Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
ico_progiss
Progiss
Login
space
space

Accueil / Magazine / Actualité Quotidienne / Logiciels / 3ds Max 2019.2 : fluides et Alembic au menu

 

3ds Max 2019.2 : fluides et Alembic au menu

Publiée le 20 septembre 2018 par shadows44 (1485 lectures)
space

3ds Max

Autodesk dévoile la version 2019.2 de 3ds Max, une mise à jour mineure qui apporte des améliorations sur les points suivants :
- les fluides, avec notamment un nouveau Fluid Loader capable de charger des caches de simulation, appliquer quelques transformations, assigner des matériaux et rendre le tout. Toujours sur les fluides, on note la possibilité d'activer et désactiver les emitters/colliders/motion fields pour itérer plus rapidement ;
- Le support Alembic a été mis à jour : version 1.75 supportée, performances en hausse, compatibilité avec UVs Maya à l'export, support des instances, affichage plus clair des informations... ;
- le moteur de rendu Arnold passe en version 5.2 avec support du texture baking dans le workflow render-to-texture, nouveaux outils et options en shading, baisse de la consommation mémoire du denoiser NVIDIA OptiX, amélioration de la stabilité du denoiser Noice ;
- Autodesk met aussi en avant son système de stockage dans le cloud, Autodesk Drive, inclus dans la souscription ;
- 70 correctifs sont aussi appliqués.

Pour plus de précisions et une liste exhaustive des ajouts, nous vous invitons à consulter la vidéo de présentation et surtout l'annonce détaillée.


space
space

Les derniers commentaires (4)

#1
Pour un logiciel majoritairement utilisé par les game artists, se focaliser sur les fluids n'apportera rien aux utilisateurs. Encore si la précédente version "majeure" avait ajouté des fonctionnalités pour le game art pourquoi pas, mais ça fait des années qu'ils contournent le domaine dans lequel 3ds max est utilisé, donc contournent les requests des utilisateurs. Je pense que le logiciel doit être hard codé et a du legacy code (du code très vieux, mais qui sert à faire fonctionner le logiciel) qui empêche complètement l'ajout de fonctionnalités sans tout casser et devoir passer des mois à débugger au moindre ajout. Le logiciel est condamné à stagner si il n'est pas réécrit à partir de zéro, mais le réécrire c'est perdre la compatibilité donc accélérer son déclin. Même situation pour Maya.
 
#2
Même situation pour Maya.
Maya a ete revu depuis un bon bout de temps, essaie une 2008 et passe sous la 2018 pour t'en rendre compte
 
#3
Pour un logiciel majoritairement utilisé par les game artists,
Mmmmmm c'est sûr ça? (question sans apriori) Pour ce qui est de la programation du soft, c'est bien ça semble t'il (ce qu'à expliqué souvent Jean Yves Arboit, à savoir l'obligation d'une refonte totale du code.) Mais pour autant ça n'excuse pas l'absence d'une vision synthétique du logiciel, et encore moins de laisser moisir des outils caffis de lacunes. Mais on va pas, par contre, leur reprocher d'ajouter des nouveautés, déjà qu'il bouge plus beaucoup le pépé.
 
#4
Pour un logiciel majoritairement utilisé par les game artists
Alors non. 90% de la base des utilisateurs de Max sont principalement dédiés à l'architecture. https://www.allanmckay.com/23/ Je te conseille ce podcast qui en dit long sur le non avenir du soft
 
space
space
space
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space