Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
ico_progiss
Progiss
Login
space
space

Accueil / Magazine / Articles / Dossiers / Reportage Laval Virtual 2014

space

Reportage Laval Virtual 2014

Publié le 28 mai 2014 par
space


Un A à Z de l’expo

 

AMD : L’incontournable constructeur américain de cartes graphiques est venu présenter les nouvelles AMD FirePro conçues pour les flux de travail CAO/CAM/CAE. AMD hébergeait par ailleurs le casque haute résolution de InfinitEye VR (voir article Guerre des visiocasques).

 


Ayotle : cette start-up parisienne fondée en juin 2010 par Gisèle Belliot et Alonzo Ybanez Zepeda, produit des logiciels de vision par ordinateur et de capture de mouvement à partir de caméras et capteurs 3D. AnyTouch est un outil qui permet de rendre interactif n’importe quel objet de la vie ordinaire  - table ou petits éléments - posé devant soi, quelque soient sa taille ou sa surface. Il suffit de tracer avec les doigts des lignes, formes ou contours sur cet objet. La caméra 3D transmet les données de mouvement à AnyTouch qui les traduit instantanément en actions de programmation dans le monde virtuel : manipuler un objet ou une maquette 3D, zoomer, dessiner, travailler avec un menu, etc ; actions conduites sans autre interface que ses propres mains. Ayotle a notamment présenté AnyTouch au Siggraph 2012 de Los Angeles sur le stand de Cap Digital.

LV-Awards-Jerome.Bonaldi-Eric-Braux(Barco).jpg 
Jérôme Bonaldi, animateur des Laval Virtual Awards et Eric Braux, directeur général des ventes Barco France, le jeudi 10 avril 2014, au Théâtre de Laval. © Jean Segura


Barco : A Laval Virtual, sur un grand stand partagé avec l’intégrateur de solutions de RV ImmersionBarco devait dévoiler la stratégie d’offre de ses technologies de visualisation (voir plus bas : Barco étend son offre en visualisation collaborative)

 

Cartage : entreprise de Laval spécialisée dans la valorisation du patrimoine.

Catopsys, système de visualisation panoramique intelligent. Première présentation publique à Laval.

 

Née d’une idée exprimée en 2003 et développée par l’Université d’Auvergne, Catopsys développe une solution de visualisation et de projection panoramique (cubique, cylindrique ou autre) d’images de synthèse en temps réel, de vidéos en 2D ou 3D relief. La singularité de Catopsys, montré pour la première fois à Laval Virtual 2014, est de pouvoir s’adapter à la géométrie de l’environnement de projection grâce à une technologie de calibrage 3D de l’espace. Il est en outre possible d’avoir (sous forme d‘écrans LED) une ou plusieurs fenêtres haute résolution à l’intérieur de la surface de projection globale (à l’instar du système de projection augmentée IllumiRoom de Microsoft Research, présenté au Siggraph 2013 d’Anaheim). La solution proposée par Catopsys intègre en outre une option de spatialisation du son.

Catopsys-Daniel.Duhaubout.jpg
Daniel Duhautbout, Pdg de Catopsys lors de la première démonstration publique de son système à Laval Virtual 2014. © Jean Segura

Située à Aubière, banlieue de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) la société Catopsys SAS, créée en janvier 2013 et dirigée par Daniel Duhautbout, fournit des systèmes pouvant être installés en quelques heures dans n’importe quelle pièce. Débouchés visés : bureaux d’ingénierie, traitement de troubles cognitifs, jeux vidéo et serious games, applications muséographiques et touristiques. Commercialisé seul pour 15 000 euros, le logiciel, compatible OpenGL fonctionne avec : tous moteurs 3D temps réel (Unity 3D, Ogre [Object-Oriented Graphics Rendering Engine], etc) ; tous formats d’image et de vidéo ; tous systèmes de tracking aux normes VPRN (Virtual Private Routed Network) ; toutes cartes graphiques ; ainsi que tous systèmes d’affichage vidéo du commerce, écrans et projecteurs. Les étapes d’utilisation du logiciel sont les suivantes : 1) modélisation 3D de l’espace dans lequel se fait la projection ;  2) définition du système optique nécessaire (un ou plusieurs projecteurs et ou écrans plats) en fonction d’une application donnée ; 3) à partir de ces deux variables, le logiciel calcule les déformations de l’image afin que le rendu de cette image soit cohérent avec la surface sur laquelle elle devra être projetée ; 4) si nécessaire, on peut utiliser les propriétés interactives d’un ou plusieurs écrans tactiles pour interagir avec l’environnement virtuel.


