la vitre située au milieu réfléchit l'image affichée par l'écran situé au-dessus : l'objet 3D est perçu comme étant au-dessus de la main de l'utilisateur, qui n'obstrue pas la vue. Enfin, le Cubtile permet grâce à ses faces et manipuler des démos temps réel.

Immersion

space
space

Les derniers commentaires (0)

Soyez le premier à déposer un commentaire.
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space