Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
ico_progiss
Progiss
Login
space
space

Accueil / Magazine / Actualité Quotidienne / Confrences / Le Character Design au crible des Stéréotypes, conférence des Intervalles

 

Le Character Design au crible des Stéréotypes, conférence des Intervalles

Publiée le 12 février 2019 par 3DVF (1688 lectures)
space

Formes

Une conférence sur le character design a récemment été organisée par la jeune association Les Intervalles, qui se donne comme objectif de "défendre l'inclusion dans le secteur de l'industrie de l'animation française". L'entité cherche donc à favoriser une plus grande diversité dans le secteur, que ce soit dans les studios ou dans les contenus produits.

Voici donc cette conférence, qui porte plus précisément sur les stéréotypes en matière de character design. Anna Lkiss (qui travaille notamment dans le milieu de la bande dessinée, chez Delcourt) y propose une analyse des clichés classiques et suggère des pistes pour y remédier. Il s'agira par exemple de s'exercer à dessiner des corps qui sortent des modèles parfaits souvent presents dans les ouvrages d'anatomie, à développer son personnage en partant de formes diverses (que ce soit pour le corps ou les visages).

La conférence était co-organisée par Game Impact et le RIJV : le jeu vidéo fait donc très logiquement aussi partie des sujets abordés.

space
space

Les derniers commentaires (2)

#1
Mat Groening, Michel Ocelot, Albert Uderzo seraient donc d'horribles racistes...pffff lamentable analyse!
 
#2
Bien que je salue la démarche en général, et certaines bonnes idées au passage, quand tout le monde en prend pour son grade, effectivement on peut s'étonner de certains émois sélectifs. Au contraire d'un "Tintin au Congo" par exemple dans les Simpsons, Asterix ou South Park, tout le monde est caricaturé: il faut voir aussi la tronche des autres "blancs" sur l'image (gros nez, bas du front, menton en galoche, dents en avant, casque à corne du germain... etc...). Alors oui, se voir renvoyé toujours le même stéréotype ça doit être usant (Chinois, Indien, Noir...), mais d'un point de vue éditorial c'est pas particulièrement discriminant par rapport aux autres si les blancs sont des white trash à gros pif. Je n'ai pas vu Dilili, mais pour Kirikou, Michel Ocelot a passé son enfance en Guinée, il connait peut-être un peu mieux l'Afrique francophone et ses accents que certains qui n'ont jamais mis un pied sur le continent. Pour le coup, les morphologies, les voix et le character design inspirés de personnes réelles sont très différents des dessins animés classiques (ce que souhaite la fille de la conférence) : de gros, des minces, des vieux, des beaux, des laids... Certes, ça renvoie aussi en partie l'image de noirs en pagnes dans des cases, pas d'un prince du Wakanda, d'une star de la chanson ou d'un super ingénieur de la nasa, mais ce sont des contes traditionnels de la brousse, pas une histoire moderne en Europe ou aux USA, et ce ne sont pas des blancs qui font du "black face", c'est un "cast" entièrement Africains. Leur demander de changer leur accent et leurs origines c'est pas un peu justement du colonialisme/white washing bon teint? Elle pointe donc involontairement l'une des difficultés du character design : elle demande de sortir des canons de beauté classiques, mais de l'autre tout écart de la représentation idéalisée entraîne un risque de reproche quand l'image renvoyée n'est pas flatteuse/parfaite (se souvenir aussi des protestations contre le Character design du demi-dieu "Maui" dans Vaiana/Moana, que de nombreux îliens trouvaient trop gras et pas valorisant). Dans ces conditions c'est sûr que c'est plus facile de faire une gorgonne à 8 têtes qu'une héroine principale...
 
space
space
space
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2019 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space