Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
ico_progiss
Progiss
Login
space
space

Accueil / Magazine / Interviews / Retour sur Croc-Blanc, avec David Arnould

space

Retour sur Croc-Blanc, avec David Arnould

Publié le 24 septembre 2018 par shadows44
space
Croc-Blanc

Sorti plus tôt cette année au cinéma ou sur Netflix selon le pays, Croc-Blanc revisite en animation le grand classique de Jack London. Ce projet au rendu stylisé a été réalisé par Alexandre Espigares, coproduit par Superprod en collaboration avec Bidibul Productions, France 3 Cinema et Big Beach. Différents studios ont participé à la fabrication, comme nous le verrons plus loin.

Nous vous proposons un retour sur une des étapes cruciales de la fabrication du film : la modélisation, en compagnie de David Arnould. Ce dernier a géré plusieurs personnages du film, qu'il s'agisse du jeune Croc-Blanc, de protagonistes positifs comme Weedon Scott et Vichi ou d'antagonistes à la mine patibulaire.

 

 

 

3DVF : Bonjour David, et merci d’avoir accepté cette interview. Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques lignes et nous résumer ton parcours ?

David Arnould : Salut les lecteurs et merci 3DVF !
Le déclic a été un documentaire sur l’image de synthèse, « l’ABC de la 3D » sur Canal+ à peu près en 1985, ce sont ces images animées qui m’ont fascinées et inculquées la passion de la 3D, et conduites plus tard vers mes premières modélisations sur Amiga avec le logiciel Sculpt 3D.
Après quelques années à modéliser des wagons, tramways et hideux « flying logo », c’est en 1998 que j’ai pu faire mes preuves à ExMachina en tant qu’animateur débutant, grâce une une petite démo d’animation de très mauvaise qualité (et un peu de piston). L’entourage d’excellents animateurs comme Barthélémy Boirot, m’ont vraiment stimulés, et déjà les beaux modeling de Jérôme Gordon, m’ont incités à entrevoir d’autres possibilités que l’animation, dans mon esprit.
En 2004, après 3 ans de télétravail en dent de scie, j’ai mis un terme à l’animation pour me consacrer un peu plus tard la modélisation. Non seulement c’était plus envisageable à distance mais surtout, je prenais plus de plaisir à modeler qu’à animer.
Aujourd’hui je vais de contrats en commandes freelance, pour la réalisation de personnages 3D, soit pour la télévision ou le cinéma, soit dans l’impression de figurines et sculptures tout format.

3DVF : Pourquoi t’es-tu spécialisé dans la modélisation de personnages ?

Je suis un figuriniste et sculpteur frustré, non seulement j’avais arrêté l’animation, mais je ne voulais plus toucher à l’informatique pour me consacrer qu’à la matière, mais lorsque j’ai postulé avec mes petites figurine chez Leblon Delienne, ils m’ont finalement proposé un test... sur ordinateur. J’ai donc repris très vite la 3D en main, et c’est Pierre Coffin -qui m’avait déjà donné ma première chance à ExMachina- m’a remis dans le bain, d’abord pour ses publicités, puis son premier long métrage, qu’on ne nomme plus !

 

Croc-Blanc

 

3DVF : Tu as eu l’occasion de travailler sur le film d’animation Croc-Blanc, réalisé par Alexandre Espigares. Comment t’es-tu retrouvé sur ce projet ?

Et moi qui croyais que c’était pour mon « talent » ! :D mais j’appris par la suite que le réalisateur Samuel Tourneux, avec lequel je venais tout juste de terminer une production, m’avait recommandé à sa compagne Lucie Bolze (directrice de production chez SuperProd), qui cherchait comment attribuer son budget à la région Grand Est, dont il me savait originaire. La suite s’est déroulée de façon tellement harmonieuse que j’aime à penser que le hasard en est de toute façon suspect.

3DVF ! Quelles ont été les entités impliquées dans la production et fabrication du film ?

Etant à distance je ne pris connaissance qu’au fur et à mesure des différents intervenants.
En ce qui me concerne ça s’est essentiellement déroulé avec le directeur artistique de
Superprod, Stéphane Gallard. Et c’était une chance ! je crois qu’Alexandre avait pleine confiance en Stéphane, ce qui nous laissait une très grande liberté et des échanges très brefs et efficaces. Au vu du planning un peu serré que j’avais, c’était parfait.
J’ai eu quelques rares échanges avec Yann Avenati (superviseur) qui étaient plutôt d’ordre techniques. Il y a eu sinon beaucoup d’intervenants, Circus, GaoShan, et des gens pas loin de chez moi comme EJT-Labo, Protozoaire, si j’en oublie qu’ils m’en excuse.

