Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
blogs
Blogs
ico_progiss
Progiss
ico_social
Social
Login
space
space

Accueil / Magazine / Interviews / Les As de la Jungle arrivent au cinéma : Rencontre avec TAT Productions

space

Les As de la Jungle arrivent au cinéma : Rencontre avec TAT Productions

Publié le 17 juillet 2017 par
space
Les As de la Jungle

3DVF : Pouvez-vous revenir sur votre pipeline ? Travaillez-vous toujours sous 3 ds Max/V-Ray ? Quelles modifications logicielles ont été mises en place, par rapport à la série ?

Romain Teyssonneyre / TAT Productions : Oui, notre coeur de pipeline est toujours le même. 3ds Max sur tous les postes 3D, V-Ray pour le rendu. Beaucoup de ZBrush en modélisation / sculpting. La végétation est gérée en partie avec Forest, le fur est entièrement fait sous Ornatrix et nous avons même utilisé Lucid pour la dynamique des poils, pourtant le plugin était très jeune (en beta à l’époque, mais qui marchait déjà bien...).

Le storyboard est fait avec ToonBoom Storyboard Pro. Le compo & la stéréo ont été faits sous After Effect agrémenté de pas mal de plugins / scripts (notamment YUVsoft pour la stéréo, qui est une des rares solutions de stéréo sous After à notre connaissance).
Un des points majeurs a aussi été d’officialiser et de structurer une petite équipe de 2-3 développeurs avec lesquels nous avons mis en place des outils internes (notamment un gestionnaire de passes pour le rendu ou encore un visualisateur interne d’images & vidéos).

 

 

Les As de la Jungle

 

Les As de la Jungle

 

 

De même, quelques mots sur l’infrastructure matérielle et la renderfarm ? Êtes-vous montés en puissance pour ce projet ?

Effectivement, dès le début des rendus sur le long, on s’est vite rendu compte que nous aurions des temps de calcul au-dessus de nos estimations. Nous avons donc investi dans des noeuds de calculs supplémentaires. Actuellement nous sommes à 150 lames + les workstations qui calculent en dehors des heures de travail.

D’ailleurs, nous n’avions pas une climatisation suffisante dans nos locaux pour accueillir cette renderfarm, nous avons donc dû être hébergés chez nos coproducteurs MasterFilm, ce qui au niveau réseau rajoute une couche de complexité.
Deadline a été un outil extrêmement puissant pour gérer le parc informatique : exécutions de scripts / batchs, déploiements de logiciels, jobs d’automatisations, conversions automatiques de séquences d’images en vidéos…
Finalement, nous nous en sommes sortis avec des temps de rendu autour de 6h l’image.

 

Les As de la Jungle

Les As de la Jungle

 

 

 

Qu’attendez-vous des prochaines versions de vos principaux outils, et en particulier de 3 ds Max et V-Ray ? Les orientations prises actuellement sont-elles conformes à vos besoins ?

Côté logiciel, je ne suis pas spécialement convaincu de la version 2018 de 3ds Max. Je préfèrerais plus de stabilité & d’ouvrir un peu plus à la customisation.
Avoir un viewport qui supporte plus de polys et/ou plus d’objets, un meilleur FPS pour la partie layout /anim.
Avoir une UI plus flexible (viewport détachable par exemple), pourvoir éditer une scène sans l’ouvrir, un support Linux.
Nous avons encore beaucoup de crashs intempestifs. Un outil de débug / log / scene analyse ne serait pas du luxe non plus.

Le système de référence Xref est cela dit bien pratique pour les scènes lourdes mais perfectible (les Containers ont de bonnes idées mais un peu fouillis).

Par contre nous sommes super satisfaits de V-Ray.
Les récentes versions apportent beaucoup de choses qui peuvent avoir un impact sur notre fabrication, que ce soit en préProd ou en prod : Denoiser, Adaptive lights, Interactive Production mode, et même récemment la 3.6.
Historiquement, nous n’utilisions pas la partie GPU, parce que certaines features n’étaient pas supportées. Mais là en changeant de projet, on peut revoir notre manière de travailler pour être compatible GPU, ce qui pourrait être très intéressant autant pour les graphistes pendant la préProd que pour le final rendering sur les temps de rendu.

 

Les As de la Jungle

Les As de la Jungle

 

En ce qui concerne le rigging et l’animation, quelles ont été les similitudes/évolutions entre la série et le film ?

Le Setup & l’Animation sont les deux départements qui ont le moins évolué techniquement entre les saisons & le film.

Aucun changement majeur, le travail a porté essentiellement sur l’amélioration de l’existant (notre interface d’anim) et l’optimisation de scènes, car la licence des As implique beaucoup de personnages à l’écran.

 

Les As de la Jungle

Les As de la Jungle

 

 

Qui dit As de la Jungle dit évidemment... Jungle. Comment avez-vous abordé la végétation, à la fois sur le plan technique et artistique ?

Artistiquement, en arrivant sur le film, on savait faire de la jungle. On n’a pas eu de difficulté majeure mais nous avons tout revu car nous souhaitions des changements en termes d’échelle, de quantité de végétation et de variations dans les teintes.


Techniquement, un des plus gros problèmes est venu du postulat de départ qui voulait que la végétation soit modulable tout le long de la prod, notamment au Layout, pour la gestion des cadrages ou au rendu pour affiner le SetDress post-anim. On a donc dû développer un petit outil qui traque l’état de chaque objet de végétation ainsi que les modifications de position/rotation/scale apportées plan par plan.

Les As de la Jungle

Les As de la Jungle

Les As de la Jungle
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space