Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
blogs
Blogs
ico_progiss
Progiss
ico_social
Social
Login
space
space

Accueil / Magazine / Didacticiels / La lecture de l'image, le cadrage

space

La lecture de l'image, le cadrage

Publié le 12 juillet 2000 par lieo
space

La lecture de l'image, le cadrage.





Que ce soit pour le cinéma, la peinture, la photographie, la bd, le cartoon, chaque image a pour but de faire passer un message, de retenir l’attention sur un sujet.

En effet, l’image est un moyen de communication comme un autre, et elle a besoin d’être travaillée comme un texte, un article, pour faire passer un message, et le bon.
Or il n’est pas rare de voir des images, très belles techniquement ( je pense à la synthèse ), mais où le sujet principal n’attire pas forcément l’œil du spectateur, qui se perd, qui n’est pas accroché, et qui passe à la suite.
Les règles ci-dessous ne sont pas absolues, le contre-exemple est vite trouvé, mais elles peuvent aider les débutants a organiser une image, pour la rendre plus intérressante, plus vivante.

 

La lecture de l'image :

Une habitude de l’œil, est d’analyser l’image du haut, à gauche, et de la balayer de gauche a droite dans sa partie haute. Puis le regard revient plusieurs fois, de droite à gauche, pour repartir de gauche à droite et ainsi de suite jusqu’a qu’il soit parvenu en bas.

Si le sujet est plus simple, un seul mouvement de gauche à droite est réalisé.

Quand nous " lisons " une image, notre œil est arrêté par différents éléments, à la manière de la ponctuation dans un texte.

 

 

 

 

Cette règle semble être universelle, acquise peut-être lors de l’apprentissage de la lecture ( pourtant les idéogrammes orientaux ou les textes arabes ne se lisent pas de la meme manière !?...)

 

 

Le cadrage :

Une des premiers éléments important de la composition est le cadrage :

Prenons l’exemple des coureurs de sprint :

 

 

 

Image A/

Le centre d’intérêt est placé immédiatement à proximité  du côté gauche.
Notre regard est a peine entré dans l’image qu’il s’arrête déjà sur le centre d’intérêt. Il reste là, en équilibre, comme le coureur cycliste qui freine presque aussitôt après le premier coup de pédale, mais prêt à repartir.
Cela donne une position dynamique et est une facon de retenir le regard en éveil.

 

Image B/

Le centre d’intérêt est centre dans le cadre, le regard va venir tranquille , rester un moment puis repartir.
Si on reprend l’exemple de la marche du véhicule, c’est le moment ou l’on double, avec suffisamment d’espace pour ce rabattre comfortablement. C’est une position d’équilibre,  confortable, qui est ressenti d’une façon plus statique.

 

ImageC/

Le centre d’intérêt est placé immédiatement à droite, l’œil a parcouru rapidement l’image pour trouver enfin le sujet. Il stoppe brusquement, comme un coup de frein brusque lorsqu’on se trouve à une bonne vitesse.
Cette position est a nouveau dynamique, et fait ressortir une certaine émotivité. L’œil est tenté de revenir vers l’arrière, il faut donc que le reste de la composition ait un minimum d’intérêt. Ce mouvement de l’œil pourra même attirer une attention réfléchie et perspicace sur tout le contenu de l’image : ce qu’un autre cadrage n’aurrait pas forcément entrainé ( ici, le retardataire )

Bien entendu, le contenu qualificatif, les objets, les actions peuvent mettre ces principes en défaut. Mais il est bon, je pense, de tenir compte de cette routine de l’œil.

space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space