 

Croc-Blanc
Croc-Blanc

 

3DVF : Quelles étaient tes responsabilités ? Quels personnages as-tu modélisés ?

Lorsque je suis arrivé, trois personnages phares avaient été déjà réalisés chez Circus (Croc-Blanc adulte, Castros-Gris et Maggie), ce qui me frustra un peu car je pensais que les personnages qui m’avaient tant emballés sur papier, ne me seraient certainement pas confiés. Après tout ils ne savaient pas si j’étais capable de faire autre chose que du cartoon, et par conséquent prenaient un sacré risque ! D’ailleurs je n’en étais pas tout à fait certain moi-même, je quittais ma relative zone de confort.
Finalement après un test sur deux jours à modeler l’indien Curtis, SuperProd me confiait le restant des personnages principaux, ainsi que des personnages secondaires et quelques animaux. Vers la fin j’ai également supervisé quelques personnages tertiaires pour que le style reste homogène à ce que Stéphane et moi avions obtenu en cours de fabrication.

3DVF : Le parti pris esthétique du film est celui d’un rendu stylisé. Les personnages ont des visages souvent assez anguleux, avec des traits bien marqués. Peux-tu nous parler de ce choix et des intentions artistiques sous-jacentes ?

Au tout début j’ignorais la volonté de ce style si particulier, je savais seulement qu’on ne serait pas dans de l’hyper réalisme. D’ailleurs lorsque j’ai livré mon premier modèle, tout était en place, mais trop lisse, Stéphane m’a très vite orienté vers un style qui rappelait l’ébauche, et qui évoque aussi la peinture au couteau. A mon grand bonheur car ce style me rappelait les personnages du jeu Dishonored, mon inspiration a donc été en partie influencée par les travaux de Cédric Peyravernay dont il en a fait les designs, surtout pour les gueules usées et cassées.


Ci-dessous : aperçu du character design de certains personnages ; un travail qui avait été confié à Antoine Poulain et David François.

 

Croc-Blanc
Croc-Blanc
Croc-Blanc

 

 

3DVF : Les modèles sont issus de designs d’Antoine Poulain et David François. Quelles ont été tes relations de travail avec eux, ainsi qu’avec le réalisateur ?


Je n’ai pas eu le plaisir d’échanger avec eux ! Très peu avec Alexandre malheureusement. J’espère les rencontrer ne serait-ce que pour les féliciter.

3DVF : Revenons plus concrètement sur ton travail. Tu as modélisé Croc-Blanc ainsi que Kiché, sa mère, pour les séquences dans lesquelles Croc-Blanc est petit.
Vu l’importance de celui-ci et l’attachement qu’il doit générer, on imagine bien que chaque détail a été soigné. Comment l’as-tu abordé ?
Quelles ont été les difficultés d’un point de vue artistique, mais aussi technique, avec par exemple la prise en compte de l’animation en aval ?


Les animaux étant plutôt réalistes, il fallait rester neutre dans le traitement des expressions, cet attachement à l’animal revient plutôt au mérite des animateurs.
Il fallait surtout que je me documente sur la véracité de l’anatomie, l’articulation. Le traitement de la fourrure dans ZBrush a demandé aussi une certaine méthode à mettre au point, mais c’était purement visuel, pour valider les designs et aider les artistes au groom.
Au départ il était prévu que je fasse à la fois le travail de sculpt et la topologie mais compte tenu des délais, le retopologie à été externalisée, pour que je me concentre uniquement sur la partie sculpt. La seule contrainte que je me suis fixée, plus pour mon propre confort, sur les vêtements notamment, et certains accessoires, était d’avoir un maillage relativement propre.

 

Croc-Blanc

Croc-Blanc

 

3DVF : Une autre de tes tâches concernait Weedon Scott (image ci-dessous). Quelques mots sur ce personnage ?

Ah le bon Weedon, quand j’ai vu son design 2D j’ai tout de suite senti sa personnalité, il faut préciser que je n’ai pas eu de modelsheet, et c’est vraiment fantastique pour un modeleur ! Les ombrages des illustrations suffisaient pour saisir toutes les personnalités et leur anatomie. Seuls 2 ou 3 personnages avait leur face et profils.





Weedon Scott a néanmoins été le plus long à fabriquer, un délais incroyablement long de 8 jours :D compte tenu de ses différentes tenues, il a des pieds (incroyable !), ses accessoires ont changé en cours de fabrication, et surtout au final soigner le sculpt, pour qu’on retrouve le relief dans les textures du visage.

 

Croc-Blanc
space
space

Les derniers commentaires (1)

#1
J'ai adorée ce film, mon mari également , cela change des Disney et l'originalité des personnages nous a vraiment séduit ! Bravo David Arnould ainsi qu'a toute l'équipe !
 
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space