Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
blogs
Blogs
ico_progiss
Progiss
ico_social
Social
Login
space
space

Accueil / Magazine / Interviews / Rencontre avec l'équipe du Crabe-Phare

space

Rencontre avec l'équipe du Crabe-Phare

Publié le 06 décembre 2017 par
space

3DVF -  Pour l’aspect narratif, intro exceptée, vous êtes resté sur du muet contemplatif. Pourquoi ce choix et comment l’avez-vous mis au point lors de la préprod ?


L’équipe du Crabe-Phare : C’était plus une contrainte qu’un véritable choix concernant le muet. Gérer des acteurs est quelque chose de complexe, ne serait-ce qu’en termes d’organisation. Rien que pour la scène d’intro, le processus d’enregistrement d’un de nos camarades, Andy Dupont, s’est étalé sur toute l’année et nous avons eu notre voix définitive relativement tard. Le contemplatif est venu assez naturellement avec l’envie de faire un film poético-humoristique.



3DVF -  Un mot d’ailleurs sur la bande-son et les bruitages ?


L’équipe du Crabe-Phare : C’est Valentin Lafort qui s’est chargé de la musique. Nous avons choisi de travailler avec lui, car dans ses précédentes productions nous avions remarqué qu’il savait précisément où s’arrêter pour ne pas être trop pompeux, tout en restant poétique et en laissant les idées subtiles intactes. Nous lui devons beaucoup, y compris le thème principal que tout le monde avait en tête dans notre classe après chaque projection test.

 


3DVF -  Pour en revenir à la réalisation, pouvez-vous nous parler de vos influences et votre volonté ?


L’équipe du Crabe-Phare : Pour la mise en scène, le réalisateur Wes Anderson a été notre référence principale. Mais dès les premiers dessins de Gaëtan, il y avait la volonté de faire des « Plans aquariums » où l’on voit le dessus et le dessous de l’eau en même temps. Nous avons fait en sorte que le reste de la mise en scène soit cohérent avec ce plan majeur. Le fait de faire un film avec beaucoup de plans « plats » permet aussi de passer plus facilement d’une échelle à une autre, de faire des blagues avec les petits humains et d’être contemplatif.

 




3DVF -  Côté techniques, quels outils et logiciels avez-vous utilisés ?


L’équipe du Crabe-Phare : The film a été réalisé dans 3DS Max et rendu avec V-Ray 3. Nous nous sommes aussi servis de Nuke, Mari, Zbrush, et Photoshop. C’était la première fois que nous utilisions Houdini pour les effets spéciaux. Nous avons aussi utilisé le pipeline développé par Alexandre tout au long de l’année, qui se chargeait de notre gestion de fichiers, l’assemblage des scènes et du rendu. Nous avions besoin d’un tel outil pour gérer les 450 assets différents du film. Grâce à cela, nous n’avions pas trop besoin de nous préoccuper de la complexité des scènes.




 

3DVF -  Même si on est là pour parler d’animation 3d, pourriez-vous quand même dire quelques mots sur la morale et de la dimension écologique de l’histoire ?



L’équipe du Crabe-Phare : Le message du film est que, quel que soit ce qu’on fait à la nature, elle renaîtra. Le film plaide aussi la naïveté de l’espèce humaine qui pollue et détruit sans vraiment s’en soucier, sans s’en rendre compte. Même si le film parle d’écologie, notre but était avant tout de faire un film rigolo et poétique. Le principe même du Crabe-Phare qui capture volontairement les bateaux humains ne colle pas forcément avec l’image de la Nature innocente que l’on trouve dans plupart des fables écolos. Si le Crabe est une métaphore de la Nature, c’est la métaphore d’une nature prédatrice et dangereuse.



3DVF -  En tant que jeunes diplômés, pensez-vous que c’est important de travailler sur le sens en animation ou vfx ?

L’équipe du Crabe-Phare : Absolument. Même si tous les films ou toutes les images ne sont pas obligés d’avoir nécessairement un message pour être réussis. Les vfx et la 3D peuvent dire beaucoup, alors autant s’en servir !

 

space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space