Quatre systèmes ont déjà été implantés : à Tours, au Centre d’étude supérieur de la Renaissance, un cube immersif dans lequel est projeté un spectacle multimédia visuel et musical spatialisé ; chez Ogilvy, agence de communication ; chez Redstack à Singapour pour des prestations autour de la maquette numérique dans le domaine de la construction, de l’urbanisme et de le promotion immobilière ; et enfin au Collège de France pour une application de sciences cognitives sur la perception de l’espace.


Clarté : Pôle régional incontestable, Clarté est un centre de recherche, d’étude et de transfert de technologies fondé à Laval en 1996 dédié la RV et la RA. Ses systèmes d’immersion, nombreux et adaptés à toutes les solutions, ont été mis à la disposition des professionnels et industriels venus concevoir et tester leurs projets en virtuel.

 

Pilote ou partenaire de grands projets financés par l’Etat et les Régions, Clarté, associé aux grands laboratoires de recherche, a récemment déployé deux autres centres de RV, respectivement à Nantes et au Mans.

 

 

Christie Digital Systems Canada, filiale à 100% de Ushio Inc. (Japon), leader dans le secteur des projecteurs de pointe et des systèmes d’affichage complet.

Clarte.jpg Ecran de visualisation mis à la disposition des utilisateurs sur le stand Clarté sur le salon professionnel de Laval Virtual 2014. © Jean Segura


Cyberith GmbH :
Cette société autrichienne, fondée par une jeune équipe passionnée de réalité virtuelle, a développé le Virtualizer, un dispositif immersif, avec casque Oculus, harnais et sol interactifs qui permettent à « l'utilisateur d’explorer des mondes virtuels d’une façon ultra-réaliste, et cela dans le confort de sa propre maison ». Le Virtualizer a été récompensé par un Laval Virtual dans la catégorie Jeux 3D & Divertissement (voir article Laval Virtual Awards), et par le Prix Siggraph Emerging Technologies qui devrait permettre à Cyberith de présenter son invention au Siggraph de Vancouver du 10 au 14 août 2014.

 


Dassault Systèmes 3DS, sous l’enseigne d’Immersive Virtuality (iV) 3DS propose un éventail de technologies de RV, de RA, d’interaction gestuelle et d’autres dispositifs qui couplent le corps d’un utilisateur avec des mondes virtuels. 3DS a notamment joué un rôle de tout premier plan dans l’élaboration des séquences 3D temps réel du dernier spectacle de danse de Marie-Claude Pietragalla : M et Mme Rêve , présentation qui a reçu une récompense dans la catégorie Architecture & Patrimoine, Culture & Arts (voir article Laval Virtual Awards).

 


Eon Reality : Cette société fondée en 1999 à Los Angeles est spécialisée dans les logiciels de RV, les systèmes immersifs 3D et les applications serious games ou simulation-based-learning (SBL). Depuis quinze ans, son rayon d’action s’est étendu à la Suède, Singapour, Manchester (RU) et à Doha (Qatar). En 2013, Eon Reality annonçait son arrivée sur Laval, avec la création de 150 emplois en cinq ans à la clé. "La société a choisi Laval, repérée dans le paysage mondial du numérique grâce au salon Laval Virtual, vitrine annuelle des technologies du monde entier en la matière, devait préciser Christophe Clergeau, premier vice-président du conseil de la Région Pays-de-Loire, à notre confrère Usine Digitale .


