Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
ico_progiss
Progiss
Login
space
space

Accueil / Magazine / Actualité Quotidienne / Logiciels / Mode of Expression : moteur de rendu stylisé

 

Mode of Expression : moteur de rendu stylisé

Publiée le 02 octobre 2012 par shadows44 (10318 lectures)
space

Vous vous souvenez sans doute du court-métrage Réflexion, réalisé par Planktoon et Yoshi Tamura. A l'époque de sa sortie, le projet avait été très remarqué : après un Best in Show Award lors du SIGGRAPH, le court est désormais en phase de présélections pour les prochains Oscars.

Un des éléments marquants : le rendu stylisé très particulier, proche d'un effet de peinture à la gouache.



L'outil utilisé pour obtenir ce résultat : Mode of Expression (M.O.E.), anciennement nommé Expression. Développé par Les Films du Poisson Rouge (société de production d'animation et prises de vues réelles), M.O.E. est un logiciel de rendu par zone permettant d'ajouter des effets de rendu à l'aide de brosses et textures. Voici deux exemples d'avant/après donnant une idée de la puissance du moteur :

Mode Of Expression

L'utilisation de M.O.E. nécessite une préparation en amont du rendu, afin de définir le traitement des différentes zones de l'image. Celles-ci seront signalées par une couleur spécifique pour indiquer le traitement à effectuer.

Les Films du Poisson Rouge proposent d'ores et déjà le système sous forme de prestations ou en location (mensuelle et par station) ; l'achat n'est pas proposé.
A noter, une démonstration sera proposée lors du MIPCOM et MIP Junior du 8 au 12 octobre 2012 sur le stand du Pôle Image Magelis d’Angoulême.

Les développeurs nous ont par ailleurs envoyé quelques détails supplémentaires sur le produit, son intégration dans le pipeline et ses possibilités :



Le logiciel de rendu expressif, Mode of Expression, développé par les Films du Poisson Rouge, a été utilisé sur le court métrage, « Réflexion », primé au Siggraph 2012. Il sera présenté au MIPCOM et MIP Junior du 8 au 12 octobre 2012 sur le stand du Pôle Image Magelis d’Angoulême.
 
Les Films du Poisson Rouge, société de production de cinéma d’animation et de prise de vues réelles, a annoncé ce jour que son logiciel de rendu expressif propriétaire, Mode Of Expression (M.O.E.), anciennement nommé Expression, avait été utilisé sur le court métrage de Yoshimichi Tamura, « Réflexion », qui s’est vu décerner le Best in Show Award au Siggraph 2012 ainsi que le Animated Fashion Award au festival Trickfilm de Stuttgart. Le film, produit par PlankToon, est actuellement en phase de présélection pour concourir aux Oscar 2013.
 
Développé par Anaël Seghezzi pour Les Films du Poisson Rouge, distributeur exclusif, M.O.E. sera présenté en avant-première au MIPCOM du 8 au 12 octobre 2012 sur le Pavillon du Pôle Image Magelis.
 
L’innovation au cœur de la réflexion
Basée à Angoulême depuis sa création en 2008 par Catherine Esteves, Philippe Touzery et Olivier Besson, la société Les Films du Poisson Rouge, dispose d’un studio de fabrication en interne et d’une expertise reconnue sur toute la chaîne de production d’œuvres d’animation. « Dans notre recherche constante de développement de nouveaux outils pour améliorer le flux de production », explique Catherine Esteves, « nous faisons appel à de nouveaux talents permettant de faire avancer le travail créatif sur l’image en ouvrant de nouvelles voies ». Parmi ceux-ci, Anaël Seghezzi, diplômé de l’ENJMIN (Ecole Nationale du Jeu et des Médias Interactifs Numériques), a développé un logiciel de rendu expressif, intitulé M.O.E.. « Nous l’avions rencontré au sein de la Pépinière d’entreprises de Magelis et ses travaux de recherche nous avaient fortement intéressés. C’est pour répondre à une demande précise de la part d’une production de long métrage que nous avons sollicité Anaël pour qu’il développe Mode of Expression. »
 
M.O.E.: un traitement du rendu par zone avec textures et brosses
M.O.E. est un logiciel qui permet d'automatiser la création de rendu complexe sur des animations 2D, 3D ou prises de vues réelles à l'aide de textures et de brosses qui suivent  la déformation du volume animé.
M.O.E. permet en outre de « redessiner » le cerné de l’animation. Il offre aussi la possibilité, par exemple, de gérer de façon automatique une ligne animée en pleins et déliés ou encore de retraiter une animation pour reproduire un style traditionnel (peinture, crayonné...).
 
 « Concrètement, il s’agit de traiter séparément les différents niveaux de l’animation – ligne, couleur, tons – sur lesquels on peut opérer plusieurs traitements différents », explique Anaël Seghezzi.
Ce rendu automatique nécessite une définition en amont, avec le directeur artistique dans le cadre des recherches graphiques, des zones à traiter selon les modalités de traitement souhaitées – irrégularité du rendu, rendu pastel, gouache, aquarelle, etc. Pour faciliter l’utilisation de M.O.E., chaque zone est visuellement signalée par une couleur différente pour un traitement différencié lors de la phase de rendu automatique.
 « Ces réglages sont naturellement modifiables selon les valeurs de plans », précise Anaël Seghezzi.
 
