Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
ico_progiss
Progiss
Login
space
space

Accueil / Magazine / Articles / Dossiers / Interview de Sebastien Callens, Responsable commercial de la société Vertice

space

Interview de Sebastien Callens, Responsable commercial de la société Vertice

Publié le 04 août 2008 par now
space

 

- Interview de Sebastien Callens -
Responsable Marketting et vente de la société Vertice, éditrice de Nova


3DVF : Bonjour Sebastien, et merci d'avoir pris sur ton temps pour répondre à quelques unes de nos questions. Pour commencer, peux-tu déjà nous présenter la société Vertice ?

Sébastiel Callens : Fondée en 2002, Vertice est située à Toulouse. Vertice est une Jeune Entreprise Innovante (JEI) qui a été élue en 2003 1ère Entreprise Innovante lors de la Mêlée Numérique. Vertice développe et distribue la gamme Nova et accompagne ses clients dans la customisation d’applications. Vertice est une société sœur de Bewise. Créée en 1999, Bewise est aujourd'hui l'une des rares SSII françaises exclusivement spécialisée sur les technologies de développement Microsoft. Employant 23 salariés, Bewise possède quatre grands domaines d'activité : le développement logiciel, l'architecture de ces développements, la Business Intelligence, et le développement 3D temps réel. Détentrice du titre de Microsoft Regional Director pour le grand Sud-ouest, Bewise est également Microsoft Gold Certified Partner depuis 2 ans. L'expertise de ses ingénieurs et la reconnaissance de ses compétences par Microsoft permet à Bewise d'intervenir chez des grands comptes (Airbus, Orange, BASF, Legrand, …), des éditeurs de logiciels (Infomil, Missler Software, MaxSea, …) et des SSII (Unilog, EDS, Thales, …)

Nova a été conçu par David Catuhe (développeur) et Michel Rousseau (graphiste). Passionnés de jeux vidéo, la 3D temps réel les a toujours intéressés. David Catuhe a commencé le développement de Nova dans le cadre de ses études et en collaboration avec Michel Rousseau, utilisateur averti de 3ds Max. A la fin de ses études, David a rejoint Bewise ont il est l’un des actionnaires, et a continué à développer Nova au rythme des derniers outils mis à disposition par les éditeurs aux équipes de développement, toujours en collaboration avec Michel Rousseau, lead artist dans un studio renommé de Toulouse et aujourd’hui Directeur Artistique de Vertice, tout ceci en parallèle avec l’évolution du principal outil de 3D du marche, 3ds Max d’Autodesk. Faire-valoir des connaissances en développement de David Catuhe et de Bewise dans un premier temps, Nova est devenu en 2002 un moteur 3D temps réel à part entière par la création juridique de Vertice.

3DVF : Comment s'est fait le choix d'incorporer Nova dans 3DS Max, et non pas d'avoir par exemple créé un standalone utilisable sur toutes les solutions du marché ?

Sébastiel Callens : Le choix du logiciel incorporé s'est fait pour la raison suivante : dans le domaine de l'architecture, de l'aménagement, de l'industrie, de la simulation, de la formation et du jeu, 3ds Max est l'outil utilisé par la plupart des graphistes. Ce sont ces mêmes secteurs d'activité qui s'intéressent de très près à la 3D temps réel. Qu'est-ce qui les rebutait dans la 3D temps réel jusqu'ici ? : la complexité de mise en oeuvre et l'énorme différence de qualité entre le précalculé et la 3D temps réel. Vertice à donc décider de mettre à la disposition des graphistes un outil simple, convivial, intégré dans leur outil de 3D habituel, n'obligeant pas à une modification radicale de la méthodologie de travail et offrant des performances graphiques de très haut niveau et une mise ne place d'interactions simple et rapide.

3DVF : C'est d'ailleur notre question suivante : Pas de standalone prévu dans un proche avenir ?

Sébastiel Callens : La philosophie de Nova est et restera : simplicité d'utilisation et qualité de rendu. Si nous devions élargir Nova à d'autres logiciels de 3D, ce serait en conservant la même philosophie, à savoir par une intégration au maximum dans l'outil de 3D pour ne pas déstabiliser l'utilisateur et lui permettre un gain de temps incomparable.

3DVF : Vous vous positionnez sur un marché énorme, ou la concurrence est assez disparate, pas trop inquiets d'ouvrir la route grâce à un soft à la philosophie baucoup plus accessible au grand public ?

Sébastiel Callens : Contrairement à ce que l'on croit, le marché de la 3D temps réel en est encore à ses débuts. On parle beaucoup de 3D temps réel pour toutes les raisons que tu cites dans ton article ( immersion dans l'environnement 3D créé, interactivité, simulation, ...), mais peu d'indépendants ou de sociétés ont fait le pas. La principale raison : la peur de devoir réapprendre un outil et de devoir radicalement modifier sa méthodologie de travail. Et c'est à cette problématique que répond Nova, avec un outil intégré, simple et adapté.