Cyberith-Virtualizer(1).jpg Cyberith-Virtualizer(2).jpg
Cyberith-Virtualizer(3).jpg
Un explorateur du virtuel en pleine action avec le Virtualizer sur le stand Cyberith, installation récompensée d’un Laval Virtual Award et du Prix Siggraph Emerging Technologies 2014 © Jean Segura


ESI Group : Fondé il y a plus de 40 ans (1973) par son actuel PDG Alain de Rouvray et trois autres chercheurs, ESI est le pionnier et principal acteur mondial du prototypage rapide et de simulation de procès industriel prenant en compte la physique des matériaux (logiciels de crash test Pam Crash, d’emboutissage Pam Stamp, de thermoformage Pam Form, etc). Implanté à Rungis en région parisienne, ESI présentait ses solutions d’Ingénierie Virtuelle destinées à remplacer les prototypes physiques en milieu industriel. ESI, qui a réalisé un CA de 109,3 M€ en 2013, est présent dans plus de 40 pays et emploie un millier de personnes.

 


Forum 8, entreprise nippone créée en 1987 basée à Tokyo, développe des logiciels pour faciliter l’aménagement du territoire. Son logiciel de réalité virtuelle UC/win/Road « permet de simuler des environnements urbains de grande taille, et d’évaluer aussi bien le relief que les différents concepts architecturaux ou propositions de grands travaux ». L’importation de données topographiques (NASA, METI, IGN…) permet de représenter n’importe quel territoire de la planète. On peut également simuler en les visualisant des corps fluides, tels que le trafic automobile, les foules, le vent, etc, et utiliser le logiciel comme un simulateur de conduite dans différentes configurations d’heure de la journée, de météo ou de densité de trafic. La solution VR-Cloud développée récemment par Forum 8 permet d’accéder aux environnements virtuels depuis un ordinateur ou une tablette. Forum 8 possède 9 sites au Japon et 6 à l’étranger : Royaume-Uni, Chine, Corée, Australie.

 

Haption, implantée en Mayenne, est une société créée en 2001 issue d’un essaimage du CEA (Commissariat à l'Energie Atomique). S’appuyant sur plus de trente années de recherche dans le domaine du retour d'effort, elle conçoit, fabrique et commercialise des dispositifs haptiques adaptés aux besoins de ses clients industriels et académiques. A Laval, Haption présentait la dernière version de son bras robotique à retour d’effort Virtuose 6D, lancé en novembre 2013.

 


I’m in VR, société parisienne fondée en février 2012 par le dynamique « VR-évangéliste » Sébastien Kuntz, est un éditeur de logiciels spécialisé dans la réalité virtuelle immersive. Son produit phare MiddleVR for Unity est un plugin de RV dédié au « populaire et puissant » moteur de création de jeux en 3D Unity de Unity Technologies. MiddleVR a été notamment lauréat de Laval Virtual 2012 dans la catégorie Engineering, Assembly and Maintenance.


Haption-Virtuose.6D.jpg Le bras robotique à retour d’effort Virtuose 6D sur le stand Haption. © Jean Segura

Immersion est assurément le vétéran de la réalité virtuelle en France et en Europe. Fondée par Christophe Chartier en 1994, la société bordelaise qui emploie 35 personnes, avec un bureau à Nantes et un autre à Paris, conçoit et intègre des dispositifs d’affichage et d’interaction haut de gamme destinés à « tester, concevoir, simuler et valider en temps réel autour de la maquette numérique ».

 

Immersion affiche 200 références clients (USA, Afrique du Sud, Allemagne, Belgique)  avec en France des grands comptes industriels tels que LVMH, PSA, EDF, Renault, EADS, Dassault Aviation, DCNS, Alstom et de grands instituts de recherche : CEA, CNRS, INRIA. La plasticité de la R&D d’Immersion aura permis le développement de solutions de visualisation sur mesure comme la table interactive collaborative Meetiiim, le cube tactile Cubetiiile, ou le logiciel de travail partagé Shariiing.


Immersion-visualisation-collaborative.jpg
Immersion, très présent sur le salon professionnel de Laval Virtual depuis sa création, maîtrise les techniques des mondes virtuels partagés entre différents systèmes. © Jean Segura

 

Immersion devait annoncer à Laval le DICE, offre standardisée de RV matérielle et logicielle de base avec prestation de service complète sur un calendrier de trois ans. Depuis 2013, un accord avec Barco prévoit que la société belge sous-traite l’intégration des équipements qu’elle fournit comme l’OSV (OverView Seamless Video Wall) écran courbe de 3 à 7 canaux « sans couture » (voir article Barco étend son offre en visualisation collaborative). Les 2 et 3 octobre prochain, Immersion organise au Palais de la Bourse de Bordeaux la seconde édition de Inspirience the 3D (it3D), événement autour des dernières tendances de la 3D immersive et collaborative. Immersion a été récompensé cette année d’un Laval Virtual Award dans la catégorie Business, Communication & Services.

