Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
ico_progiss
Progiss
Login
space
space

Accueil / Magazine / Articles / Dossiers / Retour sur le SIGGRAPH 2011

space

Retour sur le SIGGRAPH 2011

Publié le 25 août 2011 par
space


Il est clair que cette année, le Siggraph a été marqué par l’arrivée massive des scanners 3D, des impressions 3D et de la Motion Capture sous toutes ces formes. Parmi les différents scanners 3D, notons :

- 4Ddynamics dont nous vous parlions précédemment dans ce reportage avec son « full body scan » et sa solution PicoScan à moindre coût ;
- Direct Dimensions offrant de nombreuses solutions allant du portable à l’engin capable de scanner un bâtiment complet,avec un coût de prestation allant évidemment en conséquence ;
- Dimensional Imaging qui permet un scan 3D en mouvement (animation faciale), et qui a été utilisé notamment sur la fameuse bande-annonce gore du jeu «Dead Island ». (attention, âmes sensibles s’abstenir !)

 


- Notons enfin Scanner Killer, qui vous propose de scanner à distance vos objets à partir de deux photos prises dans certaines conditions précises, et dont le service vient tout juste de devenir gratuit. Un concept semblable au Photofly d'Autodesk...

En ce qui concerne l'impression 3D, les stands, les machines et les sociétés étaient nombreuses à se targuer d'obtenir la meilleure qualité, d’une impression fine, en couleurs, grand format, etc…

Cependant, une des solutions nous a particulièrement attirés : il s’agit du fameux MakerBot. Livré en kit ou prémonté, il trouvera sa place de choix sur votre bureau. Vous l’aurez compris, il s’agit bien d’une imprimante 3D personnelle à monter soi-même, faite d’un cadre de bois et de nombreux moteurs et câbles qui acceptera d’imprimer vos modèles allant jusqu’à une taille de 13 x 13 x 13 cm… Nous avons pu voir tourner ces machines pendant 5 jours sans arrêt, et malgré leur look un peu « bricolo », il faut reconnaitre que le résultat est propre et la machine robuste.

 

Du côté des plus gros systèmes, notons qu’il est à présent possible d’imprimer des objets en couleurs, de grande taille et avec une finition ultra fine (car utilisant des voxels en lieu et place des sempiternels layers).

 

Pour certains, l’avenir du prototype se fera directement chez le designer, même freelance. Si vous ne souhaitez pas vous encombrer d’une imprimante 3D, il reste la solution d’impression à distance. À l’instar des sites vous vendant des tirages photo, Shapeways vous imprimera en 3D vos OBJ uploadés sur leur site, dans une finition voulue allant de la résine translucide au métal, en passant par la toute nouvelle finition en céramique. Nous avons testé le service, il est rapide et d’une grande qualité ! Notez aussi en passant que ce site autorise aussi la vente de vos objets 3D en ligne ; avis donc aux designers en herbe !

Complètement à part, mais assez étonnant pour en parler, GigaMacro.com est une société qui propose des prises de vues macro en mode « gigapan », c'est-à-dire en ultra haute résolution. Allez donc visiter leur site pour en savoir plus. La société proposait d’ailleurs en démonstration un système de scanner rétinien capable de compiler plusieurs prises et de vous sortir une image de votre œil atteignant plusieurs dizaines de milliers de pixels !

 

 

Les Français du Stand Cap Digital

Les francophones n’étaient pas en reste sur le salon avec notamment la présence de l’association Cap Digital, qui regroupait dans son pavillon plusieurs éditeurs dont nous avons déjà eu l’occasion de vous parler, dont notamment les sympathiques équipes du moteur de rendu Guerilla Render, ainsi que celle du simulateur de foules Goalem !

A notez également la présence de la jeune société Laster dévoilant une technologie de lunettes permettant de voir des contenus en réalité augmentée. Si l’initiative à de quoi faire frémir certains, restez calme, le résultat s’il est fonctionnel n’est pas encore à la hauteur des attentes de certains... Le système de lunettes s’avère encore trop encombrant, même s’il reste beaucoup plus léger qu’un casque de réalité virtuelle. En fait, c'est la finesse d'affichage qui pose problème, le système étant limité à une résolution de 800x600 pixels ; de plus, il faut s’accrocher pour réussir à positionner le système au niveau des yeux pour obtenir un résultat continu. Une technologie à suivre cependant de près, car elle s’avère tout à fait prometteuse et accuse seulement quelques défauts de jeunesse pour le moment. La liste de salutations serait trop longue, mais on ne résiste cependant pas à faire un rapide coucou à Pierre Henon et Thierry Frey de l’ACM Siggraph, Tigran Bejanov de Golaem, Eric Riewer des Gobelins ou encore Stéphane Singier de Cap Digital… Merci à tous pour votre accueil, et sans aucun doute à très très vite !

 



Bilan


Nous passons évidemment à côté de plein de choses tant les évènements, les annonces et les rendez-vous divers et variés étaient nombreux. Nous n’avons par exemple par parlé ici d’Autodesk qui profitait du salon pour annoncer de nouvelle offre de ses suites ainsi que de nouveaux services pack pour 3dsMax et Maya, ou encore SideFX avec un Houdini de plus en plus mature et SmithMicro qui ne va pas tarder à lancer une nouvelle version de son Poser Pro, mais encore bien d’autres. Nous vous suggérons donc de consulter les brèves et articles postées tout au long de l'évènement sur 3DVF, qui reviendront plus en détails sur certaines annonce. Comme expliqué en début de reportage, le Siggraph dispose de nombreuses facettes et y aller en équipe n’est définitivement pas un luxe.

Nous avons été cependant surpris par le peu de studios français ayant fait le déplacement. Évidemment, des studios tels que Mikros ou encore Buf avaient fait le déplacement, mais des structures de taille plus modestes auraient un intérêt évident à se rendre sur cette manifestation. Qu’il s’agisse de networking ou de veille technologique, le Siggraph ne faillit pas à sa réputation et se pose définitivement en roi des salons dédiés à notre (nos…) profession. De nombreuses personnalités s’y donne rendez-vous et il est très facile de croiser par hasard entre deux stands des grands hommes qui ont fait l’histoire dans le domaine tels que Paul Debevec (HDRI, image-based modeling et rendering...) ou encore Bill Kruyer (Tron) pour ne citer qu’eux. En 12 ans de 3DVF, c’était notre toute première édition et on regretterait presque de ne pas avoir trouvé le temps et les moyens d’y aller plus tôt.

Si le Siggraph 2011 est désormais terminé, l’édition 2012 se profile déjà à l’horizon, avec un intermède en fin d’année : son petit frère asiatique le Siggraph Asia, qui propose lui aussi une excellente fenêtre sur l’industrie et les acteurs de cette partie du monde.
En espérant que ce tour d’horizon vous aura donné envie d’y mettre les pieds, nous vous donnons rendez-vous l’an prochain à Los angeles pour l'édition 2012 qui est d'ores et déjà en préparation !

Retrouvez plus d'informations sur la manifestation sur son site officiel, ainsi que sur sa chaine Youtube.

 

3DVF
Aout 2011
Reportage réalisé en direct de Vancouver
par Claudio Gallego, Allan Morrel et Olivier Perrot.

 

space
space

Les derniers commentaires (0)

Soyez le premier à déposer un commentaire.
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space