3DVF : Comment vois tu évoluer le marché du temps réel ? Crois tu qu'un jour prochain, à l'instar de ce que lance Google avec son Google Earth, ou plus près de nous le site Geoportail, on pourra se promener virtuellement dans le monde entier ?

Sébastiel Callens : Le temps réel est aujourd'hui à ses débuts et je suis persuadé que nous n'avons pas idée de ce qu'il nous offrira dans l'avenir. Souviens-toi de ce que le premier logiciel de 3D offrait en terme de modélisation et d'animation. Il ne faut pas, par contre, oublier que la 3D temps réel fait appel à la puissance des cartes graphiques mais, encore une fois, quel gouffre quand on compare aujourd'hui les performances entre une GeForce 7950 et une TNT2 !!!

3DVF : Un marché énorme en perspective donc ?

Sébastiel Callens : Je le pense, oui. Aujourd'hui, nombreux sont les industriels qui y ont recours en tant qu'outil : formations virtuelles sur l'entretien des avions ou sur la gestion d'attractions, simulations de conduite d'engins (automobiles, avions, dameuses, plateformes, grues, ...), visites virtuelles de bâtiments prévus à la construction. Mais la 3D temps réel permet aussi de recréer des sites aujourd'hui disparus, de faire avancer la médecine, la recherche, la communication, ...

3DVF : N'est-ce pas trop pénalisant d'être des "petits Frenchies" pour ce genre de marché ?

Sébastiel Callens : Bien au contraire !!! Pour les indépendants ou sociétés françaises ou francophones, c'est un argument de poids dans leur processus décisionnel : proximité, langue commune, ... Pour les pays étrangers non francophones, j'ai été surpris de l'accueil très positif qu'ils ont fait à un produit français. Il ne faut pas oublier que notre principal concurrent est français lui aussi (la France innove beaucoup, ce qu'on a tendance à souvent oublier), et que Nova a été conçu, dès le départ, avec une documentation française/anglais et un site en anglais a été rapidement mis à la disposition du public. La langue anglaise n'étant pas une barrière pour notre équipe, notre développement à l'international se présente encore mieux que nous l'espérions avec des revendeurs en Asie, en Amérique du Sud, en Europe et bientôt dans de nombreux autres pays ou régions.

3DVF : En quelques mots, peux tu nous donner de bonnes raisons de se mettre à Nova ?

Sébastiel Callens : La principale caractéristique de Nova : c’est un moteur 3D temps réel orienté graphistes.
En effet, Nova a été conçu en fonction des besoins des graphistes afin que tout graphiste utilisant 3ds Max puisse créer une scène 3D temps réel de grande qualité, intégrant un grand nombre d’interactions ainsi que de la physique appliquée sur des objets choisis et ceci sans aucune connaissance de programmation.

Pour offrir cette simplicité, Nova est un moteur 3D totalement intégré, cas unique à ce jour à ce niveau d’intégration, et il faut donc le différencier des moteurs externes qui ne récupèrent qu’une partie des informations du logiciel de 3D et obligent, de ce fait, à dépenser plus de temps en dehors du logiciel de 3D dont on est familier, afin de paramétrer la scène 3D temps réel. Cette simplicité n'empêche pas, bien au contraire, une qualité de rendu exceptionnelle : Nova gère les shaders et ceci en 3.0, les textures vidéo, les ombres temps réel, la réflexion et la réfraction, le bump, l’opacité, l’ambiant, de diffus, le spéculaire, le rendu sur texture, les effets de post-process, les billboards, l’antialiasing, le per pixel, le brouillard volumétrique, le morphing, etc...

Il faut aussi différencier l’utilisation que l’on désire faire d'un moteur 3D temps réel : uniquement de la visualisation d’un objet en 3D et en temps réel ou pouvoir interagir dans la scène, déclencher des actions, des animations, déplacer des objets ou interagir avec eux, lancer d’autres applications dans la scène, ce qui est le cas de Nova. Enfin, Vertice offre un produit complet et Nova n’est pas une offre à tiroir car il intègre le moteur 3D temps réel, le moteur physique, une utilisation illimitée dans le temps, une génération d’exécutables non limitée et Vertice ne réclame aucune Royalties pour la diffusion sur des supports divers des exécutables générés. Le calcul est vite fait dès que l’on génère une dizaine d’exécutables que l’on distribue sur un CD pressé à 1000 exemplaires.

En conclusion, Nova ouvre la voie du temps réel à tout graphiste, indépendant ou non, en lui offrant une simplicité d’utilisation et une rapidité d’exécution sans aucune commune mesure.

3DVF : Merci Sébastien pour ces réponses; on reste très impatient de voir les prochains avancés de Nova. bonne chance et à bientôt !


Plus d'informations sur le site de Vertice :
www.vertice.fr

space
space

Les derniers commentaires (0)

Soyez le premier à déposer un commentaire.
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space