 


Laster Technologies aux Ullis Courtaboeuf (91), a été fondé en 2005. Cette société propose des solutions optiques de réalité augmentée en apportant l’information devant les yeux tout en libérant les mains de l’utilisateur. En quelques années, la RA a connu une vraie explosion dans les secteurs aéronautique, militaire, industriel et médical pour des applications de simulation, maintenance, logistique et formation. Après la présentation d’un premier prototype en 2009, Laster a commercialisé le PMD G2 puis le Laster MG1, un système monoculaire inséré dans un masque de ski de 800 x 600 pixels, 60 à 85 Hz, 50° de diagonale (format 4/3, 40° en horizontal, 30° en vertical), qui rapporte les informations devant les yeux avec une faible latence et une très bonne qualité optique. Depuis juin 2013, Laster propose le Laster EPV, système monoculaire de 560 x 480 pixels, 60 à 85 Hz, 25° de diagonale (contre 15° sur les Google Glass). Destiné aux développeurs, le Laster EPV est vendu 4200 euros en version filaire et sera disponible en version bluetooth fin juin 2014 pour 2500 euros. Des grands comptes comme Dassault Aviation, EADS, Eurocopter, Michelin, Microsoft ou Thales comptent déjà parmi les clients de Laster.


Enfin, destiné au grand public, le Laster See Thru est une lunette monoculaire sans fil de 800 x 600 pixels à 25° de diagonale - mais sans caméra embarquée afin de respecter la vie privée. Cette nouveauté est « proposée en précommande sur Internet sans indication de prix, avec une cible prévisionnelle tournant autour de 500 € » précise le directeur des ventes. Laster Technologies a été l’une des start-ups françaises sur le stand Cap Digital lors du Siggraph 2012.

 

Laval 3D Interactive  est une structure de formations dédiées à la création de médias interactifs numériques, fruit de l’association entre l’UCO Laval (Université Catholique de l’Ouest) et l’ENSAM Laval, animé par Simon Richir, l’un des initiateurs de Laval Virtual.

 


Lumiscaphe est une société basée à Canejean (Gironde) fondée en 2001 qui propose des solutions dans le domaine de la 3D temps réel photo-réaliste. Produit phare vendu dans le monde entier, Patchwork 3D est un logiciel de création de maquette numérique d’aspect (MNA) obtenue à partir de modèles CAO issus de Catia (Dassault Systèmes) ou à partir d’Alias Studio (Autodesk). Virtual Sight est une solution intégrée de RV pour la présentation de produits en showroom via des dispositifs multi-écrans stéréoscopiques. En partenariat avec Immersion, Lumiscaphe a fait plusieurs démonstrations de couplage de leurs technologies de visualisation de MNA avec des interfaces de RV. La société girondine, qui possède aussi des bureaux parisiens, est aujourd’hui implantée en Californie (Silicon Valley), Inde, Japon, Chine et Taiwan. C’est l’une des entreprises françaises régulièrement présente au Siggraph.

 
LV-Awards-Simon.Richir, organisateur colloque.scientifique(a-gauche)etJ.Bonaldi(Dr).jpg
Simon Richir (à gauche) Professeur des Arts et Métiers ParisTech à Laval, est le directeur scientifique de Laval Virtual. Ici lors de la cérémonie des Laval Virtual 2014 avec Jérôme Bonaldi (à droite). © Jean Segura


NVidia : Présentes sur un grand nombre de plate-formes temps réel, les cartes graphiques GeForce du constructeur américain constituent un élément basique des systèmes de réalité virtuelle.

