Google+
3DVF Network :
ico_magazine
Magazine
ico_boutique
Boutique
ico_cgjobs
Portail Emploi
ico_upload
Hébergement d'image
ico_progiss
Progiss
Login
space
space

Accueil / Magazine / Actualité Quotidienne / Industrie et sociétés / Annecy 2018 : Animation! Focus, un concentré d'animation Sud-américaine

 

Annecy 2018 : Animation! Focus, un concentré d'animation Sud-américaine

Publiée le 25 juin 2018 par shadows44 (1008 lectures)
space

S'ils ne déplacent pas autant les foules que les projections des derniers projets des gros studios, les Territory Focus du MIFA méritent tout de même un détour. L'an passé, nous avions par exemple pu y découvrir l'histoire de l'animation en Géorgie et la façon dont l'industrie locale tente de se relever malgré un lourd passé.

Cette année, nous avons découvert la sélection Animation!, du nom d'un évènement qui rassemble chaque année à Buenos Aires des professionnels de l'industrie autour de projets d'Amérique du Sud.
Ce Territory Focus nous proposait donc de revenir sur différents projets aux styles très différents, issus de l'édition 2017 d'Animation!. Une bonne opportunité pour mettre en valeur la diversité du continent mais aussi pour trouver à Annecy coproducteurs, distributeurs ou investisseurs.

What Would Jesus Do

What Would Jesus Do ?, une série pour public adulte

La session a débuté avec la série colombienne What Would Jesus Do ?, réalisée par Julian David Hernandez Castillo. La productrice Andrea Castano Pulgarin nous a présenté un pitch pour le moins surprenant.
Usé par une vie passée à devoir exécuter des tours absurdes comme faire apparaître sa tête sur des tranches de pain grillé, Jésus n'a plus le temps de faire des miracles. Lassé, il décide de tout plaquer et de changer de vie.
Résultat : la série nous dévoile un Jésus quasi hippie, accompagné par The Dove (une colombe qui fume et fréquente des prostituées) ainsi que The Leper, un lépreux qui perd ses membres.
Le trio devra enchaîner les petits boulots pour pouvoir payer le loyer d'une maison mal entretenue (Jésus ayant par exemple rafistolé une fenêtre avec le bois de sa croix).
Les personnages secondaires sont tout aussi décalés : le Diable gère par exemple un bar.

WWJD
Andrea Castano Pulgarin

Ce projet au concept assez décalé vise évidemment un public adulte. Réalisé en animation cutout, il pourrait être disponible sur les plateformes de streaming. 12 épisodes de 24 minutes sont prévus, pour un budget d'environ 5,4 millions d'euros.

Small Town : flatulences et message écologiste

Dans un tout autre genre, Small Town alias Pueblo Chico est un futur long-métrage porté par La Suma (Uruguay) et Nuts Media (Argentine). Le réalisateur Walter Tournier et la productrice Christina Elizarzu ont présenté le scénario : dans une petite ville, le méthane dégagé par les vaches s'avère être une excellente source d'énergie. Malheureusement, celle-ci est rapidement détournée vers des usages néfastes, comme la production d'armes.
Des enfants, accompagnés par une vache, chercheront alors à rétablir la situation.



Le concept d'un long-métrage centré sur les flatulences bovines est évidemment très léger, et le film se présente comme une comédie. Ceci étant dit, l'équipe a insisté sur le fait que le projet cherche à mettre en avant certaines valeurs comme l'environnement et la critique du consumérisme.

Small Town
Christina Elizarzu

Encore en développement, le film devrait sortir en 2021 avec un budget de 2 millions d'euros et sera réalisé en stop-motion. Un univers étendu est prévu : série animée 2D, jeu vidéo, etc.

Confite, histoire d'une amitié

Place ensuite à Confite, d'Artan Animation (Argentine). Réalisé et produit par Juaco Garin en animation 2D traditionnelle, ce futur film d'aventures met en scène l'amitié de la jeune Clara et de son chien, Confite. Le duo devra faire face aux durs aléas de la vie, et notamment à l'irruption d'un conflit armé.

Sur un budget de 4,7 millions d'euros, ce projet mêle simplicité et sincérité. Le pitch est même devenu assez touchant lorsque Juaco Garin, instrument en main, nous a proposé une interprétation de la musique principale du film.



Confite

Grimalkin : un chat contre des monstres

Le réalisateur Sant Arellano est ensuite intervenu pour dévoiler Grimalkin, projet de long-métrage mexicain de Huevocartoon Producciones.
Le concept de ce film mêlant comédie et horreur : dans une famille d'accueil, un chat va tout tenter pour protéger ses humains de créatures qu'il est le seul à voir. Ces dernières se nourrissent d'émotions négatives et menacent de prendre le contrôle.

Grimalkin
Sant Arellano

Le projet, en animation 3D, semble prometteur : un concept solide, un grain de folie, des inspirations mêlant Amazonie et Moyen-Orient pour les créatures. Il faudra 3,4 à 5 millions d'euros pour le concrétiser.

Sant Arellano nous a résumé son long-métrage en une phrase : "Die Hard avec des chats". Tout un programme.

Grimalkin

Escape to India : une vache en quête de liberté

Pour clôturer ce tour d'horizon, le réalisateur Juan Jose Campanella et le producteur Gaston Gorali (l'équipe à qui l'on doit déjà Metegol alias Underdogs, qui a connu un gros succès à l'international) a présenté Escape To India, projet de long-métrage argentin mêlant stop-motion et animation 3D, avec un budget de 4,2 millions d'euros. Il est porté par le studio Mundolo CGI.

Le scénario suivra Azadi, une vache argentine née en Patagonie désireuse de liberté. Elle a entendu dire qu'en Inde, les vaches ne finissent pas à l'abattoir, et tentera de rejoindre ce pays lointain. Elle sera accompagnée par un petit oiseau à l'apparence inspirée d'une célébrité du Tango, et sera aidée par un réseau d'animaux dont l'objectif est justement la libération de leurs congénères captifs.
Le long périple d'Azadi l'emmènera en Alaska, au Détroit de Béring puis en Asie.

Escape to India

Une production variée

Ces cinq projets montrent à ceux qui en douteraient que l'Amérique du Sud travaille sur des concepts variés, du rire à la frayeur, du jeune public à une cible plus adulte.
Une production qui est évidemment loin de passer inaperçue. Fernanda Frick, réalisatrice et illustratrice basée au Chili, dirigeante de Fernanda Frick Studio, devait initialement participer à ce panel pour évoquer Raise the Bar!, un projet de série sportive centrée sur une jeune haltérophile. Elle n'a finalement pas été présente, et pour cause : elle venait de signer un accord avec Netflix pour concrétiser le concept.

Raise the Bar!
Raise the Bar!

space
space

Les derniers commentaires (0)

Soyez le premier à déposer un commentaire.
space
space
space
space
space
space
space
space
A Propos | Contact | Publicité
Copyright © 2000-2018 3DVF. Tous droits réservés. | Infogérance serveur | tracker
space