Gains de temps et de productivité avérés
Avec M.O.E., les animateurs voient leur travail simplifié sur la question du rendu des traits par exemple ; les gouacheurs, quant à eux, n’ont plus à se préoccuper de la dimension technique de leur métier. M.O.E. offre une palette de réglages très large permettant d’additionner les critères (types de brosses, longueurs de la brosse, nombre de coups de pinceaux, orientation, etc.) pour un rendu affiné et homogène.
« En simplifiant leur travail à l’extrême grâce à M.O.E., les gouacheurs n’auront qu’à se concentrer sur leur créativité, en se basant sur des zones prédéfinies. Le logiciel fera le reste ! » Autre gain de productivité, M.O.E. évite les vibrations de l’image, inhérentes à une colorisation à la main : « d’un bout à l’autre de la séquence, les critères prédéfinis suivent image après image, en toute fluidité ».
Les Films du Poisson Rouge misent également sur les gains de temps générés par l’utilisation de M.O.E. : « pour le rendu d’une image simple en HD, le temps de calcul est en moyenne de 10’’ par image », explique  Catherine Esteves. « A la main, on parle plutôt de 10’ par image ! »
 
Un logiciel qui s’intègre dans tous les pipelines
M.O.E. s’intègre facilement aux pipelines 2D, 3D et vidéo avec une prise en main transparente et rapide, inférieure à une journée. « Sur une production de long métrage », explique Catherine Esteves, « utiliser M.O.E. est synonyme de liberté artistique accrue, de gain de temps et de « possibilité de pousser l’image plus loin ». Sur une production de série d’animation, où les budgets sont de plus en plus serrés, cela permet d’augmenter la qualité d’image à coût équivalent, voire inférieur. Enfin, M.O.E. est parfaitement adapté pour des studios d’animation 3D qui ne parviennent pas à obtenir  des rendus traditionnels ou graphiques  de qualité et optimisés sur des œuvres originales adaptées qui, pourtant, le nécessitent ».
« Ce logiciel, en dehors d’être un atout artistique indéniable dans une production de série, permet en outre  d’optimiser les étapes de paint par une gestion automatisée et homogénéisée du traitement », conclut la co-fondatrice des Films du Poisson Rouge.
M.O.E. a déjà été utilisé sur plusieurs productions dont le court métrage « Réflexion » produit par PlankToon. Il a également permis d’optimiser le travail des équipes du pilote du long métrage d’animation « Petit Aigle » et celui de la série « Le Monde d’Adam ».
 
Première « Réflexion » sur M.O.E.
C’est donc sur le court métrage « Réflexion » que M.O.E. a été utilisé pour la première fois en production. Fabrice Sénia, producteur au sein de Planktoon, évoque le travail sur l’image du film : « Ce court métrage d'animation devait combiner les atouts de l'animation 2D traditionnelle (sensibilité, expression, graphisme, entre autres) et les avantages de la fabrication 3D (fluidité, flexibilité). Sans les inconvénients de chacun, bien entendu. Rien que sous cet angle, le film a été un défi, tant sur le plan artistique que technique. Nous avons utilisé un procédé d'animation 3D classique, auquel s'est ajouté un rendu 2D proche d'une illustration de type gouache.
M.O.E. a été au-delà de nos attentes tant du point de vue artistique que de par sa flexibilité. Ce film est un pari gagné en grande partie grâce à cette technologie. »
 
Modalités
M.O.E. est disponible dès aujourd’hui comme prestation proposée par Les Films du Poisson Rouge. Il est également fourni en location (mensuelle par station) sous forme de dongle.
Plusieurs studios d’animation à Angoulême et à Paris ont déjà manifesté leur intérêt pour M.O.E. et réalisent actuellement des tests pour l’intégrer sur des productions.

 

Pour plus d'informations, contacter Les Films du Poisson Rouge ; des démonstrations à la demande peuvent être proposées. Notez que nous devrions bientôt pouvoir partager avec vous les retours de Planktoon sur leur usage de M.O.E. durant la production du court Réflexion.

space
space

Les derniers commentaires (5)

#1
:( personne pour m'aider??? On sait quand même bien utiliser les caustics avec un spot!? SVP
 
#2
je connais pas vray mais je te dirais bien d'aller voir du côté du focus de ta lampe. ta direct doit englober plus étroitement la scène que le spot. comme le nombre de subdivisions pour l'émission de photon est absolu, plus le focus est large, moins c'est précis. pour peu que ton search radius (ou équivalent) soit trop faible, il ne trouve plus de photons et rien n'apparait au rendu. maintenant je ne connais pas vray alors c'est peut-être pas du tout ça...
 
#3
Salut je commence sous Vray donc au niveau conseil désolé mais je vais pas pouvoir t'aider a par peut être en te filant ce lien vers des tutoriaux pour réaliser un verre avec son caustique sous vray . Je sais pas si cela répondra a ton attente Mais bonne change en tout cas .
 
#4
Inmportant pour les cautics, la scène doit être à la bonne échelle sinon ça marchera pas, les caustics sont dépendantes de l'échelle. La distance de recherche par défaut est 5 cm. Si tes objets font 3 m tu ne verra pas grand chose.
 
#5
ça marchera à n'importe quelle échelle, il suffit d'adapter les paramètres en conséquence :)
 
space
space
space
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space