 


Optis est une société toulonnaise de 150 personnes fondée en 1989 dont le métier d’origine est le développement d’un logiciel de simulation de la vision humaine et l’impact de la lumière sur les matériaux et l’environnement. Son logiciel de visualisation Speos est intégré à des outils de CAO tels que Catia et Solidworks de Dassault Systèmes, NX de l’allemand Siemens et PTC Creo de l’américain Parametric Technology. « Optis arrive dans le monde de la RV car nos clients demandent à pouvoir déambuler dans les maquettes numériques pour une prévalidation de leur projet et la qualité perçue, explique Mme Guiomar Andrade, Business Development Manager. En 2013, Optis a développé en partenariat avec EADS le logiciel HIM (Human Integrated Manufacturing) qui permet, à partir de données CAO de naviguer dans des maquettes d’échelle 1/1 afin d’y pratiquer des opérations de maintenance, d’assemblage et d’accessibilité ; opérations servant à la validation de prototypes virtuels. HIM devrait être mis en service pour Airbus et d’autres filiales d’EADS.

 

Realyz : Entreprise implantée en Mayenne à Louverné (8 km de Laval), qui propose depuis 2011 des installations de réalité virtuelle mobile. De type « Cave », le Mobiliz, système 3D relief HD à 4 phases projetées, est vendu 40 000 euros clé en main ou loué 2000 euros par jour. Autre produit, le Vizualiz est un écran de 2,20 m de haut sur 2 m de large au montage très rapide, idéal pour des visites virtuelles, des sessions d’analyse ergonomique ou encore des sessions de formation. Il est vendu 25 000 euros ou loué 1500 euros/jour. Enfin le système ultra portable Etablyz 3D full HD vendu 5000 euros, pour la conception et le design de produits ou encore pour la visualisation de maquettes numériques.

 

 

Reviatech : Créée en 2008, cette entreprise innovante dans les domaines de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, est basée à Venette, en banlieue de Compiègne dans l’Oise. Sa technologie Revia se décline sur une gamme complète de logiciels 3D dédiés à la conception, à la mise en pratique et au suivi des formations en entreprise.

 

Robocortex : Issue d’un essaimage de l’INRIA en 2010, cette entreprise est spécialisée dans la réalité augmentée en proposant des solutions intégrées d’aide à la formation et l’exécution de tâches industrielles : « assemblage en production, inspection qualité, maintenance d’équipement », avec comme clients Dassault Systèmes, Dassault Aviation, Eurocopter, Thales, Astrium (filiale d’Airbus). Robocortex est basée à La Roquette-sur-Siagne, (zone de Sophia-Antipolis) dans les Alpes-Maritimes.

 


Suricog : entreprise parisienne qui développe des capteurs intelligents (basés sur le regard de l’opérateur humain) permettant des interactions temps réel dans des environnements numériques de tout type. Suricog a remporté le prix de la meilleure StartUp à Laval Virtual 2014.

 


Technical Illusions : Parmi les innovations présentées dans le cadre de la compétition ReVolution de Laval Virtual 2014, le système CastAr de Technical Illusions est un procédé de réalité augmentée qui affiche des projections 3D en mode holographique interactif. CastAr comprend 2 micro-projecteurs montés sur lunettes  HMD à obturateur actif, une caméra infra-rouge, et une surface réfléchissante, type « Scotchlite », servant d’écran. L’image 3D apparaît sur l’écran uniquement pour le (ou les) porteur(s) des lunettes. CastAr, en préproduction, peut déjà être commandé sur Internet pour 345 US Dollars pour être livré à partir de septembre 2014.

 


TechViz : Fondée en 2004 et basée à Paris, cette société développe des logiciels d’affichage temps réel de modèles 3D complexes pour des systèmes de réalité virtuelle immersive. A Laval, Techviz présentait ses solutions sur un système d’affichage du californien zSpace et sur Mirage 4K25 120 Hz de Christie. Techviz est présent dans 18 pays à travers le monde : Europe, Amériques, Asie et Pacifique.

 


Volfoni : Cette société fondée à Paris en 2007 propose des technologies 3D pour des applications allant du cinéma aux simulations immersives, dispositifs d’ingénierie, home cinéma, gaming et réalité virtuelle.

space
space

Les derniers commentaires (0)

Soyez le premier à déposer un commentaire.
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space